forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Trioedd Barddas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Mar 21 Fév 2006 - 12:19

Ne t’énerve pas bregwenn, je ne suis pas linguiste, et comme tu l’as fait remarquer je ne me fis qu’aux traductions (bonnes ou mauvaises) que j’ai à ma disposition. J’essaie, avec mes modestes moyens d’apercevoir la vérité.

Il est sur maintenant que si Ceugant veut dire « certain », « certitude » il ne peut être vide. A moins que ce soit un vide certain ou un certain vide. Car comme tu l’as dit « certain » va donc avec complétion (?) ou infini. Or du point de vue de nos facultés, nous voyons l’infini comme une immensité imperceptible, un néant, un vide indescriptible. Car ce principe demeure au-delà de la porté de la forme, de la pensée, de l’expérience, au-delà de toutes les catégories du manifesté, au-delà du temps, au-delà de l’espace, au-delà du nombre, au-delà des noms et des formes, au-delà de l’intelligence et de la parole.

C’est le lieu duquel « l’esprit et la parole retombent n’ayant plus prise » (Taittirîya Upanshad) « De cela qui est hors d’atteinte de la vision, de la parole et de l’esprit, nous de savons rien, nous ne comprenons rien. Comment pourrions-nous expliquer ? Cette chose qui est autre que tout ce qui est connaissable est au-delà de l’inconnu » (Kena Upanishad)

Ceugant, ce stade ultime, nous pouvons donc, dans cette optique, seulement le définir négativement en disant qu’il n’est rien de ce que l’homme peut savoir ou concevoir. Cette immensité est un vide, un inconnu, un absolu non existant.

Alors ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bregwenn
Druide
avatar

Nombre de messages : 179
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Mar 21 Fév 2006 - 14:16

Auetos a écrit:
Or du point de vue de nos facultés, nous voyons l’infini comme une immensité imperceptible, un néant, un vide indescriptible.

En tant que scientifique de formation je trouve cette remarque petitement circonscrite à une vision afaiblie de l'univers astronomique. Pour moi, l'infini est l'intégrale suprême, supérieure à la somme de toutes les parties, c'est donc le contraire du vide, ça fait même pas mal de monde. Tu te places, ce me semble, dans une vision vraiment anthropo-anthropomorphique, un peu comme le citadin qui dira sans rire que le désert est vide alors qu'il est plein d'une immensité de grains de sables, d'air, d'insectes, de bactéries et moisissures, ...
de plus, le néant ce n'est pas le vide, c'est le rien !

A ce rythme là, c'est sûr, on ne sera jamais d'accord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Mar 21 Fév 2006 - 14:50

La Tradition comme le Somnifère Suprême, on ne me l'avait encore jamais faite. C'est pas loin de l'idée "la religion est l'opium du peuple", c'est amusant...
Le "maximum de toutes choses", de plénitude, de pouvoir, de savoir serait du vide, du néant, le Grand Sommeil ? !!!
Citation :
C’est le lieu duquel « l’esprit et la parole retombent n’ayant plus prise » (Taittirîya Upanshad) « De cela qui est hors d’atteinte de la vision, de la parole et de l’esprit, nous de savons rien, nous ne comprenons rien. Comment pourrions-nous expliquer ? Cette chose qui est autre que tout ce qui est connaissable est au-delà de l’inconnu » (Kena Upanishad)
Ben oui c'est pourtant clair. Ce n'est pas parce que les sens humain ne peuvent l'apréhender dans sa totalité, que les paroles ne peuvent le décrire, seulement suggérer une infime partie de son infini et que c'est le Grand Mystère que c'est le pot au noir ou le triangle des Bermudes.

Lorsque Bregwen écrit :
Citation :
Tu te places, ce me semble, dans une vision vraiment anthropo-anthropomorphique, un peu comme le citadin qui dira sans rire que le désert est vide
Je suis tout à fait d'accord avec lui et je ressens chez toi un "déficit" philosophique préoccupant.
Comme médecine je te propose le Tao tö king, il commence par :
Le Tao qu'on tente de saisir n'est pas le Tao lui même ;
Le nom qu'on veut lui donner n'est pas son nom adéquat.

Si tu interprètes les Upanishad de cette façon je pressens que ça va être compliqué de parler de choses sérieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Mar 21 Fév 2006 - 14:58

Citation :
A ce rythme là, c'est sûr, on ne sera jamais d'accord !

Et bien détrompe toi je suis, sur ce coup, à 100% d’accord avec tes propos. L’immensité, tout comme le désert, n’est pas vide puisque constitué de milliard de choses.

Mais alors du coup une question, peut-être saugrenue, me vient (Excusez-moi par avance, mais cette réflexion vient d'un esprit déficient philosophiquement parlant). Cette Immensité, cette réalité « immense » qui ne saurait être imaginée dans son ensemble, serait-elle multiple ?
Cette unité imaginaire de la personne divine, reflet du manifesté, serait-elle une illusion, tout comme est illusoire l’unité de la personne humaine qui n’est en fait qu’un nœud temporaire liant ensemble diverses facultés ?

Ceci impliquerait-il que l’Unité divine ne peut être envisagée que comme collective dans le même sens où une famille forme une unité ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Mar 21 Fév 2006 - 15:22

Houla !
Je commence à comprendre pourquoi Annwn est pour toi le chaos total.
Utilisons une image analogique ; imaginons que tu te tapes très fort sur un doigt avec un marteau. Pendant quelques secondes ce doigt va devenir la totalité de tes perceptions et de tes soucis, rien ne va plus exister sauf ce doigt.
Ce n'est pas pour cela que ton invidualité, ton passé, ta pensée, ton "entiéreté" du moment n'existe pas.
Pendant quelques secondes tu auras oublié la parole " ne pas regarder le doigt mais ce qu'il montre".
Suffit de transposer, tu es spéculateur je crois...

P.S. Il semblerait que tu n'ais pas lu mon message précédent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adragante

avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Haute loire
Date d'inscription : 30/01/2006

MessageSujet: au delà du par delà   Mar 21 Fév 2006 - 20:11

Excusez moi d’interrompre vos propos philosophiquement efficient
Mais les certitudes idéologiques et les concepts philosophiques sont certes intéressants mais pour moi ils ne reflètent que des aspirations idéologiques et manques souvent voir presque toujours de la soif du goût de la Vie sans fard…
Quand est t’il de l’expérience du vivant en vous…
Quand les hommes cesserons t’ils de s’accrocher aux étiquettes aux concepts métaphysiques pour plonger nue en le mystère de la Vie ???
A l’image des koans ne faudrait il pas dépasser le texte pour aller au delà du par delà ???.
A vous lire Auetos et tous ceux qui vous paraissent déficient au niveau uniquement mental sont dans l’erreur? foutaise que toutes ces certitudes le vrai est ailleurs ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.groups.yahoo.com/group/grandcceltique
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Mer 22 Fév 2006 - 11:08

Citation :
Comment résolvez vous ce paradoxe ?
Vous avez dit d’une part que pour retourner en Dieu l’Ame doit se dépouiller jusqu’à la transparence et vous avez aussi dit que l’Ame doit retourner en gwenved muni de la plénitude d’une individualité.
A première vue on pourrait y voir une contradiction
Pouvez vous préciser votre pensée sur ce point d’importance.

Je n’y vois pas de contradiction vu que, selon moi, l’âme doit se dissoudre en Dieu dans le cercle de Ceugant. Je crois que l’âme, après ses moult pérégrinations de cercle en cercle finit par se libérer des contraintes dû à son contact avec la matière. En Gwynfyd, elle continue son « dépouillement » et retourne en Dieu. C’est d’ailleurs le but ultime de la doctrine de la réincarnation, à savoir : se fondre en Dieu et ainsi se libérer de la répétition des morts et des renaissances.


Citation :
Peut être y a-t-il un rapport avec la triade qui nous propose de trouver (le point de liberté ??? ) le point d’équilibre entre les apparents opposés.
Que représente dans ce contexte le terme : point de liberté ?

Peut-être le point où s’accomplit l’identification de l’âme universelle et de l’âme individuelle, le point où tous les êtres deviennent un.


Citation :
Es à dire que c’est librement de par notre propre volonté qu’il nous faut aspirer à dépasser le dualisme afin de retrouver l’Unité ?

Je dirai oui, bien que pour moi il n’y ait pas de dualisme. L’homme, par sa conscience, à la liberté de choisir librement où il veut aller.


Citation :
Es a dire que ce n’est que lorsque ‘on a transcender les opposés que l’on devient vraiment libre ?

Oui, je pense que ce n’est qu’une fois que l’on a dépassé les opposés, qu’une fois que l’on prend conscience qu’il n’y a pas d’opposition mais que des complémentarités que l’on devient vraiment libre.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Mer 22 Fév 2006 - 15:31

Bonjour Auetos,
Comme je vois que tu aimes éclairer des points obscurs des textes gallois à l'aide de la tradition indienne, je me permets de te signaler un humain remarquable qui à rénové les traditions brahmaniques percluses à son époque.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Shankara
Ici un de ses écrits qui donne une idée de ce que peut être un "Réalisé" :
http://www.omalpha.com/jardin/shankar-imp.html
Extrait :
Citation :
Quand il prend plaisir à fréquenter les fidèles de Shiva ou de sa Shakti, quand il vit parmi les adorateurs de Vishnu, parmi ceux de Surya ou ceux de Ganesha, débarrassé par la non-dualité de tout ce qui divise, le sage, dont l'ignorance a été abolie par la révélation de sa nature véritable, n'est plus le jouet de l'illusion.

Quand il perçoit la pure essence à travers la variété innombrable des qualités et des distinctions, tantôt revêtu d'une forme, tantôt sans forme, cette essence qui est la sienne et celle de Shiva, quand devant cette merveille il s'écrie «Qu'est cela?», le sage, dont l'ignorance a été abolie par la révélation de sa nature véritable, n'est plus le jouet de l'illusion.

Quand il perçoit la dualité toute entière comme étant aussi la vérité, comme étant le devenir de l'Être, selon la grande parole dont il a parfaitement compris et médité les acceptations profondes, quand, une fois diparue l'illusion de la dualité non unifiée, il répète sans cesse «Shiva ! Shiva ! Shiva!», le sage, dont l'ignorance a été abolie par la révélation de sa nature véritable, n'est plus le jouet de l'illusion.

Maintenant, pour "coller" au fil ; as-tu déjà penser rapprocher le trinaire des trois mondes des triades des concepts de Rajas, Tamas, Sattva ?
Ils sont eux aussi à multiples couches de sens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Ven 24 Fév 2006 - 9:20

L’action centripète, qui crée la cohésion, est appelée Sattva parce que l’existence est une concentration d’énergie, un assemblement, une force d’agglomération.
Sur le plan mental, la force de cohésion apparaît comme la tendance qui crée la lumière, l’unité. Cette tendance qui lie ensemble les éléments constituants le monde est la tendance préservatrice personnifiée par Vishnu (Lugus), l’Immanent, le Préservateur de l’Univers.

L’action centrifuge, appelée Tamas, obscurité ou inertie, est la force qui cherche à empêcher la concentration. Elle est obscurité puisque la dispersion mène à la nuit.
Tamas, la tendance centrifuge, la tendance à la dispersion, à la dissolution, à l’annihilation de toute existence individuelle et cohésive, peut être prise comme le symbole de la désintégration finale de tout dans le non-être, dans l’immensité supra causale et non manifestée. Elle représente dons la libération de tout ce qui lie, de tout ce qui est individuel et limité. Cette tendance qui toujours cherché à dissocier, à disperser l’Univers, est personnifiée par Rudra, le destructeur des mondes, aussi appelé Shiva (Dagodeuos), qui incarne l’obscurité de l’abîme dans lequel toute activité se dissout à la fin des temps.

L’équilibre de Sattva et de Tamas, du centripète et du centrifuge, de la cohésion et de la dispersion, de la lumière et de l’obscurité, donne naissance à la troisième tendance, la tendance à l’orbitation, Rajas, qui est l’origine de l’activité, de la multiplicité. C’est cette résultante qui est source des formes, variant à l’infini, de l’univers manifesté.
Elle est personnifiée dans le Créateur, l’Etre-immense, Brahmâ (Bitumios-Esus) qui construit l’univers. Brahmâ est la source de tous les rythmes et de toutes les formes.

La réalisation des trois tendances est liée à celle des trois formes de l’être : l’existence, la conscience et l’expérience. Nous retrouvons ici les substrats de l’espace, de la pensée et du temps.

La hiérarchie des trois qualités varie selon le point de vue duquel elles sont envisagée. Du point de vue de l’action humaine, Tamas est l’aspect inférieur, Sattva l’aspect le plus haut. Tamas apparaît comme la mort, le mal, l’inaction, là où l’action seule semble donner des résultats. Cependant, du point de vue de la réalisation spirituelle où l’action est le principal obstacle, Sattva est l’aspect inférieur, celui qui lie par les liens du mérite et de la vertu, Tamas est l’aspect le plus haut, celui de la libération par le non-agir.

Dans le processus de la manifestation, des relations de plus en plus complexes apparaissent entre les trois tendances. Elles donnent naissances à divers types d’existences, à différents êtres, à des entités différentes.

Les divers plans de l’existence sont différenciés par la proportion relative des trois tendances.
Sattva dans Sattva, la Conscience dans la conscience est la nature du Soi, de l’âtman.
Rajas dans Sattva, l’Existence dans la Conscience est la nature de la divinité, d’Ishvara.
Tamas dans Sattva, l’Expérience dans la Conscience est la nature de l’être vivant, du jîva.
Sattva dans Rajas, la Conscience dans l’Existence forme l’instrument intérieur (antahkarana), c’est-à-dire l’ensemble des facultés (le mental, l’intellect, le conscient et la notion-du-moi)
Rajas dans Rajas, l’Expérience dans l’Existence est la nature des énergies vitales (prâna)
Tamas dans rajas, l’Expérience dans l’existence forme les sens (indriya-s)
Sattva dans Tamas, l’Existence dans l’Expérience donne naissance aux principes-des-éléments (mahâ-bhûta-s)
Tamas dans Tamas, l’Expérience dans l’Expérience est la nature des formes inanimées du monde physique.

L’une ou l’autre des trois tendances prédomine dans chaque catégorie de chose, dans chaque espèce d’être. C’est pourquoi les dieux (Deva-s) naissent de l’élément Sattva, les Progéniteurs ou Seigneurs-des-créatures (Prajâ-pati-s) naissent de l’élément Rajas, les démons ou esprits destructeurs (Rudra-s) naissent de l’élément Tamas.

Les être humains, selon leur nature et leur degré de développement, sont attirés vers ces différentes émanations de l’Etre-cosmique. Ceux en qui la conscience prédomine vénèrent les dieux (Deva-s) ; ceux pour qui l’action ou l’existence est plus importante adorent les génies (Yaksha-s) et les anti-dieux (Asura-s) ; ceux pour qui le plaisir, la sensation prédomine honorent les fantômes et les esprits (bhûta-s et preta-s)

Dans l’homme, les trois tendances sont localisées dans certains centres subtils. Brahmâ habite le cœur, le centre de la vie physique ; Vishnu dans le nombril, centre du corps subtil et nerveux ; Shiva a sa demeure au milieu du front, dans le centre d’abstraction et dans le sexe, centre du plaisir.

Pour les végétaux, le centre vital est dans la racine, le centre subtil dans le tronc, le sexe et la sensation dans la frondaison.

Ainsi parlait M. Alain Danielou

Donc, si j’ai bien tout compris : Sattva = Gwynfyd, Tamas = Annwn et Rajas = Abred

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Ven 24 Fév 2006 - 9:21

Afin de vraiment « recoller » au fil, ne pourrions-nous pas essayer d’interpréter les Triades, une à une ? Bien sur, je compte sur vous car, avec ma vision quelque peu anthropo-anthropomorphique, je suis légèrement déficient en philosophie.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Ven 24 Fév 2006 - 10:42

Citation :
Donc, si j’ai bien tout compris : Sattva = Gwynfyd, Tamas = Annwn et Rajas = Abred
Il faut être prudent, je pensais plus à certaines correspondances qu'à une stricte équivalence.
Citation :
XIV.5. – Les trois gunas nés de Prakriti, sattva, rajas et tamas, enchaînent dans le corps, ô toi au bras puissant, l’Habitant impérissable du corps.

XIV.6. – D’entre eux, sattva, par la pureté de sa nature, est une source de lumière et d’illumination, et par la vertu de cette pureté ne cause en la nature ni maladie, ni morbidité, ni souffrance ; il enchaîne par l’attachement à la connaissance et par l’attachement au bonheur, ô toi sans péché.

XIV.7. – Rajas, sache-le, a pour essence l’attrait de l’affection et du désir, c’est un enfant de l’attachement de l’âme au désir des objets. Par l’attachement aux œuvres, ô Kaunteya, il enchaîne l’esprit incarné.

XIV.8. – Mais tamas, sache-le, né de l’ignorance, est ce qui leurre tous les êtres incarnés ; il enchaîne par la négligence, l’indolence et le sommeil, ô Bhârata.

XIV.9. – Sattva attache au bonheur, rajas à l’action, ô Bhârata ; tamas voile la connaissance et attache à la négligence de l’erreur et à l’inaction.

XIV.18. – Ils montent, ceux qui sont en sattva ; ceux qui sont en rajas demeurent dans le milieu ; ceux qu’enveloppent l’ignorance et l’inertie – fruits du mode le plus bas – les hommes de tamas, ceux-là descendent.
http://www.spinozaetnous.org/modules.php?name=Tutoriaux&rop=navig&did=54&eid=143
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Ven 24 Fév 2006 - 15:57

Tu vois qu'avec ce court extrait de la Bhagavad-Gîtâ les correspondances ne sont pas aussi simples. Je préfère toujours me référer aux textes originaux (dans les meilleures traductions possibles) plutôt qu'à des commentaires fussent-ils ceux de M. Danielou.
Ce que l'on peut retenir c'est que les 3 gunas sont des "liens" qui retiennent, maintiennent dans un corps en quelque sorte "triphasé" l'essence immortelle.
Les triades les déclinent aussi dans le monde, ce qui semble une simplification...
Autre point important c'est que "l'inaction" ne concerne que les actions "en ce monde", c'est dire que pour parvenir au "but", l'inaction horizontale doit se transférer dans une action verticale vers l'énergie de sattva ou du "monde blanc", de le rendre prédominant en soi, voire permanent, car il est le plus proche en cette vie du Principe.
Le grand intérêt de la Bhagavad-Gîtâ est sa grande richesse technique pour parvenir à transférer sa propre énergie en ce sens (alimentation, actes, pensées...). Choses difficiles à trouver dans les triades sinon dans la pensée par la méditation des concepts.
J'ai déjà signalé que je doutais de l'authenticité traditionnelle de "toutes" les triades surtout que beaucoup semblent avoir des traductions des plus approximatives. Personnellement je ne trouve pas grand intérêt à "y faire le ménage" alors qu'il existe de nombreux textes authentiques en de multiples traditions bien plus techniques et efficaces pour un chemin personnel.
Mais je comprends très bien que vous disant druides, il s'agisse là d'une de vos icônes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Ven 24 Fév 2006 - 16:24

Pour ne pas dire : "une de vos idoles". Ce qui intéresse l'immense majorité des néo-druides, ce n'est pas la Vérité spirituelle qui est au coeur d'une (de toutes les) Tradition(s), c'est l'étiquette "druidique".

En réalité, la Vérité est une (bien que polymorphe). La Tradition des druides le disait nécessairement, à sa manière. Les autres Traditions le disent aussi, il suffit de lire entre les lignes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Sam 25 Fév 2006 - 10:07

Citation :
la Vérité est une (bien que polymorphe). La Tradition des druides le disait nécessairement, à sa manière

Très juste Fergus. Et c'est précisément cette manière de dire, cette façon "druidique" de voir la Vérité que nous recherchons.

L'étiquette, elle, est là pour montrer la provenance de cette approche de la Vérité. De la même manière que les autres Traditions ; Bouddhisme, Indouisme, etc.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Sam 25 Fév 2006 - 12:09

C'est bien ce que je dis : ce que vous cherchez, ce n'est pas la Vérité. C'est la manière de dire la Vérité. Vous attachez plus d'importance à la forme (qui doit être le plus celtique possible) qu'au fond (qui n'a pas de nationalité).

En réalité, les différentes formes d'expression de la Vérité ont leur raison d'être, parce qu'elles correspondent aux conditions morales, mentales, culturelles des hommes (et des femmes) à qui elles s'adressent. Elles disent toutes la même chose, mais de manière différente selon les époques, les peuples, les langues, et le cadre historique. La manière celtique antique de dire la Vérité correspondait aux conditions historico-culturelle des peuples celtiques antiques. Aujourd'hui, elle n'existe plus, parce qu'elle n'a aucune raison d'exister : elle ne correspond plus au contexte historico-culturel. L'Histoire est passée par là, qu'on le regrette ou non : il y a eu la romanisation, il y a eu la christianisation, il y a eu la laïcisation et la désacralisation matérialiste. La Vérité, elle, est toujours là : elle est éternelle, et c'est bien la seule : ses formes d'expression changent, disparaissent, s'adaptent.

Ce qui est intéressant, c'est de comprendre ce qui, dans ce qu'on connaît de la tradition celtique antique, exprime l'Eternel, le Divin, le Sacré. D'extraire le sacré de sa forme extérieure obsolète. Ce que font les néo-druides, c'est exactement le contraire : garder à tout prix la forme (approximative), et qu'importe le fond du message.
Je parle là du néo-druidisme "instruit", comme celui d'Auetos, de la KGH, etc. Je ne parle même pas de ceux qui se disent druides et ne montrent qu'ignorance, superficialité, sentimentalisme et à-peu-près à la sauce New Age.

Le "druidisme" n'est pas, comme dit Witisa, ce qu'on veut. Il ne suffit pas d'aimer les animaux, de collectionner les cristaux et de réciter des "prières" fabriquées, adossé à un arbre, pour être druide. Les plus grands "péchés" du druide sont l'ignorance et le mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Sam 25 Fév 2006 - 15:37

Fergus a écrit:

En réalité, les différentes formes d'expression de la Vérité ont leur raison d'être, parce qu'elles correspondent aux conditions morales, mentales, culturelles des hommes (et des femmes) à qui elles s'adressent. Elles disent toutes la même chose, mais de manière différente selon les époques, les peuples, les langues, et le cadre historique. La manière celtique antique de dire la Vérité correspondait aux conditions historico-culturelle des peuples celtiques antiques.
.../...
Ce qui est intéressant, c'est de comprendre ce qui, dans ce qu'on connaît de la tradition celtique antique, exprime l'Eternel, le Divin, le Sacré. D'extraire le sacré de sa forme extérieure obsolète.
Je suis tout à fait en accord avec ces propos.
Ce à quoi je rajouterais qu'il est assez difficile "d'extraire" des textes anciens la véritable conception du Sacré qu'avaient les druides antiques. Pas d'écrits directs et des relations grecques et romaines déformées par leurs propres croyances et peurs des "barbares".
Comme il y a peu d'éléments la plupart "bouchent les trous" avec le néoplatonisme, quelques concepts des alchimistes médiévaux et bien sûr comme le signale Fergus avec un fatras new âge sans queue ni tête.
C'est un peu, excusez-moi, comme si vous mettiez une décoction de gui dans votre moteur, évidemment, il ne fonctionne pas et ne peut plus vous emmener d'un endroit à un autre. Alors, à défaut de réel, vous imaginez que vous voyagez...
L'effort de Auétos et de ses amis de vouloir rénover la "tradition druidique" à l'aide de la tradition brahmanique est obsolète. Le référentiel est trop différent pour que les techniques adaptées par la Tradition à l'Extrême Orient fonctionnent ici. En tant que reconstitution dans le domaine religieux ce peut être intéressant comme proposition mais cela reste dans le domaine de la spéculation. Mieux vaut en ce domaine travailler sur des textes authentiques (et non sur les commentaires de personnes extérieures à ces traditions), ils ne manquent pas et vous avez la chance d'avoir de très bonnes traductions, chose que n'avaient pas nos antécédents.
Tout travail spirituel doit avoir des outils adaptés à son temps et défini par l'équation principielle : "Un lieu, un temps, des gens", sinon c'est juste se faire plaisir en croyant faire quelque chose d'utile, d'éthique, etc...
De l'horizontal de fait...
Le Grand Sommeil ! J'en souris encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adragante

avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Haute loire
Date d'inscription : 30/01/2006

MessageSujet: recherche   Sam 25 Fév 2006 - 16:30

Je suis tout à fait d’accort avec la vision d’une vérité transcendante dans son essence et multiformes dans ses manifestations culturelles…
Cependant cette vérité a d’abord été éprouvée par des êtres et non par des livres, ceux-ci sont certes utiles pour orienter nos recherches.
Pourtant l’important ne se découvre pas dans les livres mêmes s’ils sont qualifiés de sacrés mais en nous…
Tous les vrais réalisés ne cessent de nous le dire, pourtant qui semble vraiment enclin à vouloir faire cet effort ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.groups.yahoo.com/group/grandcceltique
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Sam 25 Fév 2006 - 16:39

Citation :
Tous les vrais réalisés ne cessent de nous le dire
Qui sont-ils ? Pas tous bien sûr mais quelques uns...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnaLama
Femme-druide


Nombre de messages : 59
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Sam 25 Fév 2006 - 17:27

Twisted Evil fergus à dit":Le "druidisme" n'est pas, comme dit Witisa, ce qu'on veut. Il ne suffit pas d'aimer les animaux, de collectionner les cristaux et de réciter des "prières" fabriquées, adossé à un arbre, pour être druide. Les plus grands "péchés" du druide sont l'ignorance et le mensonge."
ai je dit ça , ou toi tu l as compris comme ça t arrage?je ne crois pas que tu saches ce que je pense vraiment? tu as dit:"Les plus grands "péchés" du druide sont l'ignorance et le mensonge."je suis d accord avec toi, à toi aussi de l apliquer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/kensonnerezhgwen34
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Sam 25 Fév 2006 - 17:38

Citation :
je ne crois pas que tu saches ce que je pense vraiment?
C'est en fait assez simple à percevoir.
On essayait de parler un peu "sérieusement" tes problèmes égotiques font du "bruit".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnaLama
Femme-druide


Nombre de messages : 59
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 16/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Sam 25 Fév 2006 - 18:20

une chose est certaine c est que tes paroles ne sont pas dignes d un druide meme orthodoxe, mais de quelqu un qui se sent superieur aux autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/kensonnerezhgwen34
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: recherche   Sam 25 Fév 2006 - 21:34

Adragante a écrit:
Je suis tout à fait d’accort avec la vision d’une vérité transcendante dans son essence et multiformes dans ses manifestations culturelles…
Cependant cette vérité a d’abord été éprouvée par des êtres et non par des livres, ceux-ci sont certes utiles pour orienter nos recherches.
Pourtant l’important ne se découvre pas dans les livres mêmes s’ils sont qualifiés de sacrés mais en nous…
Tous les vrais réalisés ne cessent de nous le dire, pourtant qui semble vraiment enclin à vouloir faire cet effort ???

Bien sûr, Adragante, tu as parfaitement raison. Les livres ne peuvent être, au mieux, que des outils supplémentaires, et ils peuvent être aussi, au pire, des obstacles sur le chemin. L'essentiel est dans la pratique, dans le chemin intérieur. L'attachement aux formes est un obstacle : c'est le principe de l'idolâtrie.

Malgré tout, nous ne sommes pas de purs esprits. Il nous faut bien partir de quelque part, c'est-à-dire de notre petit ego plein d'illusions, et il nous faut bien parcourir le chemin. Nous sommes divins/parfaits/éveillés, mais nous ne le savons pas. Les "livres", les textes sacrés sont le témoignage de ceux qui ont déjà fait ce chemin, ou un chemin semblable. Ils nous permettent d'éviter certaines erreurs grossières, même si, au final, nous sommes seuls face à nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adragante

avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Haute loire
Date d'inscription : 30/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Dim 26 Fév 2006 - 13:39

Fergus je suis à 100% en accord avec ce que tu viens d’exprimer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.groups.yahoo.com/group/grandcceltique
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3785
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Jeu 2 Mar 2006 - 11:09

J’entends bien, mais je crois que notre approche de la Vérité a, aujourd’hui, aussi sa raison d’être.

L’étiquette, la forme extérieure de la Tradition, la religion, quelle qu’elle soit, est, si ce n’est indispensable du moins incontournable, car elle correspond à une sensibilité ethnique. Une façon de nous indiquer la voie à suivre, de nous expliquer et de nous faire comprendre, selon notre héritage culturel, notre sensibilité, notre « vérité », le moyen d’atteindre la Vérité, la Tradition Eternelle.

Ainsi, chacun a sa propre approche vers la Vérité selon la voie qui convient le mieux à l’affectivité, l’émotivité et la sensibilité de sa race.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suibhne



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   Jeu 2 Mar 2006 - 16:08

Auetos a écrit:

Ainsi, chacun a sa propre approche vers la Vérité selon la voie qui convient le mieux à l’affectivité, l’émotivité et la sensibilité de sa race.

J'aimerais que tu substitues le mot culture au mot "race" car il y a des races de chiens, de chevaux, de singes mais l'humanité représente une seule race scientifiquement, celle de l'homo sapiens.
J'espère que tu n'es pas intoxiqué par cette idéologie du XIX° siècle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trioedd Barddas   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trioedd Barddas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Trioedd Barddas
» Le Livre du Bardisme (extraits du Barddas)
» Book of Taliesin
» Barddas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le (Néo)Druidisme :: Etudes et Discussions-
Sauter vers: