forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 OPPIDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matolitus
Druide


Nombre de messages : 1046
Date d'inscription : 27/07/2011

MessageSujet: OPPIDA    Jeu 31 Jan 2013 - 11:38

Comme souvent une image aide à notre connaissance des lieux, je mets à notre disposition qq photos de l'Oppidum de Ste Luce (Commune de Vercoiran) dans les Baronnies. Celui-ci nous a été conté par Ballios (voir son post dans Histoire / Archéologie) :





Et le fameux Occulus d'1,50 m de diamètre :


Il me rappelle celui nommé "Men-an-Tol" (Trou dans la pierre, en Cornique) situé en Cornouaille britannique :


A ces vues, ça me donne des fourmis dans les jambes, j'entends mon sac à dos qui a des impatiences et mon bâton qui tapote sur le carrelage. Ah, vivement le retour du printemps et ses pèlerinages. Tiens, pourquoi n'y passerais-je pas par le Pays Voconce ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OPPIDA    Ven 1 Fév 2013 - 0:17


ce même rapprochement, et une interprétation personnelle est tenté ici, par ce site:

http://racines.traditions.free.fr/astrnorb/index.htm


Dernière édition par Matuos le Jeu 5 Mai 2016 - 10:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Matolitus
Druide


Nombre de messages : 1046
Date d'inscription : 27/07/2011

MessageSujet: Oppidum du Castellas (Solliès-Toucas, Var)   Ven 1 Fév 2013 - 12:26

Lors de ma dernière visite sur les terres d'Auetos en Pays Salluvien, nous avons eu l'occasion d'aller découvrir l'Oppidum du Castellas.
Il se situe sur 2 communes du Var, Solliès-Pont et Solliès-Toucas. Mais par Belenos, qu'il y faisait chaud pour un Armoricain !!!



Ce vaste habitat est implanté sur une colline à 347 m d'altitude, dominant la rive gauche de la rivière Gapeau. D'une superficie de près de 5 ha, il s'agit de l'un des sites protohistoriques les plus vastes du département.

Les résultats des fouilles ont montré que le site fut occupé une 1re fois aux VI-Ve siècle avant l'ère vulgaire, puis réoccupé et aggrandi aux II-Ir siècle av. l'èv.



L'exament du système défensif révèle 2 périodes dans la construction de l'Oppidum : la 1re enceinte est constituée par un mur simple de 2 m de largeur, aux parements de gros blocs avec un blocage de pierrailles.



La seconde enceinte, plus tardive, reprend la 1re au S.O. et à l'E. A l'extrémité N elle l'englobe sur une courte distance et conserve le direction vers l'E et ceinture une zone en pente.





3 portes à recouvrement (1) ont été reconnues. Entre les portes E et N, 13 tours quadrangulaires pleines sont accolées au rempart. Elles sont espacées les unes des autres à 18 et 25 m et mesurent 4 à 5 m de large pour 5 à 8 m de profondeur. A l'O de la porte N, se trouvent 2 autres tours espacées de 33 m.





Les travaux entrepris en 2004 èv ont permis de redégager les 2 structures de maisons déjà connues et d'en repérer en surface 2 autres. Leur largeur tourne autour de 6 m, leur longueur de 17 m, soit une surface autour de 110 m2. Les maisons ont été aménagées directement sur le rocher après excavation, la base des murs étant réalisées par les pierres dressées sur chant et posées sur le rocher. Les murs ont été construits suivant les méthodes en vigueur à l'Age du Fer (prochain post).







Des céramiques ont été retrouvées, ainsi que des fragments d'amphores, des vases de stockage à céréales et un fragment de meule en basalte, plus une pierre à aiguiser. (D'après Pierre Excoffon, Revue archéologique du Var)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matolitus
Druide


Nombre de messages : 1046
Date d'inscription : 27/07/2011

MessageSujet: L'Oppidum d'Enserune (Hérault)   Mer 5 Juin 2013 - 13:50

Pèlerinant sur les terres de la Narbonnaise, je suis passé par l'Oppidum d'Enserune situé sur la commune de Nissan-Lez-Enserune. Ce site archéologique occupe la colline d'Ensérune qui domine d'une 100e de mètre les plaines alentours et offre une vue panoramique des régions de Béziers et de Narbonne. Il comprend les vestiges d'un village antique s'étendant sur 600 m de long pour 150 m de large. Les Gaulois l'ont occupé de -500 à -300 avant l'ère vulgaire. A la période romaine, passait en contrebas la Via Domitia qui reliait Rome à l'Espagne.



Cet oppidum dont on ne connaît pas le nom connut 3 phases d'occupation successives :
- tout d'abord du VIe à la fin du Ve avec un habitat dispersé avec des maisons en torchis ou pisé
- durant la 2e période, du Ve à la fin du IIIe, une véritable ville voit le jour à l'abri de solides remparts, tandis qu'à l'ouest s'établissait une nécropole. C'est une période de prospérité et d'échanges nombreux avec le monde méditerranéen.
- à la fin du IIIe, la ville se développe sur toute la colline, mais sera abandonnée au profit d'habitations en plaine au Ier siècle avant l'ère vulgaire.

Cet oppidum est surtout réputé pour posséder une quantité importante de modules de stockage, des silos creusés directement dans la roche en sous-sol. On compte pas moins de 300 fosses de forme ovoïde sur la colline et environs. Ces silos ont servi pour stocker des denrées alimentaires dont des céréales, élément vital pour la survie de groupes humains depuis le Néolithique.



Sur place on trouve un petit musée (ouvert de mai à septembre) qui présente l'essentiel des fouilles avec une belle collection de céramiques et d'armes gauloises :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OPPIDA    Mer 5 Juin 2013 - 22:10

aujourd'hui comme hier, la route vers l'Espagne passe tout près de là...un panneau sur l'autoroute l'indique d'ailleurs.
une pause s'impose, merci Matolitus!
Amandine, nous sommes en plein dans tes quartiers, hein?

petite question: quelle est la profondeur de ces silos pour s'en faire une idée, et ces silos étaient-ils communs ou disséminés dans des cours de maisons particulières? et y'a t'il des traces de siège ou de destruction de l'oppidum?

bonne soirée,
Revenir en haut Aller en bas
Matolitus
Druide


Nombre de messages : 1046
Date d'inscription : 27/07/2011

MessageSujet: Re: OPPIDA    Jeu 6 Juin 2013 - 13:43

A Ballios

à propos des silos, d'après ce que j'ai lu, il nous faut considérer les périodes d'occupation de la colline pour répartir les modules de stockage.

A la première période d'occupation, la population de la colline provenait de populations sub-néolitiques, vivant modestement de la culture dans la plaine environnante et de la pêche dans les étangs proches. Leur vie devait être rude, surtout à la mauvaise saison, car soumis à la pluie glacée des bourrasques hivernales et aux rafales cruelles des vents d'un lieu haut. La structure sociale était communautaire.
C'est dire que les silos étaient fortement groupés (le groupe de silos de la terrasse à l'est de la colline en comportait 76), ou en "régime" (par 3 communicants entre eux) et étaient plus ou moins vastes. Ils étaient creusés dans la roche près des fragiles demeures et servaient de resserres à provisions et d'abris pour les denrées alimentaires périssables tenues au frais en sous-sol.

A la 2e période d'occupation, une véritable cité a surgi de terre, avec des maisons à socles de pierres dures, disposées selon un plan en damier, le long de ruelles qui se croisent d'équerre. La pratique jugée archaïque du silo est abandonnée au profit de grands dolia singulier dolium en terre cuite, enfoncés dans le sol de chaque habitation. A l'origine, le dolium est un très grand vase destiné à servir de réserve de vin, d'huile et servait au commerce hellénique en Méditerranée via les emporions (ports de commerce) de Massilia (Marseille) et d'Alalia (Aléria, Corse). A Enserune, il devint une réserve de vivres dont des céréales. Ainsi il pouvait contenir la consommation annuelle de céréales d'1 personne (60 à 100 litres de capacité).


Exemple de dolium gaulois découvert à Croixrault, département de la Somme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moilogustos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 1032
Localisation : Brogis Parisii
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: OPPIDA    Jeu 6 Juin 2013 - 15:48

Bonjour,

Merci pour toutes ses informations et vos recherches précieuses...

Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brigonerta

avatar

Nombre de messages : 491
Localisation : Narbonnaise
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: OPPIDA    Mar 11 Juin 2013 - 0:44

En effet Ballios, c'est à proximité de chez moi.
Je connais même le site.

Je suis surprise par les dates que vous avancez Matolitus pour l'occupation gauloise. Il me semblait qu'elle était plus restreinte. L'oppidum d'Ensérune est avant tout un site ibère qui fut romanisé par la suite. C'est comme tel que je l'ai compris. Même si la présence de nombreuses épées celtiques montrent bien que les Celtes sont passés par là.
J'ai acheté le livre édité par le Centre des Monuments nationaux pour le site. Il es titré : " Le village gaulois d'Ensérune ". Mais en dehors des épées, je n'ai pas compris le côté gaulois du site. Ou alors, c'est juste pour signifier site en Gaule d'avant les Romains ?
[ pour l'anecdote, sur la photo du site vue d'en haut que nous a gentiment mis Matolitus, ce que vous voyez derrière la butte de l'oppidum est l'étang de Montady. Cet étang fut asséché et des canaux d'irrigation qui dessinent ce motif furent creusés au XIIIème siècles. De sacrés bosseurs quand même ! ]

Dans le même genre, vous avez le site de Lattes, plus près de chez moi. Sur le site internet => Lattes en Languedoc, ils évoquent les gaulois du sud. Sauf qu'après approfondissement du sujet, il s'avère que Lattara était un comptoir étrusque, érigé à proximité d'un village d'autochtones (de quelle ethnie ???) . Le site fut attaqué et repris par les grecs , puis fut romanisé.
Je cherche encore les gaulois du sud. Donc, j'ai un peu tendance à me méfier de l'appellation " gaulois " dans la région maintenant.

Pour votre information, si vous êtes de passage dans le coin, le Musée de Lattes (le site est à son pied) organise sa 4ème fête de l'Archéologie avec des troupes de reconstituteurs Etrusques, Grecs, Romains et cette année des Carthaginois.
Pas de Celtes cette année, dommage... Cette fête a pour moi été l’occasion de rencontrer : les Gaulois d'Esse, une troupe dont j'ai oublié le nom et les Enfants de Finn dont certains membres travaillent en archéologie. Cette dernière rencontre fut pour moi la plus enrichissante.
Il y a également une exposition " L'Odyssée gauloise " reconnue d'intérêt national qui vaut le détour.
Voici le lien où vous verrez toutes les informations => Musée de Lattes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OPPIDA    Mar 11 Juin 2013 - 9:15

bonjour,

pour ma part, je croyais qu' Ensérune était la limite méridionale de la Gaule celtique (au sens ethnique du terme) et donc que les échanges aidant ils avaient adopté nombres d'usage de leurs voisins Ibères.

si un McDo se construit à Béziers, les Biterrois sont-ils pour autant des Yankees? le fait que les Grecs phocéens aient fréquenté la région et que les Etrusques aient pu commercer avec les Volques Arécomiques de Lattara (les Volques n'étaient pas les plus anonymes des Gaulois, Amandine Wink ) n'a rien à voir avec la colonisation romaine et l'acculturation qui a suivi: il s'agissait d'échanges lointains et pour échanger il faut être deux! Very Happy
crois-tu que la Gaule dite Chevelue était moins portée sur les échanges? car si le point de rencontre était ici, des flots de marchandises partaient pour le Nord, et des échanges fructueux se faisaient aussi dans l'autre sens avec les voisins nordiques des Gaulois.

où est le problème?
sans doute dans ces relents de la colonisation qui nous font présupposer que les échanges avec les civilisations dites supérieures de la Méditerranée se faisaient forcément au détriment des Celtes, or l'archéologie nous apprend qu'il n'en fut rien!
les Gaulois du Sud n'ont à rougir de personne et les Gaulois d'Ensérune ont utilisé l'alphabet de leurs voisins ibérique comme un Gaulois du Nord employait le grec. quand aux "dolia" ou toupins, ce sont peut-être des adaptations de pithoi grecs (quoi de plus normal puisqu'ils étaient clients?), mais ils les ont adaptés à leurs propres usages et j'éspère que dans quelques siècles les archéologues découvrant chez moi une théière ne diront pas que la Haute Provence s'est vendue aux Chinois Laughing !!!

concernant les Ibères, il n'est que de voir les mélanges qui se sont fait en Espagne, au point qu'on ne puisse plus distinguer les peuples de l'intérieur autrement que par le terme de Celtibères (idem au Nord avec les Gaulois voisins des Germains) pour relativiser l'étrangeté qu'ils pouvaient s'inspirer mutuellement...

bonne journée,


Dernière édition par Matuos le Jeu 5 Mai 2016 - 10:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Matolitus
Druide


Nombre de messages : 1046
Date d'inscription : 27/07/2011

MessageSujet: Re: OPPIDA    Mar 11 Juin 2013 - 12:09

A Amandine,

à propos des dates d'occupation gauloise, tu as raison, car après vérification les scientifiques nous donnent de -300 à -250 avant l'ère vulgaire. A la fin de ce IIIe siècle av. l'oppidum fut détruit pour retrouver une relative prospérité avec la fondation de Narbonne par les Romains en -118 av.

A Amandine et Ballios,

dans ce débat de qui est qui en Gaule méditerranéenne ? pas facile pour un Armoricain de démêler les événements historiques, les processus sociaux, politiques et économiques autour des Celtes, des Ligures, des Celto-ligures, voire des Ibères du sud-est de la Gaule. Aussi je suppose que vous êtes dans le vrai tous les deux.

Que pensez-vous de ce que Dominique Garcia* a écrit : "les populations de la Méditerranée nord-occidentale sont qualifiées de Ligures, tandis que l'espace géographique est nommé la Celtique."
J'imagine que s'il a écrit cela c'est qu'il a repris les données historiques, archéologiques et anthropologiques de ses prédécesseurs et les a confronté avec ses propres trouvailles et analyses. Est-ce qu'il fut un de tes profs Ballios ?



*Professeur d'archéologique à l'université de Provence (Aix et Marseille) et directeur (adjoint ?) du Centre Camille Jullian. Ses travaux sur le terrain sont centrés sur le Languedoc (Lattes, Agde et la vallée de l'Hérault) et la Provence (arrière-pays et Alpes méridionales).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OPPIDA    Mar 11 Juin 2013 - 15:54

des spécificités et de l'origine des Ligures du sud-est de la Gaule et du nord de l'Italie nous ne savons rien ou presque: l'archéologie ne nous est d'aucun secours, les noms qui nous sont parvenus et une partie de la toponymie de ces régions sont celtes, peut être l'étaient-ils? celtisés en tout cas, à la manière des Celtibères probablement...quand à leur langue originelle, nous n'en connaissons rien.
dans le passé, on a commodément rangé dans la case Ligure tous les toponymes du sud-est non indo-européens, or toute l'Europe a un vieux fond qui ne se traduit pas dans ces langues! certains auteurs sans l'ombre d'une preuve sont allés jusqu'à qualifier les Pictes de Ligures et toutes les théories circulent à leur sujet: Celtes, Basques, Ibères, Néolithiques, Indo-européens...
la seule chose que nous savons d'eux, c'est que les auteurs antiques distinguaient les Ligures des Gaulois, et les confondaient aussi parfois;
ils étaient établis à l'est et au sud de la Durance dans les Alpes-Maritimes et une partie des territoires Salyens, dans une terre qui fut la leur avant l'arrivée des Gaulois.

les Ibères tenaient la Catalogne maritime et la côte Languedocienne au sud d'Agde: mais il n'a jamais été question que les Volques soient Ibères ni que Voconces, Cavares et Allobroges aient été Ligures!
les Pyrénées et les Alpes n'ont jamais été des frontières pour les peuples, chacun s'établissant d'un côté ou de l'autre selon les rapports de forces et les ressources pastorales.
regardez aujourd'hui: Basques et Catalans débordent les Pyrénées, et le savoyard et l'occitan sont parlés dans les Alpes piémontaises.
à l'époque, c'était pareil, des peuples Gaulois étaient établis aux côtés des Ligures ou des Ibères sur les deux versants de ces chaines de montagne, et le tracé d'une frontière ressemblerait à une peau de léopard! et aurait-elle un sens?

Ensérune n'était pas en pleine terre Gauloise mais à sa "frontière" méridionale, les limites de la Gaule n'étant pas celles de notre France.
au sud de cet oppidum nous sommes chez les Ibères, mais avec de fortes influences celtiques, comme en Ligurie.
cette situation de carrefour et l'arrivée des commerçants Grecs de Phocée sur le cours de l'Hérault ont fait sa prospérité...

bonne journée,

@Matolitus: oui, Dominique Garcia a étudié à fond les échanges méditerranéens du littoral gaulois, et il vaut mieux l'écouter lui que nous autres dont ce n'est pas le métier Wink
mais d'Ibères à l'est d'Agde ou de Ligures ailleurs que sur la Côte d'Azur, aucun auteur antique ni historien de notre temps n'en a croisé!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OPPIDA    Mer 12 Juin 2013 - 10:40

bonjour,

j'éspère que vous ne pensez pas que je cherche à imposer des théories pour barrer les votres et passer en force, car ce n'était pas le but et nous ne faisons que débattre avec passion Wink

au plaisir de vous lire,
Revenir en haut Aller en bas
Brigonerta

avatar

Nombre de messages : 491
Localisation : Narbonnaise
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: OPPIDA    Mer 12 Juin 2013 - 16:08

pas du tout. ce que tu dis est intéressant. Et je suis assez d'accord avec toi.
Pour ce qui est du site de Lattara, que je connais depuis mes  10 ans, il n'est jamais fait mention des Volques Arécomiques. On parle d'un village d'autochtones à proximité de Lattara  et cette dernière a été fondée par les Etrusques.

Pour Ensérune, on parle d'un rapide passage des Celtes. Mais on ne parle pas non plus des Volques Arecomiques. Comme tu dis, ils ont sûrement adopté nombres d'usages de leurs voisins Ibères.

Les Volques Arécomiques sont cités comme étant la tribu celte de ma région, et pourtant la seule chose que je sais sur eux est que Nîmes (Nemausus) était leur capitale. Je n'ai jamais rien trouvé sur eux.

Je sais que Castelnau-le-Lez à l'Est de Montpellier était un oppidum (Sextantio) mais impossible de savoir qui le peuplait réellement.
En faites, j'ai surtout le sentiment que le terme Gaulois est  utilisé comme un terme générique pour désigner un habitant de la Gaule et ça donne un mélange de ligures, d'ibères, de celtes et de peuplades non identifiées.


Par contre je n'ai jamais entendu parlé de limite celtique de la Gaule Méridionale, même pour Ensérune .
Bref, je retourne dans mes recherches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: OPPIDA    

Revenir en haut Aller en bas
 
OPPIDA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier dans la revue l'archéologue sur les premières villes celtiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le Druidisme :: Civilisation et Société Celtique-
Sauter vers: