forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Réincarnation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: La Réincarnation   Jeu 12 Jan 2006 - 14:11

Cet exposé fait suite au fil sur "l'Ame Immortelle" dans le forum "préceptes druidiques".


En prenant, comme références les écrits de ces auteurs (César, Diodore de Sicile, Strabon, Ammien Marcellin, Lucain, etc.), j’espère avoir démontrer que la science de la réincarnation était un véritable enseignement druidique et non, comme on a tendance à le croire, une propension new âge.

En effet, pendant 20 siècles, l’idéologie dominante en Occident a étouffé tout intérêt sérieux ou général portant sur la préexistence et la survivance de la conscience au-delà du corps actuel. Pourtant, comme nous allons le voir, dans l’histoire occidentale, il y a toujours eu des penseurs qui ont compris et ont affirmé l’immortalité de la conscience et la transmigration de l’âme.

La croyance en l’immortalité de l’âme n’apparaît pas comme un dogme secondaire dans la croyance celtique, car pour nos ancêtres, l’être individuel est une réplique exacte de l’ « Etre universel », de « Celui que l’on ne nomme pas » et l’âme ou Soi individuelle n’est qu’un fragment de l’âme universelle. Le corps lui aussi et le mental, organe de la pensée, font partie de la substance et du mental universel. Chacun de ces éléments retourne à sa propre substance lorsque le nœud se défait et l’être individuel cesse d’exister. Sa matière retourne à la matière, sa pensée à la pensée universelle, ses facultés aux facultés universelles, etc., dont elles n’avaient jamais, en fait, été réellement séparées.

Le nœud de l’individualité se défait progressivement par degrés. Lorsque les enveloppes les plus extérieures disparaissent, certains des éléments subtils peuvent rester associés pour un temps. C’est ainsi que sont formés les corps transmigrants. Ces corps transmigrants peuvent de nouveau former un nœud avec la matière corporelle et connaître ainsi une nouvelle naissance ou ils peuvent au contraire se dissocier de plus en plus et ceci les conduit à la libération finale dans l’ « Etre universel » au sein de couiocanton qui se résout lui-même dans le Non-être.

A l’origine, l’âme vient de l’ « Etre universel », de « Celui que l’on ne nomme pas ». Tout comme une  étincelle provenant d’un feu semble s’éteindre lorsqu’elle tombe hors de celui-ci, l’étincelle de l’âme tire son origine du monde spirituel. En ce monde matériel d’abrodumnon, l’âme subit l’influence de trois conditions propres à la nature : la vertu, la passion et l’ignorance. Lorsqu’une étincelle entre en contact avec des herbes sèches, elle demeure incandescente ; si elle tombe sur la terre, elle ne peut manifester aucune incandescence, à moins qu’il ne s’y trouve quelque combustible ; et si l’étincelle vient à tomber dans l’eau, elle s’éteint. Nous constatons ainsi que l’âme connaît trois sortes de conditions d’existences. Un être distinct aura tout à fait oublié sa nature spirituel, un autre l’aura presque oubliée, mais tout en conservant un instinct spirituel, un autre enfin recherchera sans cesse la perfection spirituel. Donc, si l’âme est bien guidée, elle peut alors facilement retourner en sa demeure originelle, en couiocanton, le monde de la plénitude et de la béatitude, auprès de « Celui que l’on ne nomme pas ».

Cette conception si précise de l’âme et de son devenir qu’avaient les Gaulois a fait dire aux quelques auteurs qui l’étudièrent que certaines de ces vues étaient analogues aux théories de Pythagore ou à celles des Brahmanes. A l’évidence les Gaulois que rencontrent Poseidonios et Cicéron, en leur temps, ont quitté depuis bien longtemps déjà les représentations très archaïques et tout imprégnées de leur appartenance communautaire « d’âme primitive ». L’âme à laquelle croient les druides et qui se révèle dans les débats antiques sur les origines de la philosophie, a la particularité première d’être une âme individuelle qui se nourrit de l’expérience de la vie et dont le destin dépend des vertus de l’individu.

Ainsi, c’est par le respect de grands principes moraux que l’être peut conduire l’âme vers son immortalité. Immortalité qui est le couronnement d’une vie vertueuse et/ou d’une mort héroïque.


Le Dogme de la Réincarnation

La réincarnation attire à nouveau les intellectuels et les masses de l’Occident qui s’unissent aux hindous, aux bouddhistes, aux taoïstes et aux adeptes d’autres religions comme le druidisme qui ont compris, par tradition, que la vie ne commence pas avec la naissance et ne se termine pas avec la mort.

Les principes de la réincarnation nous permettent de considérer la vie dans une perspective beaucoup plus étendue, du point de vue de l’éternité. La brève durée d’une existence n’est plus regardée alors comme le commencement de notre vie, mais comme un simple éclair dans le temps ; il nous sera possible de comprendre que des personnes apparemment pieuses qui subissent de grands malheurs récoltent les conséquences d’actes impies commis dans cette vie ou dans une vie précédente. Avec cette vision très élargie de la justice universelle, nous pouvons voir comment chaque âme individuelle est seule responsable de sa propre vie.

Nos actions sont comme des graines. Elles sont plantées et, au bout d’un certain temps, elles germent et portent leurs fruits. Ces derniers correspondront à des phases de bonheur ou de malheur pour l’être vivant, qui réagira, soit en améliorant sa nature, soit en se comportant comme un animal. Dans les deux cas, les lois de la réincarnation agissent de façon impartiale ; elles octroient à chaque être vivant la destinée qu’il s’est forgée par ses activités passées.

Ce système libéral de récompense et de châtiment peut choquer de prime abord, mais il s’agit en fait d’une justice parfaite et compatible avec la conception d’un Dieu de miséricorde.

Seuls les êtres ayant eu une vie vertueuse ou une mort héroïque et, de ce fait, s’étant affranchi du cycle des renaissances et ne subissant plus l’incessant va et vient peuvent, s’ils le souhaitent, reprendre un corps humain afin de redescendre dans ce monde dans un but altruiste d’aider une tierce personne ou pour acquérir de nouvelles connaissances.

Les lois du Trodma contraindront les hommes qui ne s’enquièrent pas de leur nature supérieure, non physique, à subir le cycle des morts et des renaissances.

Ce sont les multiples réactions du Trodma de nos vies précédentes et de notre vie actuelle qui déterminent notre existence en ce monde. Celui qui sait tirer parti de la forme humaine peut résoudre tous les problèmes de l’existence et rompre le joug de l’incessant cycle des réincarnations. Toutefois, si une âme ayant évolué jusqu’à la forme humaine gaspille sa vie en se livrant à des actions visant uniquement à satisfaire les sens, elle pourra facilement produire assez de Trodma en cette vie pour demeurer prisonnière du cycle des morts et des renaissances pendant d’innombrables existences encore.

Une âme assez heureuse pour obtenir un corps humain doit donc sérieusement s’efforcer d’arriver à cette prise de conscience de son moi spirituel ; elle pourra ainsi comprendre le principe de la réincarnation et se libérer des morts et des renaissances.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mar 17 Jan 2006 - 16:11

Salut,
Tout cela est fort proche des théories karmiques qui ont été fort mal comprises par les théosophes et donne trop d'importance à "ce" monde. En philosophie orientale, les nécessités karmiques sont indissociables des kalpas. Il n'est pas nécessaire de se réincarner en "ce" monde pour évoluer. L'évolution est infinie pour peu que l'on fasse les premiers pas dans le Chemin Ascendant dès "ce" monde.
Chaque effort que nous faisons pour imaginer un "monde meilleur" et nous fait y tenir par un effort sur nous même, voire une ascèse, pour tenter d'aller encore un peu plus vers le "vrai", nous fait gravir ce Chemin qui à chaque détour, à chaque perspective nouvelle, nous fait voir une notion plus subtile, plus fine, du Vrai.
Cette quête est infinie, naissons déjà de l'illusoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mar 17 Jan 2006 - 21:51

Cette conception rappelle le concept druidique des cercles concentriques et du mouvement perpétuel de l’évolution du mouvement périodique.

Tout n’est que mouvement, tout est en perpétuelle transformation, et si rien ne meurt, rien ne demeure stable. Chaque âme renaît ailleurs.

Tout part du Couiocanton pour revenir au Couiocanton.

D’ailleurs cette vision me fait penser à un écrit de Plutarque :
« Démétrios aborda dans la plus proche de ces îles désertes […] Au moment où il aborda, un grand trouble se manifesta dans l’air, accompagné de nombreux prodiges dans le ciel […] Les insulaires lui dirent qu’ils venait de se produire une éclipse de quelque être supérieur […] C’est dans ces îles, dit encore Démétrios, que Khronos endormi, et gardé par Briarée, est retenu prisonnier »

On remarquera que Khronos, le « temps », est endormi. On remarquera également que dans cet Autre-Monde, les « âmes supérieures » s’éteignent. Où vont-elles, puisqu’il n’y a pas de mort au sens terrestre du terme ?

Ailleurs. Vers le Couiocanton. L’Autre-Monde, le Uindobitus, n’est que transitoire, et plus que jamais « la mort est le milieu d’une longue vie ».

Tout commence au sein de Couiocanton, l’âme « naît ». Puis elle part ailleurs, elle tombe dans Andumnon, puis elle évolue en renaissant ailleurs en Abrodumnon, puis elle évolue encore en renaissant ailleurs, dans le Uindobitus. Là trois options se présentent à l'âme ; 1) ayant gaspillé sa vie à ne satisfaire que les sens, elle renaît ailleurs en Abrodumnon voire en Andumnon, dans le corps qui lui sied le mieux ; 2) ayant commencé son ascension elle renaît ailleurs, en Abrodumnon sous forme humaine pour poursuivre son élévation ; 3) ayant atteind un haut niveau de spiritualité, elle reste un certains temps dans le Uindobitus pour évoluer encore et renaître ailleurs, au sein du Couiocanton.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mer 18 Jan 2006 - 14:39

Salut Auetos,

Puisque tu cites Plutarque, il y a un texte étonnant que le narrateur attribue à un Breton qui aurait servi dans l'île mythique dans - De la face qu'on voit de la lune-, je pense que tu le connais...
Il est disponible sur le net en cherchant bien.
(merci de m'avoir signalé que des droits d'auteur étaient attachés à toute citation)


Dernière édition par le Jeu 19 Jan 2006 - 10:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mer 18 Jan 2006 - 17:41

Troublante ressemblance avec les mythes indiens …

Citation :
Dans les hymnes tardifs du Rig Veda, ainsi que dans l’Atharva Veda et les Brâhmana-s, la liqueur oblative, le Soma, est identifiée à la Lune qui en est la coupe et au Dieu-lunaire qui en est la personnification […] La Lune est le calice d’ambroisie divine que boivent les ancêtres et les dieux et qui s’emplit à nouveau de lui-même. La substance lunaire est faite de tout ce qui est doux, gracieux, soumis : l’offrande, la victime, le combustible du sacrifice ainsi que le sperme, la semence de vie.

En tant qu’élixir de vie, donneur d’immortalité, Soma n’appartient pas au monde de la mort. Sa nature est donc celle des sphères supra-solaires. La Lune est le souverain du monde des Constellations et le symbole des sphères immortelles où résident les ancêtres, au-delà de la mort.

[…]

Le monde est une pensée divine, une vibration dans le substrat causal. C’est pourquoi la Lune, le mental-cosmique, est assimilée aux eaux-primordiales (Ap), dont les vagues donnent naissance à toutes les apparences du monde tangible.

« Car le soleil est le principe de la vie et les eaux-primordiales sont la Lune. Ces eaux sont la source de tout, de ce qui est visible et invisible. Les eaux sont l’image du tout. » (Prahna Upanishad)

La Lune, en tant que dieu de l’élément liquide, régit les marées de la mer. La sphère de la Lune est une citerne d’eau de pluie. Les êtres subtils, descendant des mondes célestes, traversent la sphère lunaire et descendent sur terre dissous dans l’eau de pluie. C’est ainsi que les âmes errantes, cherchant à s’incarner, pénètrent d’abord dans les plantes, puis les animaux et les hommes.

En tant que le lieu d’où les âmes errantes descendent sur la terre, la Lune est représentée comme la demeure des esprits transmigrants et des ancêtres.

Extrait de Mythes de Dieux de l’Inde, le polythéisme Hindou – Alain Danielou – éditions du rocher

_________________
٨٧٤٦٥۶


Dernière édition par le Dim 5 Nov 2006 - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mer 18 Jan 2006 - 18:14

C'est bien, tu aimes la poésie vraie, on va pouvoir travailler.
Mais avant, ne penses-tu pas que ces trois mondes évoqués par Plutarque avec l'assentiment (à ce qu'il dit) d'un initié Breton (insulaire) est très proche des trois mondes évoqués par Iolo Morganwg.
Le monde de la matière, le monde sublunaire, double en fait et le monde de la lumière.
Connaissait-il ce texte ? Il faut s'attendre à tout de la part des F.M. ou est-ce une collision néo-platonicienne entre ce que l'on croyait des sciences gauloises et la Grèce, ou alors un véritable témoignage entendu de la part d'un druide voyageur ?
Curieux texte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Jeu 19 Jan 2006 - 17:52

Je pensais surtout à une forme d'allégorie rattachant la "course" de l'âme en son élévation dans les trois mondes. Beaucoup de voyages mythiques s'y rapportent, souvent édulcorés tardivement pas des conteurs qui en avaient perdu le sens précis et efficace.
L'essence de ce texte est très proche de l'allégorie de Platon 'le mythe de la caverne", ces mêmes trois mondes y sont représentés.
Souhaites-tu en débattre ?

J'ai le sentiment que nous prenons les choses "à l'envers", partant du détail au plus grand. Pourquoi ne pas faire le chemin inverse, partir de notre conception de l'Unique et voir ses déclinaisons, ses Noms.
Il y a deux voyages disent les anciens philosophes, celui vers Ses Noms et celui vers Son "Visage".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Jeu 19 Jan 2006 - 20:29

Si ce texte est un véritable témoignage cela voudrait dire que la conception des mondes évoquée par Iolo Morganwg s’appuierait sur quelque chose de solide. De fait cela validerait sa notion de cercles concentriques et ainsi homologuerait ses Triades et donc l’enseignement (néo)druidique. Shocked

Mais ne nous emballons pas. Etudions chaque paramètre afin de ne rien omettre.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Ven 20 Jan 2006 - 19:07

Pour lire le texte de Plutarque :

http://forum.arbre-celtique.com/viewtopic.php?t=3202#35150

Pour lire les commentaires de M. P. Lajoye concernant le texte de Plutarque avant sa publication dans la revue Ollodagos vol. XVIII

http://www.freazer.com/perso/patrice258/Navigation.pdf

Cet article est de la dynamite car il remet en cause l'idée que certains ce faisaient des conceptions philosophiques des druides sur l'Autre-monde et le devenir de l'âme.

Et le texte de Platon ...

http://www.virtualistes.org/platon.htm


Ces textes confirmeraient-ils ce que nous soupçonnions, c'est-à-dire que les druides croyaient en la réincarnation ?

_________________
٨٧٤٦٥۶


Dernière édition par le Dim 5 Nov 2006 - 16:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Sam 21 Jan 2006 - 21:21

Suibne a écrit:
Pourquoi ne pas faire le chemin inverse, partir de notre conception de l'Unique et voir ses déclinaisons, ses Noms.
Il y a deux voyages disent les anciens philosophes, celui vers Ses Noms et celui vers Son "Visage".

J'ai donné ma conception de l'Unique sur :

http://druuidiacto.forumculture.net/viewtopic.forum?t=64#289

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Dim 22 Jan 2006 - 15:57

Moui... Ce genre de spéculation on la retrouve dans toutes les religions. Etre et non-être c'est déjà duel et donc du monde de la "manifestation". Si l'on parle de l'Unique, il ne peut cohabiter avec un quelquonque non-être ni même s'en différencier ni même advenir, c'est l'humain qui advient à l'être en se hissant hors du dualisme inhérent à sa nature duelle. L'individuation ou le Soi jungien par exemple, l'effort vers la verticalité.
La difficulté est de sortir du temps linéaire "horizontal" où bien sûr ceci est de Lui/Elle/Cela et cela ne l'est pas, le vertige de la dualité, les affres de la séparation, la pensée dichotomique de l'intellect.
"partir de l'Unique pour aborder ses déclinaisons" c'est aborder "d'autres temps possibles", des temps cycliques, des kalpas, mais pas de façon linéaire et humaine mais ces temps les uns à l'intérieur des autres, comme des poupées russes, les couches profondes de l'individuation.
Car l'Unique par un effet de "ressource mémorielle" (de grâce diraient les chrétiens) peut par son énergie manifestée dans notre conscience agir à la fois dans le passé et en corriger les lacunes et ouvrir des chemins dans le futur et tout cela dans le présent, dans notre relation avec Lui/Elle/Cela.

Par ailleurs je ne pense pas que ce texte traduit et proposé par Monsieur Lajoye signale particulièrement une possible croyance en la réincarnation des druides anciens, quelle importance sinon historique et linéaire d'ailleurs ? Comme je le signalais plus tôt, je pense qu'il y a plutôt là une allégorie du voyage vers l'Unique, les signes et étapes d'une "navigation intérieure" comme dans les religions à mystères, une technique mystique ici édulcorée par le fouillis des mythes grecs, du retour au Principe. De la trajectoire de la conscience vers sa source "au delà des dieux" comme le signalent les Vers Dorés.

Mais je ne sais pas si tu es prêt à me suivre en cette "terrae incognita", j'abrège donc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Lun 23 Jan 2006 - 9:56

Personnellement, je ne suis prêt à suivre personne nulle part, j'ai mon propre voyage. Par contre, je suis d'accord avec toi sur le caractère symbolique et non matériel du récit gréco-breton. L'interprétation "intérieure", ésotérique au sens étymologique, est, sinon la seule, du moins la plus élevée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Lun 23 Jan 2006 - 21:14

En fait comme tous les textes mythologiques la lecture du texte de Plutarque a deux lectures. Une exotérique et une ésotérique.

- Navigation réelle à la recherche des îles du Nord du Monde
- Voyage « chamanique » (transe)
- Voyage de l’âme vers l’Ailleurs
- Voyage intérieur.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mar 24 Jan 2006 - 9:35

Suibhne a écrit:
Mais je ne sais pas si tu es prêt à me suivre en cette "terrae incognita"

Dans quelle galère voulez-vous m’embarquer ? Vers quelles contrées mystérieuses voulez-vous mettre les voiles ?

Mais pourquoi pas. Allons-y !

Larguons les amarres, hissons les voiles, et que vogue la galère sur les eaux inconnues, vers les îles du nord du monde, vers les brumes d’Avalon …

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mar 24 Jan 2006 - 9:44

A défaut de cordage voici déjà un lien :
http://www.humains-associes.org/No8/HA.No8.Habitants.html

Choux, hiboux, cailloux, genoux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mer 25 Jan 2006 - 10:33

Ce texte est des plus intéressant car, comme la plupart des textes initiatiques, sa lecture est à deux niveaux.

Une première lecture, exotérique, nous renvoie le reflet de notre propre société ; son évolution, ses dérives, l’abandon de ses traditions, sa tristesse, sa laideur…
Elle nous montre le triste devenir d’une société reniant ses racines, ses us, ses coutumes, sa tradition. Mais heureusement elle nous donne aussi la clé pour y remédier. Ce passe, ce sésame est le retour aux sources.

Une deuxième lecture, ésotérique, celle-là, nous enseigne le voyage de l’âme. Son origine, ses errements dans ce monde-ci, ses illusions, ses désenchantements, puis son réveille, son espoir, sa prise de conscience, son ascension et son retour à la source.

Oui vraiment un très joli texte.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mer 25 Jan 2006 - 16:30

Merci de ton appréciation qui montre que mon effort n'a pas été vain.
Il y a aussi un troisième niveau au dessus de ces deux là, et d'autres encore.
Pour revenir au texte de Plutarque, il y a aussi un voyage dans le monde de la lumière, au delà de la double nature "lunaire", le monde du reflet.
Dans le monde sans reflet il y a aussi des îles qui se succèdent. Ne pas penser que le "but" est atteint ou perdu dès la fin de ce monde en notre conscience.
C'est pour cela que je me référais à la caverne de Platon, le Maître décrit très précisément la nature des trois mondes "primaires" ainsi que dans ses autres écrits la façon de se délivrer de ses chaînes afin de pouvoir se libérer de l'illusion de la réalité des ombres terrestres et sublunaires.
Pour indication, dans le texte de Plutarque, la face lunaire tournée vers la terre est celle des passions et des idées appliquées à ce monde, la face (cachée) est tournée vers le principe de la lumière et s'applique à sa nature essentielle. Bien sûr dans cette allégorie le soleil physique est lui aussi un reflet de l'Energie Créatrice.
" Aussi froid que le cul d'un vieux chien pelé" disait Gurdjieff en se référant à son "Très Saint Soleil Absolu".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mer 25 Jan 2006 - 19:26

Ce qui est frappant, c’est la constance entre les mythes, même les plus éloignés.

Iles Idylliques,
Absence de temps,
Profusion de biens,


Mais surtout l’oubli du passé pour quitter ce lieu.

« Pour réduire la douleur qu'aurait amené une comparaison entre les états anciens et les nouveaux, on leur fit presque entièrement oublier le passé. Seul en resta un obscur souvenir, suffisant pourtant pour qu'il soit réveillé quand le temps serait venu » (The Soufi)

« Ces âmes doivent animer bientôt de nouveaux corps ; et déjà elles se rendent sur les bords du Léthé pour y boire, avec l’eau de ce fleuve tranquille, l’oubli de tout passé » (La Divine Comédie)



Citation :
le monde de la lumière, au delà de la double nature "lunaire", le monde du reflet.

Là je « coince » un peu. Pour moi, selon les Triades, le monde de la lumière, le monde blanc, le Uindobitus est le seuil qui mène au Couiocanton, le monde de la félicité ou seul « Dieu » est.

Est là, vous me dites que le monde de la lumière, qui de ce fait ne peut plus être le Uindobitus, est au-delà du Couiocanton. Est-ce juste ?
Si oui, éclairez ma lanterne en me disant ce que vous entendez par « monde du reflet » ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Mer 25 Jan 2006 - 20:01

Demain est un autre jour...
________________________

C'est aujourd'hui...
Le "monde du reflet" est bien sûr le monde "lunaire" (émotions, imaginaire...), ma syntaxe laissait peut-être à désirer.
Je ne comprends pas tes mots bizarres en gaulois "reconstitué". Si nous essayons de communiquer en tant que philosophes, essayons d'avoir des termes communs.
Dans une telle didactique le monde terrestre serait celui du reflet du reflet, symboliquement celui éclairé par la lumière de la lune, les ombres des ombres (les pulsions, les faims des nourritures terrestres) en fait suivant la dialectique socratique et platonicienne.

Le "monde blanc" ça va, c'est dans mes références et je parlais aussi de trajectoires dans ce 3° monde, de durées et d'étapes et d'un travail aussi, plus tard...
Pour simplifier l'on peut dire que c'est le monde de l'intelligence (et non pas de l'intellect qui lui est noyé le plus souvent dans l'imaginaire). Intelligence donc en son sens philosophique de "ce qui discerne avec". Dans ce monde l'Illusioniste est absent, plus d'excuses mais une forme de "fusion" avec le regard du Vivant.
Ce monde a des étapes, autant que ce monde terrestre que nous croyons connaître car les consciences qui sont "là" travaillent soit sur les Noms soit vers la Face.
Les Noms sont des égrégores créateurs/conservateurs/destructeurs dont les religions ont fait soit des dieux, soit des aspects, soit des attributs, ils sont multiples mais sont eux aussi des reflets. C'est pour cela que dans le monde blanc il y a aussi des étapes et des "voiles".
Ainsi se livrent en ce monde blanc les consciences au Sublime Véhicule qui les mènent vers le Visage qu'ils ont rêvé et aimé.
Il n'y a pas de blâme pour ceux qui recherchent les noms.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Ven 27 Jan 2006 - 19:10

P-S- Il est bien entendu que ce ne sont pas des "dimensions" extérieures qu'il faudrait atteindre par un effort "musculaire" du cerveau mais bien des dimensions intérieures à l'être qu'il faut essayer d'atteindre par le travail guerrier sur soi.
La verticalité est posée sur le coeur, le chaudron est la passion des multitudes, le poser et l'équilibrer. Sur cette fondation (en soi) l'on peut grimper la corde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Lun 30 Jan 2006 - 9:35

Hier. Aujourd’hui. Demain.
Aujourd’hui … Futur d’hier … Passé de demain …

Vivons au jour le jour.

__________


Voici donc, en simplifiant, les correspondances suivant nos données respectives.

Annwn = Andumnon = Le Monde d’en dessous

Abred = Abredio ou Abrodumnon = Le Monde Terrestre. Divisé en trois parties : Minéral, Végétal, Animal = Terre = Le Reflet du Reflet

Gwenfydd = Uindobitus = Le Monde Céleste. Divisé en deux parties : l’Espace et le Ciel = Soleil = Le Monde de l’intelligence

Keugant = Couiocanton = Le Monde de l’Au-delà = La Lune = Le Monde du Reflet


Si correction il y a, je vous en prie.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Sam 4 Fév 2006 - 20:43

Annwn = Andumnon = Le Monde d’en dessous

C'est quoi "l'en dessous", celui des pulsions, celui qui excuse ?
Il n'y a pas d'en dessous, il n'y a pas de démons sinon "l'illusionniste" nous sommes au plus bas, explorant la dualité qui est le principe de la création. Nous sommes prisonnier de ce reflet et ainsi nous cherchons à agir sur l'illusion tels Gog et Magog...

Abred = Abredio ou Abrodumnon = Le Monde Terrestre. Divisé en trois parties : Minéral, Végétal, Animal = Terre = Le Reflet du Reflet

Pourquoi diviser, nous en sommes, notre respiration, nos sécrétions participent de tous ces "éléments", dans notre corps terrestre ces éléments interragissent en permanence. Ce n'est pas "le reflet du reflet" mais le "véhicule" impermanent et temporaire.

Gwenfydd = Uindobitus = Le Monde Céleste. Divisé en deux parties : l’Espace et le Ciel = Soleil = Le Monde de l’intelligence

Pourquoi diviser encore une fois ? Est-ce qu'une échelle est divisée ? Quand notre désir profond est le vertical nous savons utiliser l'unité de l'échelle pour grimper vers la révélation.

Keugant = Couiocanton = Le Monde de l’Au-delà = La Lune = Le Monde du Reflet

Le reflet n'est pas "l'au delà". La lune n'est que le reflet du reflet du reflet...
Pour paraphraser l'un de mes maîtres "advaitiste" je dirais :
cherche en toi ce qui veut donner du sens à l'image
Cherche en toi ce qui veut séparer et catégorier
Cherche en toi l'ultime racine où tu es nu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Sam 4 Fév 2006 - 21:56

Citation :
Annwn = Andumnon = Le Monde d’en dessous

C'est quoi "l'en dessous", celui des pulsions, celui qui excuse ?
Il n'y a pas d'en dessous, il n'y a pas de démons sinon "l'illusionniste" nous sommes au plus bas, explorant la dualité qui est le principe de la création. Nous sommes prisonnier de ce reflet et ainsi nous cherchons à agir sur l'illusion tels Gog et Magog...

L’en-dessous est le monde des Fomore > Uomori, des forces brutes de la Nature, de l’Abîme ou nous tombons et d’où nous devons nous sortir pour appréhender Abredio. En tant qu’être humain nous ne sommes pas au plus bas, et non. Nous sommes sur la quatrième marche de l’échelle. De même le principe de la dualité n’est pas un principe druidique. Pour nous, je me tue à vous le dire, point de dualité. La création fut mise en mouvement par Cacto, l’énergie au sein de Bitumon après la création de la Trinertii.

Pour nous, création n’est ni Un, ni Deux, mais Trois.

Par contre je suis, plus ou moins, d’accord quand vous parlez de l’action sur l’illusion. L’âme humaine prisonnière dans son corps de matière est aveuglée par l’illusion de ce monde-ci. C’est la raison de nos errements à travers toutes les formes de vies.


Citation :
Abred = Abredio ou Abrodumnon = Le Monde Terrestre. Divisé en trois parties : Minéral, Végétal, Animal = Terre = Le Reflet du Reflet

Pourquoi diviser, nous en sommes, notre respiration, nos sécrétions participent de tous ces "éléments", dans notre corps terrestre ces éléments interagissent en permanence. Ce n'est pas "le reflet du reflet" mais le "véhicule" impermanent et temporaire.

Pour pouvoir passer de vies en vies afin de nous élever pour arriver à l’animal conscient, l’humain, avec le plus gros dilemme à surmonter : le choix. Le choix de sa vie, de ses actions, de ses « illusions ».

Vous parlez là de notre char de chair, impermanent et temporaire, alors que je vous parle de notre âme, permanente, immortelle et atemporelle.


Citation :
Gwenfydd = Uindobitus = Le Monde Céleste. Divisé en deux parties : l’Espace et le Ciel = Soleil = Le Monde de l’intelligence

Pourquoi diviser encore une fois ? Est-ce qu'une échelle est divisée ? Quand notre désir profond est le vertical nous savons utiliser l'unité de l'échelle pour grimper vers la révélation.

Oui, une échelle est divisée en plusieurs barreaux, donc plusieurs niveaux. C’est la pluralité qui mène à l’unité.


Citation :
Keugant = Couiocanton = Le Monde de l’Au-delà = La Lune = Le Monde du Reflet

Le reflet n'est pas "l'au delà". La lune n'est que le reflet du reflet du reflet...

Si la lune n’est, selon votre vision, que le reflet du reflet du reflet, qu’est le reflet ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Dim 5 Fév 2006 - 10:48

Annwn :

Différent est le cas de ce mot, issu lui aussi d’une lointaine antiquité : Andumnon, pour les Celtes anciens, c’était le « non-monde », < an- préfixe négatif / privatif, dumnon « monde ou univers ». La forme annouim (sic), si bizarrement préconisée par certains néo-druides francophones paraît aberrante, car elle n’est qu’une mauvaise transcription d’une prononciation galloise écrite à la française. L’ancien nom gallois était Annwfn qui découle une dérivation d’andubnon, variante d’andumnon.

Petit rappel : différemment de bitu (mot venant de la racine biu- « vivre, exister, être »), qui est le « monde des vivants », dumnon est un mot issu d’une racine dubn- / dumn- qui exprime une notion de profondeur, puis d’incommensurabilité, enfin d’univers.

Inversement, le nom d’Andumnon évoque une notion d’espace vide, un zéro absolu en tant que matière. Ce terme relevant du vocabulaire des druides de l’antiquité et y exprimant le concept d’univers immatériel vraisemblablement assorti d’une connotation de froid absolu.

Par contre dans les Trioedd, Annwn est un nom propre avec son sens gallois moderne combinant les notions d’abîme et d’enfer, en même temps qu’un état d’infériorité, tout ceci se tenant « en-bas ».

On le voit, même échelonnés sur un millénaire, l’Andumnon druidique a gardé un aspect de son sens primitif de « profondeur », évoluant pour exprimer plus particulièrement l’idée d’abîme, d’où ses trois acceptions en cymraeg actuel « monde souterrain (underworld) », « abîme (abyss) », « enfer (hell) ». Ce monde souterrain, infernal selon le sens étymologique, fait ainsi pendant au Gwynfyd que Iolo place « au Ciel ».

...

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: La Réincarnation   Dim 5 Fév 2006 - 10:49

...

Abred :

Dans le vocabulaire des Triades, c’est le « cercle » de la transmigration, qui est présentée comme une fatalité, quasi inévitable. On en vient, on y retourne mais la façon de se sortir de ce sempiternel recommencement est exprimée sous forme de conditions pas toutes évidentes. Cependant, l’issue finale est une vocation d’accès au Gwynfyd et d’évolution dans celui-ci. Il est aussi annoncé que l’Abred devra finalement disparaître.

Iolo donne Abred comme un cercle et aussi un état de misère, exposé au Mal, alors que l’étymologie au niveau celtique ancien paraît avoir été *ab-redio exprimant une idée d’affranchissement, de transmigration.
*Ab-raed au sens de « partir en voyage ». Etymologie liée à la notion de « migrer > transmigrer ».
*Ad-brita < ate-brita au sens de « re-naissance < re-conception ». Une étymologie liée à la notion de réincarnation.
*Abrodumnon : monde déroutant ; ici ce n’est même plus un essai d’étymologie, mais une paraphrase bien éloignée de la définition de l’abred de Iolo Morgannwg et qui semble forgée à partir d’*abros (variante supposée d’amros « déroutant, merveilleux, incroyable, extraordinaire ») + dumnon « monde ». L’ennui, c’est qu’amros semble avoir été surtout pre-goidélique, d’où en gaëlique ambra, ambras, mais en gallois on n’a que amheux sans « r », ce qui disqualifie cette assertion.

...

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Réincarnation   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Réincarnation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le (Néo)Druidisme :: Les Croyances des Druides-
Sauter vers: