forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mythes irlandais, des gaules, indo-européen

Aller en bas 
AuteurMessage
tasgos

avatar

Nombre de messages : 213
Age : 35
Localisation : Allobrogos
Date d'inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Mythes irlandais, des gaules, indo-européen   Jeu 16 Nov 2017 - 14:25

Bonjour, je poste ce sujet afin de solliciter votre aide. Veuillez être indulgent devant l'étrangeté de ce qui va suivre.

En effet, étant plus familier avec les divinités des Gaules (Taranis, Nantosuelte, Gobanos (Sucellos), Rosmerta, Mercurio, Grannos, Sirona...), lesquels me semblent par ailleurs très proches du panthéon romain (Jupiter, Junon, Vulcain, Maia, Mercure, Apollon,  Diane...) et grecques, je m'intéresse depuis peu aux rapports avec la mythologie irlandaise et il n'est guère facile de voir clair, mais cela est possible.

Dans son ouvrage "la civilisation celtique", C.J. Guiyonvarc'h écrivait qu'il ne croyait guère au syncrétisme (p.59) et s'interrogeait sur le fait qu'il est rare de relier directement le nom et la représentation plastique par une simple juxtaposition de l'un et de l'autre (p.60). Il précise toutefois que G. Dumézil a osé réhabiliter les cultures non classiques en les comparant entre elles puis avec les données gréco-romaines ensuite (p.42). Poursuivant je cite, de l'Irlande à l'Inde, de la Gaule à la Grèce en passant par Rome et la Germanie, est tout un ensemble de thèmes et de schémas mythiques (p.42).

De ce que je pus en tirer par les recherches, Dagda (Dagodeo) est associé à Taranis par la roue, à Sucellos par le maillet, et bien sur par le Dagodeo par le chaudron tel que visible sur l'ouvrage de Gundestrup, la roue étant aussi représentée.

Eithne est la déesse mêre, mêre de tous les dieux et épouse de Lugh. La mêre de tous les dieux, déesse de l'origine, pourrait-elle être semblable à Junon ou Hera dans le mythe greco-romain ? Et de fait, si déesse du foyer et du mariage, à Nantosuelte ? Mais la voici liée à Lugh lequel est associé à Mercure, se pourrait-elle être Rosmerta parèdre de Lug ?
Dana, laquelle semble incarner la fertilité, pourrait aussi être Rosmerta, bien que Dana semble être la mêre de Dagda.

Dagda est le père de Brigit (Brigantia) et de Oengus. Brigit reignant sur les inventions, les arts, la guerre, la médecine, est associée à Minerve et pourrait l'être à Athéna. Oengus, le jeune solaire, est associé à Apollon. Le fait que Dagda soit le père de Brigit et Oengus est intéressant car il rejoint le mythe indo-européen selon lequel Jupiter est le père de Minerve et Apollon, Zeus le père de Athéna et Apollon, et par conséquent Taranis serait donc le père de Belisama et Grannos. Es-ce ainsi ?
Oengus incarne aussi la jeunesse, on l'assimile aussi à Maponos. Il est d'ailleurs des stèles mentionnant Apollon Maponos, soit les deux identités de Oengus.
Cependant, Diancecht est aussi le médecin. Il soigne les bléssés graves dans une fontaine magique, et nous renvoit aux cultes des sources curatives de Damona, IcoUelauna, Boruo, Sirona, Grannos et Apollon.

Si Mercure et Hermes sont fils du dieu primordial céleste Jupiter et Zeus, Lugh est le fils de la déesse primordiale Eithne. Que penser de Lugus Mercurio dans le panthéon des Gaules ?
Lugus, Mercurio Cissonius, est-il le fils du dieu primordial ? de la déesse primordiale ? et vénéré en cela ?

Goibiniu est le dieu forgeron, soir Gobanos comparable à Vulcain ou Héphaïstos. Cependant, Goibiniu est le fils de Brigit, c'est à dire, Gobanos et le fils de Belisama. En cela, Goibiniu semble différer de Vulcain et Héphaïstos, fils de Jupiter et Junon, ou Zeus et Hera. Là semble marquer la différence entre les mythes irlandais et les mythes gréco-romains.

Je pourrais résumer ainsi.
Dagda - Taranis (ou Sucellos)
Eithne - Rosmerta (ou Nantosuelte)
Oengus - Maponos (ou Grannos)
Diancecht - Grannos
Lugh - Mercurio Cissonius, Lugus
Brigit - Belisama
Goibiniu - Gobanos (ou Sucellos)

Ainsi est ma demande, puis-je comprendre le lien entre mythe irlandais, panthéon celte des Gaules et tradition indo-européenne ?
Je vous en remercie par avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andera

avatar

Nombre de messages : 72
Age : 45
Localisation : Pays Niçois
Date d'inscription : 20/09/2017

MessageSujet: Re: Mythes irlandais, des gaules, indo-européen   Dim 19 Nov 2017 - 13:12

Comarcos, Wink

A vous lire, je me dis qu'il est bien périlleux de vouloir reconstituer une généalogie divine. Même dans l'Antiquité grecque celle-ci variait selon les auteurs, c'est dire l'exercice d'équilibriste que cela représente aujourd'hui.
De même, vouloir associer, deux par deux, les dieux des différents panthéons me semble tout aussi casse-gueule.

C'est certes ce que fit César en son temps, mais c'était là la démarche réductrice et ethnocentrée d'un vainqueur peu soucieux de restituer la singularité et la subtilité d'une culture qui lui était étrangère et se trouvait probablement hors de portée de sa compréhension immédiate.

Je vois plus les panthéons, quels qu’ils soient, comme une stratification de symboles s'incarnant dans des divinités en fonction de l'évolution, interne à la société, des besoins et des préoccupations, mais aussi externe sous les effets du syncrétisme. Tout cela ne peut répondre à une chronologie stricte permettant une reconnaissance de paternité ou de maternité. Sans compter que cela peut même être contraire à l'idée qui sous-tend une religion. Prenons la Déesse-Mère qui est triple. Ce trio peut être la manifestation de ses différentes fonctions, mais il est en tout premier lieu porteur de l'ordre générationnel : la déesse est tout à la fois fille, épouse et mère. Cette manière de penser la femme se retrouve par exemple dans la littérature avec les « trois » Iseult. Les trois grues sont à la fois triple et indivisibles. Alors est-ce la fille qui évolue en épouse puis en mère ou est-ce la mère qui engendre la fille? Est-ce si important de le savoir ? Et est-ce juste en pensée?

Lorsque j'essaie de penser un panthéon, c'est plus comme un jeu de tiroirs où, bien loin d'attribuer une case définie et définitive à chacun, chaque ouverture nous ferait entrevoir une réalité parcellaire et mouvante, où chaque divinité serait à la fois en plusieurs endroits pour finalement nous échapper sous un masque différent. Les sens et symboles s'entremêlent et si l'on accepte de se laisser perdre à ce petit jeu, qui est certes déstabilisant, l'on s'en voit grandement récompensé par de nouvelles perspectives plus riches les unes que les autres. C'est un jeu sans fin, c'est un peu comme une toile ou chaque point serait interconnecté aux autres.

Les dieux n'aiment pas se laisser enfermer par les limites de notre esprit, au contraire, ils nous invitent à nous dépasser et à franchir ces frontières exiguës pour nous mener plus loin, toujours plus loin, vers les confins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artuuiros
Druide
avatar

Nombre de messages : 728
Age : 54
Localisation : Ferrières - Ardennes belges
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: Mythes irlandais, des gaules, indo-européen   Dim 19 Nov 2017 - 23:05

Je plussoie ... quoique il y a une constante cosmogonique dans les différents panthéons qui n'est pas indigne d'intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tasgos

avatar

Nombre de messages : 213
Age : 35
Localisation : Allobrogos
Date d'inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: Mythes irlandais, des gaules, indo-européen   Lun 20 Nov 2017 - 11:12

Je vous remercie Andera et Artio's pour vos réponse.

Voilà certes une entrée dans un labyrinthe tortueux que de s'aventurer dans d'étranges recherches. La mythologie ne se voudra guère ici un portrait de famille mais d'avantage sur le lien symbolique avec les fonctions. Lesquels je trouve parfois très logiques. Et une réflexion sur la pensé ancienne dont le sacré était dans le monde souterrain, le village, les oiseaux messagers des dieux et les cieux.
Il est des personnes priant des dieux irlandais, d'autres des dieux celtes anciens d'Europe (mot :celte, englobant les diverses tribus d'Europe). Après avoir dénié les mythes d'Irlande, je réalise une forme de syncrétisme entre le mythe d'Irlande et le monde celte d'Europe (Irlande, Grande Bretagne, (Saxe ?) Allemagne, Belgique, Suisse, France, Espagne Galice, Italie du Nord, Danube).

Cependant, je trouve sage de suivre vos conseils de prudence, et de se concentrer davantage sur les fonctions divines du panthéon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3807
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Mythes irlandais, des gaules, indo-européen   Lun 20 Nov 2017 - 13:24

Effectivement nous pouvons trouver des correspondances entre le panthéon Gaulois et le panthéon Irlandais, puisque tous les deux sont avant tout Celte… le hic, et là je rejoins Andera, les hypothèses varient selon les auteurs.

Moi, par exemple, je vois :

Dagodeuos (Dagda), « le Dieu-Bon », est un Sucellos identique à Shiva et donc, par analogie à Kronos ou Saturne.

Taranis, « le Tonnant », bien que bon frappeur lui-aussi, serait Naudons (Nuada), « le Bienfaisant », le roi des Dieux, assimilé à Indra, Zeus et Jupiter.

Oinogustos (Oengus), « le Choix Unique », fils du Dagodeuos et de Boenda, « la Durable » ou Bouenda, « la Vache Banche », serait un Belenos, « le Resplendissant », dans sa fonction de jeunesse, soit Apollon.

Gobannos (Goibniu), « le forgeron », je l’assimile, comme vous à Héphaïstos et Vulcain.

Deniacacteto (Diancecht), « Prise Rapide », serait plus un dieu spécialisé dans les prothèses qu’un dieu exclusivement de source. De même que son fils Miacos (Miach), « le Boisseau », est le spécialiste des greffes, son frère Auromiacos (Oirmiach), « le Boisseau d’Or », celui des ophtalmologistes et leur sœur Armedto (Armed), « Mesure », celle des herboristes. Il est vrai, toutefois, que ces quatre-là incantent au-dessus d’une fontaine devenue de santé après qu’ils y aient déversé des plantes dedans.

Lugus (Lugh), « le Désiré » ou « le Lumineux », est plus qu’un simple Hermès, Mercure bien qu’il soit aussi lié, par ses multiples fonctions, à la classe des producteurs.
Etnia (Ethne), « Faîte », est une des appellations de l’Irlande, au même titre que Etania (Etain), « Contrée », ou Eria (Erin), « Lointaine »…

Brigantia (Brigit), « la Très Elevée », déesse de l’éloquence, du savoir et des arts peut, sans nul doute, être comparée à Athéna et à Minerve.


_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mythes irlandais, des gaules, indo-européen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mythes irlandais, des gaules, indo-européen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Indo-Européen
» L'indo-européen viendrait d'Anatolie
» Indo-européen reconstitué
» Lisez-vous en proto-indo-européen ?
» Les Indo-Européens, par Bernard Sergent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le (Néo)Druidisme :: Les Croyances des Druides-
Sauter vers: