forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Survivance du Druidisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Lun 12 Fév 2007 - 22:14

Citation :
Bien peu de compagnons et de francs-maçons ont une connaissance de la lignée dont sont issues leurs institutions. Pourtant, ils perpétuent les valeurs ancestrales enseignées par les druides, présentes tant dans le compagnonnage que dans la franc-maçonnerie de tradition. Cet ouvrage voudrait démontrer cette filiation qui a traversé les siècles et qui perdure, toujours vivante dans ces deux organisations, malgré les tourments incessants des évêques de Rome et de leurs suppôts. Pourchassés eux aussi, les druides, sans faire de bruit, ont non seulement continué d'enseigner la doctrine druidique et son ésotérisme, mais aussi transmis le sacerdoce qu'ils détiennent sans interruption depuis l'Antiquité.
Ce texte est-il de toi, ou bien est-ce la quatrième de couverture du livre ?

Car il me semble que nous sommes d'accord, tous deux, pour dire que les druides n'ont pas "continué d'enseigner la doctrine druidique et son ésotérisme", ni "transmis le sacerdoce qu'ils détiennent sans interruption depuis l'Antiquité"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
skindianat
Druide


Nombre de messages : 103
Localisation : Ouest
Date d'inscription : 23/03/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Lun 12 Fév 2007 - 23:42

Bonsoir FERGUS

Fergus a écrit:
Je connais "Celui de l'Ours", je l'ai déjà rencontré. C'est un personnage intéressant. Quel est le livre dont tu parles ? A titre posthume ? Il n'est pas mort, à ma connaissance...
Milles excuses. Ce n'est pas le "Celui de l'Ours", avec lequel je ne suis pas en contact et qui n'est pas Frère maçon, j'étais fatigué hier soir, et j'ai confondu avec un article que je viens de lire sur le web, et qui pire, ne me convenait pas. Passons. Mais il s'agissait quand même d'un Ours dans la cité :

Il s'agit de B.B., dit pour l'occasion Arz Bro Naoned, (pas Haoned), qui n'était pas non plus son non initiatique druidique. Je parlais bien du livre qu'a mis en avant Auetos, c'est sans doute pour celà qu'il l'a cité. Ce livre avec des planches parfois de mauvaise qualité est cependant très intéressant à plus d'un titre. A savoir, que vient chercher un Maçon chez les druides qui se prétendent d'ancienne tradition.

Encore mes excuses, FERGUS, pour cette confusion dans les noms.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mar 13 Fév 2007 - 0:05

skindianat a écrit:
Bonsoir FERGUS

Milles excuses. Ce n'est pas le "Celui de l'Ours", avec lequel je ne suis pas en contact et qui n'est pas Frère maçon,

Qu'en sais-tu ? Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3787
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mar 13 Fév 2007 - 15:36

Fergus a écrit:
Ce texte est-il de toi, ou bien est-ce la quatrième de couverture du livre ?

C’est bien le commentaire de « mise en bouche » du livre.
 
Fergus a écrit:
Car il me semble que nous sommes d'accord, tous deux, pour dire que les druides n'ont pas "continué d'enseigner la doctrine druidique et son ésotérisme", ni "transmis le sacerdoce qu'ils détiennent sans interruption depuis l'Antiquité"...

D’où ma question de départ : « Y a-t-il eu survivance du druidisme jusqu’à nos jours, et si oui par quelle filière s’est-il maintenu ? »
 
Bien sur, en tant que druidisant j’aurais aimé que les druides aient continué d’enseigner leur doctrine et transmis le sacerdoce dans la clandestinité la plus totale jusqu’à son « réveil » en 1717, mais malheureusement aucune preuve ne vient attester cette hypothèse.
 
Ceci dit, comment expliquer que l’on retrouve dans les sociétés secrètes initiatiques telle que la F:. M:. un héritage druidique incontestable ? Ce peut-il, de fait, que les premiers Maçons aient été des druides ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mar 13 Fév 2007 - 17:37

D'abord, je ne pense pas qu'on puisse parler d' "héritage druidique incontestable". Il y a, en Maçonnerie comme dans d'autres domaines de l'activité humaine, des éléments d'origine celtique. Il y a également des éléments symboliques fondamentaux qu'on peut retrouver aussi dans la tradition celtique (le ternaire en est un, par exemple). Mais doit-on nécessairement supposer un héritage direct des druides ?

Le "druidisme" en tant qu'institution ne peut pas avoir perduré clandestinement. Même en supposant une survie plus longue qu'on ne le croit dans la Gaule romaine, la christianisation a ensuite été totale et sincère. Croire que les druides ont pu (et voulu) exister clandestinement pendant des siècles de christianisme triomphant est une erreur, c'est prendre à tout prix ses désirs pour des réalités.

Mais, comme je te l'ai déjà dit plusieurs fois, il y a des survivances, culturelles, cultuelles, linguistiques, religieuses. Toutes ces survivances se trouvent DANS le christianisme, et dans son ésotérisme, aujourd'hui concentré dans la Franc-Maçonnerie.

J'ai longtemps - toute mon adolescence et encore une dizaine d'années - été anti-chrétien, et j'ai compris plus tard que je passais complètement à côté du sujet. Partout où le christianisme s'est imposé, il a remplacé les anciens rites parce que, comme le dit Colum Cille (Columba), abbé d'Iona au VI° siècle : "Is é mo drui'' Crist mac Dé" = "Mon druide est le Christ, fils de Dieu". Il n'a pas exterminé la tradition celtique, il l'a absorbée...

Maintenant, ta question :
Citation :
Ce peut-il, de fait, que les premiers Maçons aient été des druides ?
est intéressante. Mais réductrice. Il n'y a pas de "premiers Maçons". La Maçonnerie actuelle est le réceptacle de nombreuses anciennes traditions, plus ou moins conscientes. Il n'est pas impossible, à mon avis, que parmi ces anciennes traditions, la tradition celtique ait sa part, en particulier par l'Irlande et l'Ecosse gaélique, et toujours par et dans l'Eglise chrétienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3787
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mar 13 Fév 2007 - 21:13

Je comprends … D’ailleurs un des nôtres semble partager tes arguments.

Citation :
Alain Le Goff ne se veut pas le rejeton des sociétés néo-druidiques du pays de Galles ou de anglaise fondées en 1717 par John Toland et en 1781 par Henri Hurle. Son souchage est différent. Contrairement à ses confrères, il se réfère et prouve une lignée moins typiquement celtique : la Franc-Maçonnerie. Le premier maillon d’une longue chaîne initiatique ! Car les animateurs de la Kredenn Geltiek Hollvedel n’hésitent pas à annexer les « frères trois points ». Alain Le Goff affirme qu’une initiation celtique était délivrée à certains Francs-maçons bretons au XVIIIème siècle, mais il remonte encore plus loin dans le temps. Passer de la franc-maçonnerie au druidisme lui ferait penser à une purification, une remontée dans le temps ou plutôt à un ralliement. Et d’égrainer les dates d’un druidisme indestructible/insubmersible : 1125 fondation de l’ordre du Temple par Saint Bernard, 1148 visite de l’évêque irlandais Malachie O’Morgain à Cîteaux, 1312 fondation en Ecosse de la première loge des maçons libres et acceptés, 1717 fondation de la Grande Loge maçonnique d’Angleterre, puis de l’Ancient Druid Order …

La filiation initiatique druidique serait ainsi ininterrompue jusqu’au XIIème siècle. Puis par le biais du bardisme et du monachisme, des templiers et des cisterciens, la tradition religieuse se serait perpétuée dans la nuit chrétienne. La mère bardique aurait été en gestation du druidisme. La filière monachique est complétée par la filière maçonnique. Alain Le Goff parle même d’un souchage néo-druidico-maçonnique réalisé par le Lorientais Jacques de Cambry (1749-1807) et le pamphlétaire rennais Mangourit (1752-1829) qui sous les auspices du Grand Orient et de la loge La Parfaite Union de Rennes, dispensèrent à leurs frères bretons une initiation celtique, tout comme les Maçons Marius Lepage et Gérard Toublanc tentèrent la même expérience à Laval puis à Rennes dans les années cinquante.

La résurgence d’un courant paganisant au XVIIIème siècle ne serait alors pas surprenant. Alain Le Goff tendrait notamment à penser que la Grande Loge maçonnique d’Angleterre, fondée le 24 juin 1717, dériverait de l’Ordre du Temple … Avant la dissolution officielle en 1314 de l’Ordre commandé par Jacques de Molay, des Templiers se seraient mis à couvert sur l’île de Mull en Ecosse. Deux ans avant que le Grand maître du Temple ne périsse sur le bûcher en maudissant le pape Clément V et le roi Philippe Le Bel, des Templiers se rebaptisent « maçons libres et acceptés ». De fil en aiguille, du néo-druidisme à la franc-maçonnerie, de la maçonnerie à l’Ordre du Temple … On arrive à Citeaux !

Les liens entre Saint Bernard et les Templiers pourraient troubler l’historien des religions. Hasard ou filiation ? André de Montbard, l’un des neuf fondateurs du Temple, n’est autre que l’oncle du saint abbé. La règle du Temple a été dictée par Saint Bernard … Du monastère bourguignon à l’Irlande, il y a un grand pas que les Bretons n’hésitent pas à franchir. Les relations entre l’ordre des Cisterciens et l’église d’Irlande retiennent toute l’attention. C’est en effet à Citeaux que meurt le primat d’Irlande, Saint Malachie. Plus que des liens de fraternité chrétienne, l’amitié entre Bernard et Malachie revêtirait une valeur symbolique voire initiatique. Alain Le Goff taille une brèche dans le catholicisme. « Malachie est un kuldéen, un Kile Doue, un Amie de Dieu … C’est par ce nom qu’on désignait au VIIème siècle les bardes irlandais convertis au christianisme ». De là à prétendre que les Cisterciens sont les héritiers des druides irlandais par l’entremise des Kuldéens ?

Les preuves écrites d’une telle transmission ne sont pas apportées. Il n’existe que des indices : conversions irlandaises au VIIème siècle, voyages répétés entre la Bourgogne et l’Irlande au XIIème siècle, parenté entre Bernard et le Temple, émigration d’Auvergne en Ecosse au XIVème siècle, transfert de Loges d’Aberdeen à Londres au XVIIIème siècle … Voilà beaucoup de pérégrinations pour des pèlerins en robe blanche ! Qu’ils soient druides, cisterciens, templiers ou francs-maçons, les voyageurs du temps passé n’ont pas fini de faire parler dans les clairières bretonnes.

Ordos 1,618 - n° 2 - août 1994

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bregwenn
Druide
avatar

Nombre de messages : 179
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mer 14 Fév 2007 - 11:29

skindianat a écrit:
N'oubliez pas que de nombreux maçons ont intégré et intègrent encore des collèges Druidiques ou druidisants. Ils furents nombreux dans la "Kenvreuriezh Prederouriel an Drouized" -( Confraternité Philosophique des Druides de Bretagne, à Nantes).
N'importe quoi ! Ils n'ont été au plus que 3 ! d'où viennent vos sources ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mer 14 Fév 2007 - 12:32

Auetos,

Je savais qu’Alain Le Goff, lui-même FM, avait fondé son propre néo-druidisme sur la Franc-Maçonnerie. Hélas, il est aujourd’hui très malade, à ma connaissance. En tout cas, les derniers documents disponibles montrent une certaine « dérive » de son mouvement vers l’identitarisme et le « survivalisme » en prévision d’une « prochaine catastrophe », avec entraînement militaire, etc… Un beau millénarisme.

L’article d’Ordos que tu cites est intéressant, et mérite d’être examiné point par point.

Citation :
Alain Le Goff ne se veut pas le rejeton des sociétés néo-druidiques du pays de Galles ou de anglaise fondées en 1717 par John Toland et en 1781 par Henri Hurle. Son souchage est différent. Contrairement à ses confrères, il se réfère et prouve une lignée moins typiquement celtique : la Franc-Maçonnerie. Le premier maillon d’une longue chaîne initiatique ! Car les animateurs de la Kredenn Geltiek Hollvedel n’hésitent pas à annexer les « frères trois points ». Alain Le Goff affirme qu’une initiation celtique était délivrée à certains Francs-maçons bretons au XVIIIème siècle, mais il remonte encore plus loin dans le temps.

Je ne comprends pas bien : est-ce que des Francs-Maçons bretons auraient reçu, au XVIII° siècle, une « initiation celtique » ? Mais par qui ? Encore une hypothétique « lignée familiale » ? C’est invraisemblable…

Citation :
Passer de la franc-maçonnerie au druidisme lui ferait penser à une purification, une remontée dans le temps ou plutôt à un ralliement. Et d’égrainer les dates d’un druidisme indestructible/insubmersible : 1125 fondation de l’ordre du Temple par Saint Bernard, 1148 visite de l’évêque irlandais Malachie O’Morgain à Cîteaux, 1312 fondation en Ecosse de la première loge des maçons libres et acceptés, 1717 fondation de la Grande Loge maçonnique d’Angleterre, puis de l’Ancient Druid Order …

L’Ordre du Temple a été fondé en 1119 par Hughes de Payns et ses compagnons, puis soutenu ensuite par Bernard de Clairvaux, qui en écrira la Règle. Il est clair qu’il s’agit d’une fondation champenoise. J’aimerais cependant qu’on montre ce qui, dans la doctrine ou la pratique de saint Bernard de Clairvaux ou celles des Templiers, se rapproche du « druidisme »… Qui a lu saint Bernard ? C'est tout ce qu'il y a de plus orthoxement chrétien.

Citation :
La filiation initiatique druidique serait ainsi ininterrompue jusqu’au XIIème siècle.

Quid de l’Antiquité jusqu’au XII° siècle ? Pas un mot. En effet, on se demande comment une « filiation initiatique druidique » se serait perpétuée clandestinement pendant au moins 7 ou 8 siècles…

Citation :
Puis par le biais du bardisme et du monachisme, des templiers et des cisterciens, la tradition religieuse se serait perpétuée dans la nuit chrétienne. La mère bardique aurait été en gestation du druidisme. La filière monachique est complétée par la filière maçonnique. Alain Le Goff parle même d’un souchage néo-druidico-maçonnique réalisé par le Lorientais Jacques de Cambry (1749-1807) et le pamphlétaire rennais Mangourit (1752-1829) qui sous les auspices du Grand Orient et de la loge La Parfaite Union de Rennes, dispensèrent à leurs frères bretons une initiation celtique, tout comme les Maçons Marius Lepage et Gérard Toublanc tentèrent la même expérience à Laval puis à Rennes dans les années cinquante.

Au XIX° siècle, il y a eu de nombreuses « résurgences » très romantiques de tout et de n’importe quoi, des Egyptiens aux druides. Ca ne prouve en rien la filiation, dont on se demande encore une fois d’où elle venait.

Citation :
La résurgence d’un courant paganisant au XVIIIème siècle ne serait alors pas surprenant. Alain Le Goff tendrait notamment à penser que la Grande Loge maçonnique d’Angleterre, fondée le 24 juin 1717, dériverait de l’Ordre du Temple … Avant la dissolution officielle en 1314 de l’Ordre commandé par Jacques de Molay, des Templiers se seraient mis à couvert sur l’île de Mull en Ecosse. Deux ans avant que le Grand maître du Temple ne périsse sur le bûcher en maudissant le pape Clément V et le roi Philippe Le Bel, des Templiers se rebaptisent « maçons libres et acceptés ». De fil en aiguille, du néo-druidisme à la franc-maçonnerie, de la maçonnerie à l’Ordre du Temple … On arrive à Citeaux !

La filiation Templiers à Franc-Maçonnerie est abandonnée par les francs-maçons eux-mêmes depuis 1782, date du Convent de Wilhelmsbad qui fonda le Rite Ecossais Rectifié. Ce dernier ne revendique qu’un « héritage spirituel », et non une filiation historique.

Citation :
Les liens entre Saint Bernard et les Templiers pourraient troubler l’historien des religions.

On se demande pourquoi ça pourrait le troubler : c’est connu depuis très longtemps.

Citation :
Hasard ou filiation ? André de Montbard, l’un des neuf fondateurs du Temple, n’est autre que l’oncle du saint abbé. La règle du Temple a été dictée par Saint Bernard … Du monastère bourguignon à l’Irlande, il y a un grand pas que les Bretons n’hésitent pas à franchir. Les relations entre l’ordre des Cisterciens et l’église d’Irlande retiennent toute l’attention. C’est en effet à Citeaux que meurt le primat d’Irlande, Saint Malachie. Plus que des liens de fraternité chrétienne, l’amitié entre Bernard et Malachie revêtirait une valeur symbolique voire initiatique. Alain Le Goff taille une brèche dans le catholicisme. « Malachie est un kuldéen, un Kile Doue, un Amie de Dieu … C’est par ce nom qu’on désignait au VIIème siècle les bardes irlandais convertis au christianisme ». De là à prétendre que les Cisterciens sont les héritiers des druides irlandais par l’entremise des Kuldéens ?

Malachie, abbé d’Armagh, est mort à Clairvaux, et non à Citeaux, en 1148. Il est tout le contraire d’un Culdee. Je cite une partie de sa biographie sur Wikipedia, traduite par moi-même :
“The influence of St. Malachy in Irish ecclesiastical affairs has been compared with that of Boniface in Germany. He reformed and reorganized the Irish Church and brought it into subjection to Rome; like Boniface, he was a zealous reformer and a promoter of monasticism.”
« L’influence de saint Malachie dans les affaires ecclésiastiques irlandaises a été comparée à celle de saint Boniface en Germanie. Il réforma et réorganisa l’Eglise irlandaise et l’amena à la sujétion à Rome ; comme Boniface, il fut un réformateur zélé et un promoteur du monachisme. »
Il extirpa même les « barbarismes » et fit adopter la liturgie romaine. Il voyagea à Rome, en passant par l’Ecosse, l’Angleterre et la France, où il rendit visite à saint Bernard de Clairvaux. C’est lors de son second voyage vers Rome qu’il mourut lors de son étape à Clairvaux. Voilà dont qui n’est pas très culdee.
Entre parenthèses, Culdee ne vient pas de « Kile Doue » (avec un Doue bien breton), mais de Cile Dé, « vassal de Dieu » en irlandais. Ce ne sont pas des « bardes irlandais convertis au christianisme », mais des moines chrétiens suivant une règle très stricte, créée par saint Maelruain de Tallaght et saint Oengus au VIII° siècle…

Citation :
Les preuves écrites d’une telle transmission ne sont pas apportées. Il n’existe que des indices : conversions irlandaises au VIIème siècle, voyages répétés entre la Bourgogne et l’Irlande au XIIème siècle, parenté entre Bernard et le Temple, émigration d’Auvergne en Ecosse au XIVème siècle, transfert de Loges d’Aberdeen à Londres au XVIIIème siècle … Voilà beaucoup de pérégrinations pour des pèlerins en robe blanche ! Qu’ils soient druides, cisterciens, templiers ou francs-maçons, les voyageurs du temps passé n’ont pas fini de faire parler dans les clairières bretonnes.

Ordos 1,618 - n° 2 - août 1994
Bref, un tissu d’approximations voulant « prouver » la filiation clandestine d’une « initiation celtique », mais qui ne tient pas debout. En Irlande, comme ailleurs, les druides, poètes et filid se sont sincèrement convertis au christianisme, dans lequel s’est fondue l’initiation celtique. La forme druidique est morte. C’est aujourd’hui à l’intérieur du christianisme, et de son ésotérisme, que gît virtuellement son essence – qui est la même que celle de tous les ésotérismes authentiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3787
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Ven 16 Fév 2007 - 18:11

J’ouvre une petite parenthèse, pour faire une légère mise au point.

Bien que je sois d’accord avec la totalité de ton post, Fergus, je ne le suis pas vraiment avec ton premier paragraphe.

Alain Le Goff n’a pas fondé l’obédience qu’il « gouverne » depuis seulement 1990. Celle-ci fut créée en 1936 par ce qu’il appelle « les trois piliers », c’est-à-dire Morvan Marchal (Artonouios), le comte Francis Bayer du Kern (Ueroestrumnis) et Raffig Tullou (Lugumarcos).

S’il est vrai que son obédience a, par certains côtés, un relent de « millénarisme », il faut toutefois préciser qu’il ne s’agit en rien d’une vision christique de la chose. Il ne proclame pas la fin du monde, le châtiment divin, ni ne demande à quiconque de sauver son âme en se convertissant. Non ! Sa vision est plus … druidique. Pour lui cette fin est cyclique. C’est la fin d’un monde qui s’ouvre sur le début d’un autre. Rien à voir avec l’Apocalypse annoncé par Jean.
Ceci dit Alain Le Goff n’a pas totalement faux. Quant on voit tout ce qui se passe autour de nous. Fonte des neiges dites éternelles, fonte de la banquise, canicule, sécheresse … on est en droit de se poser la question. Les druides ne disaient-ils pas, en parlant de la fin du monde, qu’un jour le feu et l’eau prévaudront ?

Quant à la dérive identitaire je serais, la aussi, plus nuancé. Le terme « identitaire » est sujet à mauvaise interprétation si on ne fait pas une petite mise au point. Ce terme est tout de suite perçu comme de la xénophobie, du racisme et autre alors qu’ici il n’en est rien. Il s’agit simplement du principe fondamental de la logique traditionnelle d’une appartenance à un groupe humain. Celte en ce qui nous concerne.

De plus, je ne suis pas d’accord, mais alors pas du tout d’accord avec le fait que tu dises que l’obédience d’Alain Le Goff est « Paramilitaire ». Il n’y a rien de plus faux. Cette obédience n’a strictement rien de militaire et est, selon moi, une des plus sérieuse, des plus structuré et des le plus avancé sur le plan de la réflexion. Ce serait plus un groupe à tendance monastique qu’un camp d’entraînement para-commando.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
skindianat
Druide


Nombre de messages : 103
Localisation : Ouest
Date d'inscription : 23/03/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Dim 18 Fév 2007 - 1:00

bregwenn a écrit:
skindianat a écrit:
N'oubliez pas que de nombreux maçons ont intégré et intègrent encore des collèges Druidiques ou druidisants. Ils furents nombreux dans la "Kenvreuriezh Prederouriel an Drouized" -( Confraternité Philosophique des Druides de Bretagne, à Nantes).
N'importe quoi ! Ils n'ont été au plus que 3 ! d'où viennent vos sources ?

Il me semble en avoir rencontré 5. (Et je ne connaissais pas l'origine de chaque membre !) Ce qui fait quand même un pourcentage non négligeable, pour une organisation druidique d'une trentaine de membres réguliers. Et j'ai connu la triste fin de ce groupe rongé par les conflits d'intérêt individuel et par l'ambition du pouvoir nantais. Bien loin de l'idéal qu'on attendait d'un tel collège.


FERGUS a écrit:
skindianat a écrit:
Milles excuses. Ce n'est pas le "Celui de l'Ours", avec lequel je ne suis pas en contact et qui n'est pas Frère maçon,

Qu'en sais-tu ? Cool
Celà ne se reflète pas dans le livre que j'ai lu de lui, ni dans un extrait là : http://www.bretagne-celtic.com/rencontre_ours.htm. Bien sûr celà ne veut rien dire.
Par contre concernant le christianisme, je ne peux pas te suivre. Même avec tous tes arguments, il est des réalités qu'on ne peut effacer. Mais je ne partirai pas sur ce thème et me tairai sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3787
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Dim 18 Fév 2007 - 11:47

Non, non, ne vous taisez pas. Argumentez, développez, démontrez.

Vous n’êtes pas le seul à croire à cette filiation.

Dans un petit livre « Véselay et Saint Bernard », p. 143, Marcel Moreau nous dit : « Contemplatif, il (St Bernard) disait qu’il avait trouvé le sens des Ecritures en méditant et en priant dans les bois et qu’il n’eut jamais d’autres maîtres que les chênes et les hêtres.
En cela il se rattachait à l’ancienne tradition celtique dont il avait rétabli le culte de la mère, la Virgini pariturae, « Médiatrice Universelle », « la charnière indispensable qui accroche l’humain au divin ».
»

Plus loin, p. 173-183, Galamus, drwd, nous dit : « Crois-en mon expérience, c’est dans la forêt et non dans les livres que tu trouveras la Vie supérieure. Voilà la signature druidique de Bernard. Le culte druidique se célèbre dans la Nature ; les pèlerinages actuels en sont encore un vivant témoignage […] La loi des Templiers était johannite et non romaine. Elle avait été établie par Bernard. Il aurait pu établir définitivement une religion plus vraie, plus pure, mais connaissant la nécessité des épreuves, il a respecté le calendrier cosmique.
Bernard qui admet les fondations de l’Eglise du moment, mais combat l’idolâtrie et garde une totale indépendance d’esprit lorsqu’il déclare : « A regarder les sculptures somptueuses et les peintures raffinées, celui qui prie oublie même l’élan de sa prière … car on passe volontiers plus de temps à regarder ces bizarreries qu’à méditer la Loi divine. »
[…] Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, disait Rabelais, un autre Druide […] Nous avons en particulier, comme relais du Druidisme, le grand troubadour d’Assise né en Ombrie, une des premières colonies celtes d’Occident. Les Carbonari ?. – D’autres Blancs de la forêt – de filiation druidique – qui comptèrent dans leurs rangs, non seulement Jeanne d’Arc, mais aussi La Fayette et Garibaldi. Rabelais et Cervantes furent également Tertiaires franciscains des Blancs de l’Eglise johannite, comme Dante et le Vinci. Ronsard fut un vrai Druide … »

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bregwenn
Druide
avatar

Nombre de messages : 179
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Lun 19 Fév 2007 - 9:34

skindianat a écrit:
Et j'ai connu la triste fin de ce groupe rongé par les conflits d'intérêt individuel et par l'ambition du pouvoir nantais. Bien loin de l'idéal qu'on attendait d'un tel collège.

l


la confraternité philosophique des druides existe toujours !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mer 21 Fév 2007 - 19:12

Auetos,

Je ne suis pas d'assez près les différents groupes néo-druidiques pour avoir des avis définitifs sur tel ou tel. Il est vrai que celui de Le Goff m'avait paru d'un niveau culturel plus élevé que beaucoup d'autres. J'ai quand même beaucoup de craintes quand je lis les textes sur le "survivalisme". J'ai peur qu'une telle attitude frise le sectarisme pur et dur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celui du Pays de l'Ours
Druide


Nombre de messages : 3
Age : 62
Localisation : Berry
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Je suis bien vivant...   Mer 2 Mai 2007 - 19:51

Bonjour à tous,

Je ne suis pas un habitué du net... Homme des forêts un peu lent, je viens de découvrir votre forum... Je ne désire pas participer à vos échanges, non pas que je les juge sans intérêt, bien au contraire! Mais je garde un souvenir cuisant d'un échange de ce type sur un autre forum, il y a quelques années... Auetos doit s'en souvenir. Il avait été le seul à parler en ma faveur en cette époque. Je n'avais pas eu l'occasion de le remercier. Voilà, c'est fait! Peut-être avais-je été maladroit... Je ne tiens pas à refaire l'expérience, guère habile que je suis par mail interposé. Je préfère la discussion de vive voix. Elle prête moins à confusion, à mon avis. Je tiens à saluer ici particulièrement Fergus avec lequel j'avais justement eu une conversation en direct lors d'un repas pris chez des amis communs. Grace à lui mes amis savent que je suis bien vivant! Ouf! Je l'assure de toute mon amitié, de mon amitié la plus sincère, de mon amitié la plus profonde. J'interviens simplement parcequ'une fois de plus, j'ai été confondu avec Arz Bro Naoned. Je ne suis pas froissé, bien au contraire. B.B était pour moi un ami précieux et un frère, au moins en druidisme. Son nom de plume,Arz Bro Naoned signifie, vous le savez: L'ours du pays nantais. Le mien est tout simplement: Celui du Pays de l'Ours et pas Celui de l'ours. Je l'explique sur ce fameux article internet auquel fait allusion Skindianat. Moi aussi je n'aime pas cet article. Si c'était à refaire, je m'abstiendrai... Je l'ai relu hier, et je trouve qu'il ne reflète vraiment pas ce que je suis aujourd'hui... C'était il y a huit ans environ... L'erreur est humaine...

Continuez, j'aime à vous lire.

Mes amitiés à ceux que je connais et à tous les autres aussi bien sûr...

L'ours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Jeu 3 Mai 2007 - 12:18

Quel plaisir de te voir ici, sorti de ta tanière !

Je t'embrasse fraternellement, et espère te voir bientôt, chez nos amis communs ou ailleurs. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belenuntia

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 53
Localisation : 94
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mer 6 Fév 2008 - 16:34

Dans des domaines comme ceux des guérisseurs, le savoir se transmet parfois dans la même famille de père en fils ou de mère en fille...

est-il possible que d'autres parties du savoir druidique ai pu survivre de cette manière ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Jeu 7 Fév 2008 - 0:08

Bien sûr, des parties éparses de l'ancienne tradition celtique ont pu être - et ont même sûrement été - transmises de générations en générations. Médecine traditionnelle, mythes, règles de droit, etc... Il n'en reste pas moins que la classe sacerdotale des druides a cessé d'exister en tant que telle. Ces bribes n'étant plus incluses dans un savoir global, référé à une doctrine métaphysique consciente, n'a pu que dégénérer en recettes et en superstitions. Il suffit de quelques générations, tout au plus. Alors, 18 siècles...


(PS : heureux de lire une citation d'Arnaud Desjardins, qui est un homme passionnant).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belenuntia

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 53
Localisation : 94
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Jeu 7 Fév 2008 - 7:46

Oui, je suis d'accord. Se dire druide issu d'une lignée ininterrompue me semble illusoire.
Mais en rassemblant les survivances éparses et en les étudiant, les confrontant à l'archéologie notamment, une tradition druidique peut renaitre.

Ce forum est d'ailleurs une excellente initiative pour faire avancer les connaissances. Smile


PS : oui, Arnaud Desjardins est passionnant à lire et à écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taranorbios
Druide
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 68
Localisation : Provence
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Ven 8 Fév 2008 - 22:48

Belenuntia a écrit:

"Mais en rassemblant les survivances éparses et en les étudiant, les confrontant à l'archéologie notamment, une tradition druidique peut renaitre."

Lorsque nos ancêtres décidèrent de "se dissoudre" dans "l'obscurité", les raisons étaient que tous les savoirs, rituels cultuels, connaissances de l'univers... étaient déjà transmis. Lorsqu'il est dit que les bardes, druides ... ne peuvent ni ne doivent transmettre aux "esclaves", il est bien sûr signifié que seuls les "élus", c'est-à dire ceux qui sont dans leur cycle d'évolution, ont le droit, c'est-à-dire la capacité de savoir; les "esclaves" représentent ceux qui sont dans leur cycle d'involution, c'est-à-dire ceux dont le devoir urgent est de s'intégrer à la matière, de finir leur stade d'esclavage à la matière, d'être ensuite révélés à eux-même par une initiation, c'est-à-dire une mise sur le chemin, sur leur propre voie d'évolution, en harmonie avec leur déité intérieure de lumière.
Nos ancêtres ont reconnu et identifié dans le monothéisme catholique ésotérique la véritable voie de révélation de soi à soi-même et ont fourni tous leurs moyens pour aider à cette révélation de l'évolution. Le monothéisme catholique exotérique a complètement dévoyé, c'est-à-dire détourné de sa voie, de sa mission, les transmissions qui devaient être les siennes, et ce dans un but de profit strictement temporel (le pouvoir, ça dit quelque chose à quelqu'un?!!). La création de toutes sortes de loges, d'obédiences qui CO-OPTAIENT leurs membres était destinée d'abord à identifier exclusivement des membres qui étaient dans un cycle dit d'évolution et avaient déjà franchi le "nadir", puis de leur transmettre l'essentiel des moyens afin de perfectionner et d'amplifier les savoirs et pouvoirs (ésotériques, bien sûr) qu'ils détenaient, afin de les "libérer, c'est-à-dire de les aider à transiter pour accompagner l'humanité. Hélas, tout cela aussi est bien dévoyé et dans une multitude de groupes ... on retrouve la même soif de pouvoir temporel abject et on y retrouve aussi beaucoup qui n'ont aucune idée de ce que peut représenter un cycle d'évolution. La véritable initiation est l'ouverture de la voie vers la maîtrise des plans supérieurs à l'intérieur de soi-même, par un travail ésotérique puissant, et ne passe certainement pas par un "gourou" ... Le véritable pouvoir n'a pas besoin de démonstration, il se suffit à lui-même.
La véritable loge, clairière ... est le lieu où l'allégresse est de reconnaître et d'identifier les "frères"... comme des autres soi-mêmes parce qu'ils vibrent dans le même plan vibratoire et que d'eux émane la même lumière que celle qui nous anime. Cette loge, cette clairière est vaste comme la terre et arriver à se rencontrer est un plaisir qui sans être quotidien est tout de même assez courant.
On ne peut pas imaginer que les planètes, les montagnes, les constructions humaines soient identiques à elles-mêmes à des centaines d'années d'écart. Alors pourquoi imaginer "retrouver" hors contextes matériel, linguistique, historique ... des préoccupations philosophiques, cultuelles qui étaient celle de nos ancêtres celtes?? A leur époque, le temple était à l'extérieur, dans la nature. Depuis, il a migré et il est maintenant en chacun de nous, à l'intérieur. Je croise presque souvent de "vrais" "druides" puissants dont la modestie et la discrétion m'inondent de lumière. ETRE (au sens de l'ESSENCE SACREE VERITABLE) druide, ou grand initié, ou ..., n'a "besoin" ni de pompe, ni de langue "exclusive". N'est-il pas dit :"Frappe, et on t'ouvrira"?

Avec mon respectueux salut,

Taranorbios
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deruos
Druide
avatar

Nombre de messages : 113
Age : 54
Localisation : Dijon bourgogne
Date d'inscription : 19/01/2008

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Sam 9 Fév 2008 - 21:17

ne peut on aussi penser que le druidisme d'aujourd'hui puisse se nourrir des recherches et résultats des sciences comme la physique quantique, la parapsychologie, la neurobiologie, ou encore certaines études très sérieuses sur les NDE, l'écologie, ...
pourquoi devrait il se limiter "aux survivances éparses" et à l'archéologie et ne pas se nourrir des découvertes de notre temps?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cernunnos.over-blog.com/
Belenuntia

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 53
Localisation : 94
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Dim 10 Fév 2008 - 8:31

Oui, tout à fait....on ne doit pas vivre que dans le passé.....
les deux démarches sont complémentaires pour moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saille
Femme-druide
avatar

Nombre de messages : 4
Localisation : Carnutes
Date d'inscription : 15/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mer 13 Fév 2008 - 9:52

Bonjour,

Je vous lis assez souvent, mais je n'interviens pas beaucoup. Toutefois, concernant A. Le Goff, je peux vous préciser qu'il m'arrive de temps en temps de célébrer avec eux. Je n'ai rien vu de sectaire dans leur mouvement, ni de militaire Laughing

Saille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnutes.com
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3787
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Sam 16 Fév 2008 - 9:59

Bien que celle-ci ne soit pas vraiment utile puisque j’ai, en son temps, souligné ce fait, je vous remercie néanmoins pour votre intervention Saille…

La question est : le Druidisme a-t-il put survivre jusqu’à nos jours ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Ven 22 Fév 2008 - 14:46

Belenuntia a écrit :

Citation :
"Mais en rassemblant les survivances éparses et en les étudiant, les confrontant à l'archéologie notamment, une tradition druidique peut renaitre."
Non, une tradition est comme un organisme vivant, elle transmet non seulement un "savoir", mais surtout la "Connaissance", c'est-à-dire, comme le dit Guénon, une "influence spirituelle". Aucune tradition disparue ne peut être revivifiée, si elle a réellement cessé de transmettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belenuntia

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 53
Localisation : 94
Date d'inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   Mar 26 Fév 2008 - 16:41

Alors quelqu'un qui serait héritier sans interruption d'une partie de cette tradition ( par exemple un enseignement dans un domaine particulier de père en fils ) ne pourrait pas se dire héritier de cette tradition ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Survivance du Druidisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Survivance du Druidisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Druidisme aujourd'hui ... quelles sont vos réponses ?
» Le Néo-Druidisme par Tadhg MacCrossan
» Druide et druidisme de nos jours
» le néo-druidisme
» Perception du druidisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le Druidisme :: Histoire / Archéologie-
Sauter vers: