forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'ère du verseau ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'ère du verseau ?   Sam 4 Juin 2011 - 20:21

A l'équinoxe de printemps, il y a presque 8500 ans, c'était la constellation des gémeaux qui montait dans le ciel. Ensuite, c'était l'ère des cornus (le Taureau il y a 6500 ans et le bélier 2500 ans avant notre ère).

Ces évènements ont influencé les croyances et les mythes de nos aïeux . L'histoire a continué avec l'arrivée du christianisme et le poisson.

Aujourd'hui, nous entrons dans l'ère du Verseau.

Est-ce normal de continuer sur des croyances (le cornu) qui ne correspondent en rien avec l'évolution de la relation terre/ciel étoilé qui était une référence pour nos ancêtres avec l'équinoxe de printemps.

La recréation des mythes par rapport à ces nouvelles données astronomiques (le Verseau) n'est-elle pas souhaitable pour conserver l'esprit de nos aïeux ?
Revenir en haut Aller en bas
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: L'ère du verseau ?   Mar 7 Juin 2011 - 10:52

Ère du Verseau selon Le Cour

Dans l'ouvrage ésotérique de Paul Le Cour, L'Ère du Verseau, l'ère du Bélier a commencé en 2160 av. J.-C., elle est suivie de celle des Poissons avec la naissance du Christ, tandis que l'ère du Verseau serait censée débuter en 2160. Selon les calculs « astronomiques » de Le Cour, les grandes périodes de notre histoire seraient déterminées par l'alignement du Soleil avec une des constellations du zodiaque au début du printemps astronomique (point vernal). Le déplacement relatif du Soleil par rapport aux constellations permet ainsi de parler des « ères » du Bélier, des Poissons etc., chaque « ère » durant environ 2160 ans. Toujours selon Le Cour, nous serions sur le point de quitter l'ère des Poissons, période à dominance religieuse et belliqueuse pour entrer dans l'ère du Verseau, qui sera, selon ses prévisions, une époque d'harmonie retrouvée.

Ère du Verseau et le New Age

Le concept d'ère du Verseau a ensuite été intégré aux croyances New Age , notamment dans le mouvement hippie. De nombreux mouvements ésotériques et plusieurs sectes prophétisent encore aujourd'hui l'imminence de cette « période bénie ».
Un déplacement de 30° du point vernal (soit la largeur d'un signe) correspond bien à des ères de ~2200 ans, mais il n'y a pas de limite tranchée et objective entre ces ères. La limite ne peut être que conventionnelle et arbitraire. Dans ce cas, si l'ère du Poisson correspond symboliquement à l'émergence du christianisme, elle date du début de l'ère chrétienne, et la suivante commencera donc vers l'an 2200 (à un ou deux siècles près), indépendamment de toute considération de limite astronomique.

Absence de définition en astronomie

En quelle année le point vernal sortira-t-il de la constellation des Poissons pour entrer dans la constellation du Verseau ? Ce calcul est relativement simple. Dans les années 2000, le Soleil passe dans la constellation du Verseau entre le 16 février et le 11 mars, il en sort donc 8 à 9 jours avant l'équinoxe de printemps du 21 mars, et comme il parcourt un degré par jour il y a un intervalle de 8 à 9 degrés à franchir. Le point vernal glisse de 1° en 72 ans à cause de la précession des équinoxes. Il entrera donc dans la constellation du Verseau dans 8.5 x 72 soit à peu près 600 ans, dans les années 2600.

Dans l'autre sens, y a-t-il une étoile brillante actuellement à proximité de la limite Verseau-Poisson, qui justifierait par son passage à la limite du secteur angulaire du verseau (soit 0° du Poisson, ou 330°) qu'on proclame l'entrée dans l'ère correspondante ? Les étoiles les plus brillantes du secteur sont dans le Capricorne (constellation), Deneb Algedi (δ Cap), dont l'ascension droite (époque 2000) est de 21h47'02", ou un peu plus loin Sadalmeilk (α Aqr), RA=22h05'47". Un décalage d'une minute en ascension droite correspond à un quart de degré sur l'écliptique, donc pour Deneb Algedi l'ère du Verseau commence vers 2060, alors que pour Sadalmeilk l'ère est entamée dans les années 1900. Cependant, ces étoiles n'ont rien de particulier (il faut un spécialiste pour les repérer), et rien ne justifie qu'on les retienne pour une limite aussi importante.

L'ère du Verseau ne correspond à aucun phénomène astronomique remarquable.

Réf. Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ère du verseau ?   Mar 7 Juin 2011 - 20:18

Tu as raison, Dubicattos.

Mais je pensais plus à une interprétation astro-historique (la loi des cycles, théorie selon laquelle les grands faits historiques et les grandes religions seraient cycliques et en rapport à l'astronomie). J'ai commencé à m'intéresser à cette loi des cycles lorsque je me suis procuré l'exposé "l'astrosophie" de François Brousse aux éditions La licorne Ailée (exposé critiquable en certains points mais trés intéressant).

Une partie de cet exposé est sur la toile et je peux la joindre plus facilement ici (cela ne traite pas beaucoup du druidisme à par le lien avec Platon mais il a provoqué chez moi un questionnement sur l'impact de cette loi des cycles, si elle existe vraiment, sur les mythes, et sur ce que serait un mythe druidique sous cette ère du Verseau sans remettre, c'est évident, en cause les mythes existants).



Voici l'extrait de cet exposé :
Pour les grandes ères mondiales, il faut remonter à Platon, aux Babyloniens et aux Égyptiens. On constate l'opposition entre l'année platonicienne babylonienne et l'année pyramidale. L'année platonicienne babylonienne connue depuis fort longtemps, englobe 25 920 ans divisés en douze mois cosmiques dont chacun mesure 2160 ans. Quant à l'année pyramidale, que j'ai eu le plaisir de découvrir, elle comprend 25 749 ans, ce qui coïncide étrangement avec les dernières estimations faites par les astronomes officiels qui donnent à la précession des équinoxes une durée de 25 750 ans avec une erreur possible d'une année. Je veux bien accepter leur nombre 25 750, en faisant remarquer que lorsque je l'avais dit, il y a une vingtaine d'années de cela, les savants officiels déclaraient que la période durait 25 788 ans. J'étais donc en avance sur leurs supputations. Cela ne m'impressionne pas beaucoup, mais cela devrait les impressionner. Quant à moi, je sais que la science officielle subit des variations et qu'environ tous les vingt ans, elle change de base. Il se peut pourtant que ces calculs subsistent très longtemps. Nous avons donc un mois cosmique de 2145 ans.
Comment suis je arrivé à cet étonnant résultat ?
Par la découverte du fameux nombre mystérieux qui se trouve à l'intérieur de la Grande Pyramide : 286,1. Ce nombre a été découvert par Davidson et les livres de Barbarin l'ont rendu populaire. Or, Georges Barbarin dit textuellement dans « L’énigme du Grand Sphinx » que « ce nombre 286,1 est incompréhensible et qu'il ne sera dévoilé que par le messager qui viendra de l'Occident. » C'est pourquoi je vous le dévoile suivant les termes mêmes de la prophétie. Le nombre marque, tout simplement, comme je l'ai expliqué, la période où les géants de l'esprit apparaissent. Si l'on multiplie ce nombre 286,1 par 90 (un des nombres secrets de l'antique Égypte) nous aboutissons exactement à 25 749. Constatons d'ailleurs que 286,1 est l'anagramme parfait du carré du nombre d'or (2,618). C'est aussi le rappel des gopis de Krishna au nombre de 16 218.
Cela dit, examinons la nature de ces périodes. À quoi servent elles ? N'oublions pas que les nombres, les étoiles et le mouvement de la précession des équinoxes gouvernent la marche des peuples.
Chaque mois cosmique, dominé par une constellation particulière, apporte un chef, un peuple dirigeant et une religion nouvelle. Voilà pourquoi tous ceux qui prétendent qu'une religion, quelle qu'elle soit, est éternelle, se trompent. Il n'y a pas de religion éternelle. Les religions durent environ 2145 ans, puis disparaissent. Elles ont une naissance, un développement, une vieillesse, un déclin et une mort. Elles sont dominées par un grand prophète, peut être deux. Les textes de l'Apocalypse le disent, qui parlent de vingt quatre vieillards, ce qui correspond à deux prophètes par mois zodiacal cosmique. Si nous sommes sortis de l'Âge des Poissons et entrés dans l'Âge du Verseau, cela détermine deux choses :
La première nous montre que le Christianisme est une croyance dépassée, donc tous ceux qui veulent absolument faire de Jésus-Christ le centre même du cosmos se trompent de période. Ils sont en retard de nombreux siècles.
Revenons maintenant à l'entrée du monde dans le signe du Verseau. À quel moment faut il la placer ?
Plusieurs théories se disputent à ce propos. La première prétend qu'on n'atteindra le signe du Verseau qu'en 2715. Cette théorie s'appuie sur le mouvement des constellations. Or j'affirme que la précession des équinoxes n'est pas le mouvement des constellations, mais bien le mouvement en forme de toupie, le mouvement giratoire de l'axe des pôles. Ce mouvement est continu et il ignore les irrégularités où se complaisent tous les calculateurs des constellations. Comme il parait impossible d'avoir une balise nette pour déterminer le début de l'Ere du Verseau, il convient de s'appuyer sur les événements mondiaux, les grands événements qui se sont déroulés sur la terre et dans le ciel. Or, en 1781 on remarque d'importantes métamorphoses.
Premier événement : par la bataille de Yorktown, les Américains conquièrent leur liberté. L'Amérique a rejeté l'Angleterre et s'est constituée en nation indépendante, devenue graduellement la plus puissante du monde. Cette date est donc singulièrement importante dans l'évolution de la Terre.
La deuxième transformation éclate dans la Révolution Française qui a réussi une synthèse formidable de la liberté puisée aux Grecs, de l'égalité puisée aux Romains et de la fraternité puisée aux Hindous. Cette merveilleuse trinité, encore une, nous prouve que nous sommes entrés dans une ère nouvelle.
J'ajoute qu'il y eut dans le ciel, toujours en 1781, un signe éclatant et irrécusable : la découverte par John Herschel d'une nouvelle planète : Uranus. Or depuis des centaines d'années, depuis des milliers d'années, depuis peut-être des dizaines de milliers d'années, on ne connaissait que sept planètes, et voici que l'on en découvre une huitième, et il se trouve que cette huitième planète, est comme par hasard, Uranus, maîtresse du signe du Verseau. Devant une pareille accumulation de coïncidences, je prétends que logiquement et intuitivement, nous sommes entrés dans le signe du Verseau à la fin du XVIIIème siècle. Et je pense que tous ceux qui contestent cette vision cosmologique sont aveuglés par les préjugés qui seront tôt ou tard déchirés comme des voiles ténébreux. La même année 1781 vit la publication des Confessions de Jean-Jacques Rousseau, prophète de la révolution, et d'Emmanuel Kant : La critique de la raison pure, qui donnait une base nouvelle à la métaphysique humaine.
Mais un autre détail important s'ajoute à cette démonstration : c'est l'histoire de Jésus. Ce prophète du signe des Poissons a été adoré ou vilipendé. Il a été adoré : les Chrétiens le considéraient comme le fils unique de Dieu ; certains gnostiques voyaient en lui un homme adopté par la divinité suprême. Voltaire dira plus tard : « un juste agréable à Dieu ». Jésus a été vilipendé : Le Livre des Trois Imposteurs, célèbre au même siècle, nous déclare que trois menteurs ont trompé l'humanité. Le premier s'appelle Moïse, le deuxième s'appelle Jésus, le troisième s'appelle Mahomet. Ce livre d'une audace rare est probablement dû à la plume du philosophe Averroès.
Quoi qu'il en soit, Jésus a été considéré soit comme le fils unique de Dieu, soit comme un prophète, soit comme un imposteur, mais il fallut arriver à la fin du XVIIIème siècle pour le supposer d'ordre mythique et non charnel, c'est à dire comme un personnage légendaire qui n'a jamais existé. Je ne vous dis pas qu'il l'est, je pense au contraire qu'il a physiquement existé. Mais cette négation de l'historicité d'un Messie marque la fin de son règne. Précisément le livre de Volnay sur Les Ruines qui date de 1791 et qui sortit dans l'aura flamboyante de la Révolution, jette un doute sur la réalité tangible de Jésus. L'idée sera reprise avec encore plus de force par Dupuis dans son ouvrage paru en 1795 sur L'origine de tous les cultes. Une nombreuse lignée d'historiens a soutenu les mêmes thèses, notamment J.P Couchaud dans son livre Jésus, le Dieu fait homme.
Une ère commence-t'elle au moment même où naît un prophète ? C'est exactement l'erreur commise par une multitude de commentateurs. En réalité, existe toujours une période de préparation. Elle peut être de trois ou quatre siècles. Nietzsche avait déclaré, avec sa brutalité prophétique habituelle, que le christianisme était du platonisme pour esprits sous-développés. Il touchait là une vérité profonde. L'authentique précurseur de Jésus c'est Platon. On rencontre dans Platon tout le christianisme et autre chose de plus vaste.
On trouve l'idée d'un Moi éternel, indestructible, transcendantal, qui est le propre de l'humanité, et qui survit après la mort de l'homme.
Platon nous expose également l'idée d'une trinité composée de la Beauté, de la Vérité et du Bien. Le Beau, le Vrai, le Bien seraient d'après Platon, les trois visages de l'Être absolu.
Il enseigne aussi l'existence de châtiments et de récompenses après la mort.
Nous trouvons encore dans Platon l'idée que chaque homme est accompagné d'un esprit invisible qu'il appelait lui, Daïmon et que les Chrétiens ont baptisé Ange Gardien.
Il proclamait une âme du monde, intermédiaire entre l'humanité et la divinité. Elle est devenue plus ou moins chez les Chrétiens, la Mère de Dieu, Marie, la Sainte Vierge, avec évidemment une décadence fantastique. Subsistaient tout de même des reflets platoniciens. La différence entre Platon et le christianisme, c'est que le grand philosophe enseignait la transmigration des âmes allant d'un corps à l'autre jusqu'à la libération suprême. Les âmes peuvent s'incarner parmi les animaux comme parmi les êtres humains, et elles n'arriveront à travers ces transmigrations à se libérer que lorsqu'elles deviendront les contemplatrices des Idées éternelles. La vision des Idées éternelles, les égalera aux dieux et les fera rentrer dans l'Eternité et la Perfection qui sont l'essence des idées divines.
Les Chrétiens remplacèrent la transmigration des âmes par la superstition de l'enfer éternel, cauchemar hideux et lamentable absurdité qui fait de Dieu le grand bourreau souriant de l'intemporel. Or, Platon a vécu entre 429 et 347, ce qui nous transporte, à travers la rotation du cycle pyramidal comprenant 2145 ans, dans une période qui va environ de 1716 à 1798. Nous serions alors entrés dans l'Ere, du Verseau. Constatation extrêmement importante !...
.



Suivant cette théorie que je trouve trés intéressante (pas moins en tout cas que toutes les autres), l'ère du Verseau correspond bien à un phénomène astronomique (la découverte d'Uranus, du même signe)
De plus le mois cosmique est de 2145 ans. Lorsque je prends l'année de la naissance de platon (-428 av J.-C) qui est quelqu'un de trés important dans le druidisme et la renaissance du druidisme en 1717, on tombe exactement sur la durée d'un mois cosmique, d'un cycle.

Voilà pourquoi, j'amenais un questionnement sur cette théorie des cycles et de ces différentes ères par rapport à l'élaboration des mythes. Est-ce que les druides antiques (privilégiant le mouvement), s'ils avaient été à notre place, auraient recréé une symbolique plus spécifique au Verseau, des rites et des mythes en correspondance à ce changement d'ère ?

Mais si ça n'intéresse personne, ce n'est pas grâve...
Revenir en haut Aller en bas
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: L'ère du verseau ?   Mer 8 Juin 2011 - 16:21

Nous avons tous entendu parler de l’ère du Verseau, ère qui devrait être spirituelle ou ne pas être… mais j’avoue franchement que cela ne m’avait pas interpellé plus que ça.

Ceci dit, je trouve cette théorie… alléchante puisque, comme vous l'avez fait remarquer, c'est précisemment au moment ou les druides reviennent sur le devant de la scène.

Et pour répondre je pense que, « grâce » à la coupure qui nous fut imposée par la domination du christianisme, nous ressortirons de cette longue nuit que plus forts et régénérés car, bien que nous nous tournons vers le passé pour mieux comprendre notre avenir, certains éléments constitutifs du druidisme, comme les rites, ont subit des changements. Et donc, loin de s’en offusquer, il est bon de s’en réjouir, car cela signifie que les pratiques cultuelles se sont adaptées, elles aussi, à la modernité ambiante.

Cela ne signifie pas qu’il faille renier ses origines ou ses préceptes moraux et spirituels, cela marque au contraire une réelle capacité d’adaptation et de mise en phase avec son temps. Ne pensez-vous pas ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnamCara
Druide
avatar

Nombre de messages : 267
Localisation : B.l.i.u.
Date d'inscription : 30/05/2008

MessageSujet: Re: L'ère du verseau ?   Mer 8 Juin 2011 - 19:49

Exposé intéressant, Yamni.
Pourrais-tu nous donner les liens internets dont tu fais mention, stp ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ère du verseau ?   Mer 8 Juin 2011 - 21:02

à Auetos :

En effet, sur beaucoup de points.
Avec ce cycle de disparition-réapparition du druidisme, la symbolique du esse avec sa coupure prend encore tout son sens (j'oserais même dire que l'esse-sens du druidisme est toujours là Embarassed ).

à AnamCara :

J'ai son exposé papier (fascicule de 60 pages) mais tu peux trouver quelques passages sur ce site qui lui est dédié (voir le paragraphe 8 et 12):

http://www.unsagedebonnecompagnie.fr/index.php?/page/5

Si ça t'intéresse de le lire au complet (intéressant du début à la fin), fais moi le savoir par mp et je te le scannerai. Comme je l'ai déjà dit, certaines choses (notamment dans les dernières pages de l'exposé de cet homme natif de Perpignan) peuvent être critiquables et il est sain qu'il en soit ainsi.

Ma question sur le couple de l'habillage des mythes / astronomie restera sans réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: L'ère du verseau ?   Jeu 9 Juin 2011 - 11:15

Yamni a écrit:
Ma question sur le couple de l'habillage des mythes / astronomie restera sans réponse

Non pas !

Contrairement aux religions révélées, dont les mythes sont basés sur la vie d’un prophète et donc datable, les mythes païens en général et druidiques en particulier sont intemporels et donc grâce à la transmission de maître à élève, ils voyagent dans le temps en s’actualisant et ainsi, ce savoir traditionnel et immuable, vit de tout temps sans jamais s’altérer.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ère du verseau ?   Jeu 9 Juin 2011 - 13:36

Si les mythes druidiques sont intemporels et n'ont pas de données astronomiques précises, alors ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.

Merci Auetos pour m'avoir éclairé sur le chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ère du verseau ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ère du verseau ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ère du verseau
» Quelle est la date de début de l'ère du Verseau ?
» L'ère du verseau ?
» L'état d'esprit de l'ère du Verseau
» L'Ere du Verseau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le (Néo)Druidisme :: Etudes et Discussions-
Sauter vers: