forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La hiérarchie druidique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: La hiérarchie druidique   Mar 10 Jan 2006 - 9:46

Par « organisation hiérarchique » il ne faut pas, bien sur, entendre une structure cohérente, sorte d’église constituée soumise à une autorité centrale analogue à celle qu’exerçait à Rome le pontifex maximus. Le monde celte ancien ne comptait pas d’Etat centralisés. Cependant, la classe des druuides possédait une organisation supra-nationale très hiérarchisée : il suffit d’évoquer la réunion que les druuides des diverses « cités » de Gaule tenaient tous les ans.
La hiérarchie sacerdotale comporte dix échelons. Les trois premiers sont accessibles aux meilleurs des guerriers et des artisans et les sept suivants sont réservés aux druides.
« Les sept degrés établis de la sagesse sont : un grand sage et un sage, le flot brillant et le flot du rocher, l’illuminateur, l’interrogateur et l’élève.
« Le grand sage, quant à lui, porte trois noms : grand sage, docteur et sage en lettre. Le docteur est aussi dans la maison du milieu car c’est lui qui est dans la maison à côté du roi. Un grand sage ne manque jamais la réponse à une question sur les quatre parties de la sagesse. Sa suite est de vingt-quatre personnes. Il lui est dû le septième du prix de sa mort pour un refus de nourriture.
« Le professeur de lettres (ollamh) : il y a trois choses qui l’élèvent au rang de la composition due à un roi de province : être dans le sens et au milieu de ses élèves recevant son enseignement. C’est l’homme à qui son prix de composition n’est pas payé s’il dit ou enseigne une sottise parce qu’il est versé dans la pénitence et dans le droit.
« Le flot brillant (anruth) maintenant : il est nommé ainsi pour quatre raisons : à cause du brillant de son enseignement, à cause de ses nombreuses qualités intellectuelles, à cause de l’éloquence de son langage, à cause de l’étendue de sa science ; parce qu’il compose dans chaque partie de la science : poésie, littérature et son synchronisme ; mais il n’atteint pas encore le sommet de la science. Sa suite est de douze personnes.
« Le sage (sui) est un homme qui enseigne la quatrième partie de la science, quelle qu’elle soit, comme Cennfaeladh : « un excellent sage en droit canon, à cause de sa belle et bonne noblesse ». Le nombre de ses gens est de huit personnes ; son prix de composition est de sept cumal.
« Le flot du rocher (sruth do aill) : la pratique de ce flot noie tout ce qui est petit, léger et faible. Il emporte des blocs de rochers qui prennent l’apparence du sable dans la chaleur de l’atmosphère. Ainsi fait l’homme qu’on lui compare : il noie les mauvais élèves qu’il confond par les blocs de son témoignage et de son intelligence. Il est capable d’adapter son enseignement à l’information, eu égard aux gens de petite instruction qui reculent en présence d’un noble flot.
« L’illuminateur : c’est celui qui répond à son tuteur avec l’intelligence d’un docteur. Son prix de composition est de trois demi-cumal. Il explique le sens de toutes les difficultés à cause de l’excellence de son jugement et du brillant de son intelligence.
« L’interrogateur : il interroge son tuteur avec l’intelligence d’un docteur. Son pris de composition est d’un demi-cumal. » (Crith Gablach)

« Les sept grades du file : éces, ansruth, cli, cana, dos, macfuirmidh, fochloc.
« Eces (« poète ») : c’est-à-dire ecsmacht-ces (« qui ne rencontre pas de difficulté »), celui qu’aucune difficulté ou impossibilité ne peut arrêter ; ou encore il n’y a rien qui lui soit difficile dans son art, si bien que son nom est nemces (« sans difficulté ») ou ecsmachtces (« qui ne rencontre pas de difficulté »).
« File (« voyant ») : c’est-à-dire fialshai (« noble sagesse »), à savoir que la sagesse vient de lui car, ce qui est noble chez lui, c’est la connaissance ou l’enseignement dans la langue commune. C’est de lui que viennent l’élève, le philosophe, le poète et la poésie, ou bien fili, c’est-à-dire fi et li, fi (« venir ») de ses satires et li (« brillant ») de son art.
« Le docteur : il protège beaucoup. C’est lui qui enseigne les quatre parties de la poésie car son nombre de gens est le plus grand et sa protection est plus grande que celle de tous les autres grades. Ou bien docteur (ollam) : grande est la compagnie (oll a dam) : vingt-quatre personnes. Car il existe trois docteurs : le docteur en sagesse, le sage en toute connaissance, et c’est ce pourquoi on fait appel à lui : ce qu’on lui demande, il ne le refuse pas. Il ne vient de lui non plus aucune difficulté non résolue dans les jugements des pères et des grands-pères. Ou bien docteur (ollam) : plus grand (uille) est le nombre de ceux qui sont sous sa protection que sous celle des autres grades. Ou bien grand docteur, celui qui lie et qui n’est pas lié. Comment est-ce ? Réponse : comme le roi du Connaught, ainsi qu’il est dit : il n’est pas grand docteur (ni hollam nard) de la province d’Aillil, fils de Mata Mor. Ou bien docteur qui protège beaucoup (oll do eim) quiconque est sans noblesse dans la connaissance des grades. Le docteur en poésie enseigne les quatre parties de la poésie sans rien en ignorer.
« Noble flot (anruth), c’est-à-dire qu’il lie et qu’il n’est pas lié comme le roi qui s’est emparé de l’Irlande. Le noble flot, c’est le beau flot de louange qui vient de lui et le flot de richesse qui va vers lui.
« Cli : c’est-à-dire que la nature des piliers est d’être forts et droits. Le cli est élève et est élevé ; il protège et est protégé : il est puissant à partir du seuil de la maison. C’est ainsi qu’est la grade dans la maison de poésie : son art est fort et son jugement est droit dans le circuit de sa profession. Il élève sa dignité au-dessus de ceux qui lui sont inférieurs, parce que son art protège tout ce qui existe, du flot brillant (anruth) à l’apprenti (fochloc).
« Dos : c’est de sa ressemblance à un arbre qu’il est nommé, à savoir que c’est par le nom d’un arbre qu’ils apprennent leur art. C’est de la même manière par le nom d’un arbre et à cause de sa ressemblance qu’il est appelé dos. Car l’arbre d’un an est un dos qui porte quatre feuilles. La suite du dos est donc de quatre personnes.
« Mac fuirmid (« fils d’apprentissage ») : c’est un garçon que l’on forme à l’art depuis son enfance ; ou bien c’est son art qui est son fils. Il n’est pas bon qu’il ait un grade, mais c’est un bon fils
.
« Fochloc (« apprenti ») : il est nommé à la ressemblance d’un brin de cresson à deux feuilles. Il a donc pour suite deux personnes ; ou bien fochloc est une pousse dure, sans croissance d’art, ou bien son art est mince à cause de sa jeunesse. »

« Il (Patrick) laissa aux filid l’incantation par le bout des doigts parce qu’il y avait en cela beaucoup de connaissance et de savoir, les généalogies des hommes d’Irlande, le duili sluinnte et le duili fedha, la récitation d’histoires avec des poèmes, à savoir sept fois cinquante histoires pour l’ollam, trois fois cinquante et la moitié de cinquante pour l’anruth, quatre-vingts pour le cli, soixante pour le cana, cinquante pour le dos, quarante pour le mac fuirmid, trente pour le fochluc, vingt pour le drisac, dix histoires pour le taman, sept histoires pour l’oblaire… » (Senchus Mor)

Contrairement à ce que veulent encore nous faire croire certains néo-druides, ces textes nous renseignent sur l’exactitude, la nécessité et l’existence de la hiérarchie druidique basée, non pas sur l’ancienneté, mais sur la prééminence et la primauté intellectuelle et spirituelle. C’est donc une grave erreur, de la part de ces promoteurs d’un druidisme pour notre temps, que de dire que les druides n’ont pas connu de hiérarchie claire.
Il y avait des grades, des titres, des degrés de connaissance. En Gaule, César est formel sur l’existence d’une telle hiérarchie :
« A tous ces druides il est un supérieur qui exerce sur eux l’autorité suprême. A sa mort, si l’un d’eux l’emporte en dignité, il lui succède ; si plusieurs sont égaux, ils se disputent le principat par le suffrage des druides et quelquefois par les armes. » (Bellum Gallicum)

César nous dit que les druides ne sont pas égaux entre eux. Et, comme nous venons de le voir, que la hiérarchie est celle d’une prééminence ou d’une primauté du savoir.

Les druides gaulois élisaient donc une sorte de président, investi de la plus grande autorité morale. Comme on élisait en Gaule un druide suprême, au terme d’une compétition qui n’était pas toujours platonique, de même l’Irlande proclamait, au terme d’une disputatio verbale, un docteur (ollamh), qui revêtait une robe spéciale.

Le système est très souple puisque, comme nous le démontre le texte Immacallam in da Thuaraid ou « Dialogue des Deux Sages », tout membre de la classe sacerdotale peut accéder au degré supérieur de la dignité dès qu’il fait preuve du savoir nécessaire.
Les antagonistes, un anruth jeune et ambitieux, Nede, fils d’Adnae, du Connaught et un file célèbre et plus âgé, Ferchertne, des Ulates, prétendent tous deux à la charge d’ollamh des filid d’Ulster.
Ce dialogue est un fort beau texte, emplit de métaphores et d’allusions. Mais la cause est entendu : il s’agit de savoir lequel, de Nede ou de Ferchertne, est le plus digne à occuper la première place dans la hiérarchie des druides d’Ulster.

Ces textes, mis en lumière par le choix des mots utilisés par César dans ses commentaires, ne laissent aucun doute sur l’assise de la hiérarchie. César écrit praeest « préside » et non imperat, imperium « celui-qui-commande, chef, commandant en chef », ou auctoritatem « autorité (morale ou spirituelle) ». Cette précieuse nuance, nous informe sur le fait qu’il n’y eu jamais, à proprement parlé, de « Pape » comme dans le monde chrétien, car la primauté d’un tel personnage n’existe pas dans le druidisme. Mais plutôt un Nemetos Peslocorios, un collège sacré, réunissant, sous la présidence du plus érudit, sorte de primus inter pares « premier entre ses pairs », une assemblée de doctes.

_________

... portion déplacée vers la partie "néo"

_________________
٨٧٤٦٥۶


Dernière édition par le Dim 20 Aoû 2006 - 14:57, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mar 10 Jan 2006 - 20:00

Citation :
Ce système hiérarchique à sept degrés ; Uoctlnos (élève), Mapos Uuimedioti (fils d’apprentissage), Dossos (buisson), Srutos (torrent [d’éloquence]), Suuis (sage), Andesrutos (super torrent) et Ollamos (docte), adopté par les obédiences druidiques les plus orthodoxes, comme la Celtiacon Certocredoron Credima, se fond dans ce que traditionnellement nous appelons les quatre « âges » de la vie du druide, à savoir : Daltios (étudiant), Auenatus (inspiré), Antrauos (Maître) et Caitouiros (ermite forestier).


1) Daltios ....... 1- Uoctlonos ............... baguette de bronze
....................... 2- Mapos Uuimedioti ... baguette de bronze
....................... 3- Dossos ................... baguette de bronze


2) Auenatus ... 4- Srutos .................... baguette de bronze
....................... 5- Suuis ...................... baguette de bronze


3) Antrauos .... 6- Andesrutos ............. baguette d’argent
....................... 7- Ollamos ................... baguette d’or


4) Caitouiros ....................................... « cartuprennos »

Je précise que les noms et titres mis en gras sont du "néo-celtique", non attesté dans les textes anciens ou médiévaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mer 11 Jan 2006 - 11:54

Regarde bien, pour éviter la confusion, j'ai fait un trait de séparation entre la partie « néo » et la partie dite « druidique » sous entendue « antique »... Apparemment cela n'a pas suffit Neutral

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mer 11 Jan 2006 - 12:34

Tu as très bien fait, au contraire. Mais dans ce cas, il ne faut traiter, dans la partie druidique antique, que de choses de l'antiquité, et non reconstituées. Les mots cités plus haut n'existent dans aucun texte.

La hiérarchie des filid est attestée en Irlande, évidemment, avec des titres irlandais. Il est légitime de les citer, en proposant une étymologie, mais pas de reconstituer une hiérarchie celtique antique portant des titres en "vieux-celtique reconstitué". Tu comprends la différence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnaLama
Femme-druide


Nombre de messages : 59
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mar 14 Mar 2006 - 8:35

selon des specialistes(Michel Lejeune et Pierre Yves Lambert) dans la tradition GAULOISE, il y avait un statut d OPLAIROS qui veut dire marcassin en gaulois,et pour recompenser le plus meritant,il y avait la ceremonie de l 'UOCTLANA, ou on offrait un ou plusieurs animaux au meritant, qui devait les sacrifier et les manger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/kensonnerezhgwen34
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mar 14 Mar 2006 - 16:40

Ah bon ? Pourrais-je avoir les références des ouvrages ou des articles dans lesquels ces spécialistes ont écrit cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnaLama
Femme-druide


Nombre de messages : 59
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mar 14 Mar 2006 - 20:24

recueil des inscriptions gauloise et la langue gauloise
certes ce sont plustot des "universitaire"specialiste des gaulois c est 2livres sont tres interressants, meme s ils sont historiques et archeologiques ou linguistiques; mais il est tres rare de trouver se type de renseignement avec les dernieres decouvertes archeologiques; qui prouvent, entre autre et c est normal, que le druidisme en gaule avait ses particularités, y compris d une region à l autre de la gaule.Ils ont decouvert des ecrits oghamniques nouveaux, ce qui est tres rare .De tres bon livres qui permet de re orienter un druidisme plus gaulois, alors que nous n avons pratiquement qu un druidismeà l irlandaise..etc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/kensonnerezhgwen34
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mar 14 Mar 2006 - 20:59

Bon.
J’ai fait le tour de tous mes livres sur la langue gauloise, je cite :

De J.P. Savignac
- « Dictionnaire Français-Gaulois »
- « Merde à César »
- « Le chant de l’initié »

De X. Delamarre
- « Dictionnaire de la langue gauloise »

De P.Y. Lambert
- « La langue gauloise »

De J. Monard
- « Dictionnaire de celtique ancien »

Et bien je n’ai rien trouvé concernant l’ « Oplairos ».
Pour la cérémonie de l’ « Uoctlana » seul J. Monard en parle. Apparemment cette construction viendrait de UOCTLo (n.c.f.) « parole, élocution ».

Mais puisque tu me dis avoir trouvé ces deux mots dans « La langue gauloise », peux-tu m’en donner le n° de page, ainsi que le n° du volume du R.I.G., s’il te plait ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnaLama
Femme-druide


Nombre de messages : 59
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mer 15 Mar 2006 - 8:21

Bonjour
Il est vrai méfiant comme vous êtes(je ne vois pas l’intérêt de mentir)vous avez besoin des numéros de pages).J ai la chance de travailler avec un groupe d’archéologues, d’historiens,et de linguistes sur le druidisme gaulois .Quand un de nous apporte quelque chose, chacun selon sa spécialité le regarde, et dit ce qu il en pense,y compris moi au niveau symbolique et spirituel, et j ai toute leur confiance, comme moi j ai confiance en eux ; Après tout, je ne vois pas pourquoi moi,je douterai de professeurs universitaire ;Par contre que ça vous gène qu il y ai autre chose qu un druidisme Irlandais(les bretons en font parti)c est votre problème pas le mien ; c est simplement un choix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/kensonnerezhgwen34
bregwenn
Druide
avatar

Nombre de messages : 179
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mer 15 Mar 2006 - 8:47

witisa a écrit:
Bonjour
Par contre que ça vous gène qu il y ai autre chose qu un druidisme Irlandais(les bretons en font parti)c est votre problème pas le mien ; c est simplement un choix

diable ! En quoi les bretons font -ils partie d'un druidisme irlandais ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mer 15 Mar 2006 - 15:22

witisa a écrit:
Bonjour
Il est vrai méfiant comme vous êtes(je ne vois pas l’intérêt de mentir)vous avez besoin des numéros de pages).J ai la chance de travailler avec un groupe d’archéologues, d’historiens,et de linguistes sur le druidisme gaulois .Quand un de nous apporte quelque chose, chacun selon sa spécialité le regarde, et dit ce qu il en pense,y compris moi au niveau symbolique et spirituel, et j ai toute leur confiance, comme moi j ai confiance en eux ; Après tout, je ne vois pas pourquoi moi,je douterai de professeurs universitaire ;Par contre que ça vous gène qu il y ai autre chose qu un druidisme Irlandais(les bretons en font parti)c est votre problème pas le mien ; c est simplement un choix
Ce n'est pas une question de méfiance, mais de source. La moindre des choses, quand on affirme une chose aussi énorme que celle que tu cites, c'est de donner ses sources. Personne, pas même le plus grand universitaire, ne peut être cru sur parole. D'ailleurs, aucun universitaire n'affirmerait quelque chose sans en fournir les arguments et les preuves.

Tu es à mille lieues de cette rigueur intellectuelle, ce qui explique pourquoi tu avales tout ce qu'on peut te raconter, pourvu que ça vienne de gens que tu aimes bien, et que ça confirme tes propres idées reçues.

Auetos, je veux bien échanger avec des néo-druides - ce qui est le but premier de ce forum - mais il y a un minimum de rigueur à faire respecter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   Mer 15 Mar 2006 - 16:26

Bonjour,
Il y a quand même quelque chose d'intéressant sur le fond, druidisme irlandais et druidisme gaulois...
Auquel serait plus lié le druidisme breton, insulaire donc, d'avant le christiannisme et la migration dans la péninsule, la Bretagne actuelle.
Le problème étant que l'on a encore moins de sources sur le druidisme breton que sur le gaulois alors que ce druidisme a sans doute duré bien plus longtemps en Bretagne qu'en Gaule, du moins dans les marches, Galles par exemple.
Lorsque Guyonvarc'h écrit que les triades galloises n'ont rien d' I.E. ni de trifonctionnelles, on peut le croire, il sait de quoi il parle, elles sont chrétiennes "à la mode galloise".
Alors que jusqu'au X° siècle les moines irlandais écrivaient consciencieusement les fragments des épopées celtiques qui leur étaient parvenues, dès le V°-VI° siècles apportaient sur le continent un christiannisme, certes différent de celui de Rome par quelques aspects, mais pas du druidisme.
On peut donc se poser la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La hiérarchie druidique   

Revenir en haut Aller en bas
 
La hiérarchie druidique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La hiérarchie druidique
» Collège Druidique des Gaules
» abc de la méditation druidique
» Astrologie Druidique
» [Fiche] La hiérarchie des 72 anges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le Druidisme :: La Caste Sacerdotale-
Sauter vers: