forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ... et l'euthanasie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3764
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: ... et l'euthanasie   Dim 29 Jan 2006 - 11:40

Avant d’aller plus loin définissons ce qu’est l’euthanasie. L’Encyclopaedia universalis remarque que le terme « euthanasie » a conservé son sens de « mort douce et sans souffrance jusqu’à Littré, mais qu’il y a eu « glissement de signification » pour venir à une « science de l’euthanasie », en mettant fin délibérément à la vie du malade ».


Maintenant voyons ce que nous disent les religions.

L’église catholique condamne fermement le suicide et l’euthanasie sous prétexte qu’il est sain que le mourant soit éprouvé par la maladie, celle-ci étant voulue par « Dieu » comme châtiment et purification ; la maladie corporelle développe la santé de l’âme. Il faut se soumettre à la volonté de « Dieu », souverain médecin des corps et des âmes … Malgré tout, aujourd’hui, elle admet qu’on peut employer des calmants pour apaiser les souffrances et qu’il ne faut pas prolonger les agonisants dans l’inconscience afin de prolonger artificiellement leur vie.

Les protestants, comme les membres de l’église orthodoxe, sont assez divisés mais, en général, ils ne prennent pas position en admettant que chaque être reste responsable de ses actes.

L’islam condamne purement et simplement suicide est euthanasie : la souffrance que l’on ressent avant la mort représente un bilan de nos actions terrestres et elle atténue d’autant la portée de nos péchés.

Nous, druides de la C.C.C., nous ne pensons pas qu’il faille souffrir le martyr pour lavé nos péchés car, selon nous, les âmes doivent parcourir des cycles de vie afin de pouvoir s’améliorer spirituellement est ainsi se nettoyer des impuretés acquises par nos actions pour se présenter devant l’Incréé.
Donc point la peine de souffrir inutilement pour une quelconque rédemption ou d’être maintenue en vie artificiellement pour respecter une loi qui nous est étrangère.

Notre tradition est tout autre.

En Armorique bretonne - où le maillet constitue à l’origine « l’arme de l’Ankou, c’est-à-dire de la Mort » - a régné longtemps le rite de l’apposition sur le front d’un moribond du mael benniget « le maillet béni », en l’espèce une masse de pierre destinée à « lui assurer un bon passage dans l’au-delà » et qui « était conservée soit dans la chapelle du village, soit dans un arbre sacré ».

En Angleterre, au dix-septième siècle, était encore attestée l’existence d’un holy mawle « maillet béni » conservé à l’église et servant aux fils « à casser la tête de leur père lorsque celui-là atteignait soixante-dix ans ».
Nous avons là l’exemple, plus que probablement, du « marteau de la mort » celtique, attesté, on vient de le voir, sous la forme du « maillet béni » dans la coutume bretonne du mael benniget qu’on allait chercher pour le placer sur la tête du moribond.

Ces données folkloriques reste dans le même univers culturel - le monde celtique au sens large -, et force est de constater le lien qui, dans cet univers, relie entre eux ces maillets. Ils sont là pour aider le mourrant à passer dans l’Autre-monde.
Ne pouvons-nous pas voir, en ce geste, la survivance d’un rite d’euthanasie, pratiquer dans les pays celtiques ?

De fait, ne devrions nous pas, nous, druides, nous positionner et lutter, au nom de notre tradition, contre l’acharnement thérapeutique qui fait que le mourant est prolongé dans une existence purement végétative ?

Lorsque celui-ci est en coma dépassé, qu’il ne possède plus de réflexes vitaux, lorsqu’il n’est plus que l’ombre d’un être humain, n’est-il pas absurde de vouloir lui prolonger la « vie » pour respecter de soit disant principes de vie ?

Ne devrions-nous pas, par compassion, lui permettre de partir dignement en recevant l’apposition du maillet béni ?

_________________
٨٧٤٦٥۶


Dernière édition par le Dim 19 Fév 2006 - 10:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Sam 4 Fév 2006 - 11:15

voici ma réponse, ne voulant choquer personne avec mon vocabulaire qui est loin du Verbe d'Auetos.

Je n'irai pas jusqu'à l'imposition de "maillet"
Car connaissant les régles de notre société, celle ci crierait au "meurtre" plus vite que prévu.
Mais je suis tout à fait d'accord sur le sujet ! Laissons le choix de liberté à la Personne ainsi, si elle le peut de faire le choix pour mourir selon ses traditions (les juifs aussi ont des rites assez spéciaux là-dessus) et si elle n'est pas en mesure d'en faire la demande que les siens puissent valider sa demande sans avoir le Monde contre eux.

Bien entendu, partir dignement serait déjà un bon départ au lieu de laisser la personne se transformer en légume voir pire en cobaye de la médecine sous x ou y raisons.

Eleiran
Revenir en haut Aller en bas
Artus

avatar

Nombre de messages : 113
Age : 64
Localisation : PACA (83)
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Mer 21 Jan 2009 - 21:16

Mais la loi Leonnetti, nom du maire de la ville d'Antibes, députe des Alpes Maritimes et ci devant médecin, est d'une absurdité telle dans son application, que l'abandon de l'acharnement thérapeutique est autre chose qu'à un départ dans la dignité et surtout il ya la souffrance inutile des patients

Il y fort longtemps une ami m'avait donné les coordonnées d'une association pour la mort dans la dignité
Je vais la lui redemander et vous la communiquer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonniios

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Localisation : Tolosa
Date d'inscription : 02/09/2008

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 22 Jan 2009 - 22:29

Je sais qu'on est dans la rubrique néo-druidique , mais les anciens celtes avaient pour tradition de briser au marteau , le crâne des personnes âgées malades , leur permettant ainsi de partir dignement et de mettre fin à leur douleur.

Il existe bien sûr aujourd'hui des méthodes moins primitives d'euthanasie, mais l'esprit de cette tradition fait partie de notre héritage celte , je suis d'avis de s'y tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eber
Druide
avatar

Nombre de messages : 411
Age : 62
Localisation : Metz
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Sam 24 Jan 2009 - 13:53

Pareil pour les papes sauf que le marteau était d'argent.

Humm en revanche pour la perpétuation de la coutume en question je vais y réfléchir par trois fois avant d'accepter l'idée de me prendre un coup sur la tête si je suis sur le seuil


pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.druides.fr/
Artus

avatar

Nombre de messages : 113
Age : 64
Localisation : PACA (83)
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Sam 7 Fév 2009 - 21:19

Comme je l'avais dit dans un précédente post.... le 12/02/09 je corrige certains erreurs dans les adresses siège et site web)
Si cela intéresse certains d'entre vous

Association : mourir dans dignité (ADMD, présidée par le mediatique JL Romero)

Adhesion : 26 euros et 40 euros annuels pour un couple

Adresse siege : 50 rue de Chabrol, 75010 Paris, tél. 01 48 00 04 16 ou 92 et fax 01 48 00 05 72.

Site web : www.adma.net.

Courriel : infos@adma.net.

Blog : www.admdblog.fr.



Malheureusement en France il n'y a que cette association


Cordialement à toutes et à tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Lun 12 Avr 2010 - 19:24

Je suis daccord avec Eber pour la perpétuation de la coutume avec le maillet sacré. Aujourd'hui, il y a d'autres moyens pour abréger dignement la souffrance des mourrants.

Cependant, je ne peux que juger que par rapport à mon expérience personnelle. J'ai accompagné une petite fille en fin de vie, atteinte d'un cancer il y a deux ans. Branchée sur morphine les trois derniers mois de son long calvaire, elle n'avait le droit qu'à une dose toute les 15 minutes mais la maladie évoluant toujours un peu plus à longueur de journée, elle me redemandait d'appuyer après seulement 3 ou 4 minutes. Allez expliquer à une petite fille de 4,5 ans qu'il faut qu'elle attente encore en faisant le décompte jusqu'à 15 pendant 3 longs mois. Nous avons tout fait pour trouver une solution pour abréger ses souffrances inutiles (la Hollande, trop d'attente dans les listes, la France interdit...).
Elle est partie dans la souffrance alors en fin de compte, la pratique des celtes avec un maillet sacré est trés respectueuse de la vie.
Je crois même qu'il y a des chances pour qu'ils nous jugent comme des barbares.
Revenir en haut Aller en bas
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3764
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Mar 13 Avr 2010 - 16:56

Il est bien évident qu’aujourd’hui, avec tous les protocoles qui sont à notre disposition pour permettre de mourir dignement, il ne nous viendrait pas à l’idée de fracasser la tête de qui que se soit avec un maillet.

Ce maillet, arme du Bon-Dieu Sucellos, dieu de la Vie et de la Mort, serait symboliquement posé sur le front de la personne en fin de vie afin de lui assurer un bon passage dans l’au-delà tout en lui administrant les drogues qui le feront passer de « vie » à trépas. Tel était le sens de ma phrases : « Ne devrions-nous pas, par compassion, lui permettre de partir dignement en recevant l’apposition du maillet béni ? »

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Mar 13 Avr 2010 - 17:25

Je comprends mieux et je trouve ça très beau et très respectueux comme pratique éventuelle.
Revenir en haut Aller en bas
AnamCara
Druide
avatar

Nombre de messages : 265
Localisation : B.l.i.u.
Date d'inscription : 30/05/2008

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Mar 13 Avr 2010 - 21:33

D'un autre coté, Auetos, et sans vouloir parler de l'autre coté du maillet, je ne sais comment "fonctionnent" les "drogues" injectées pour euthanasier les humains.
J'ai eu une fois la malchance d'assister à l'euthanasie d'un chien, et je ne voudrais pas que cela m'arrive. (A moins que ce vétérinaire n'ai été totalement incompétent !).

Le coup de maillet donné à une place bien précise, suivant un axe dynamique précis, est instantané !

A mon avis, et à choisir pour moi si je le pouvais, bien supérieur à ce que j'ai pu voir avec le pauvre chien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3764
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Mer 14 Avr 2010 - 19:50

Je comprends bien, AnamCara… je pense que votre vétérinaire devait soit être un débutant, soit être dès plus incompétent, soit avoir des produits défectueux.

Le maillet ne pourra plus être remis en place, d’ailleurs je vous rappelle que même dans les abattoir nous sommes passés de la masse (que l’on abattait sur le front de la bête) à l’impulsion électrique pour tuer les bœufs. Moins barbare…Plus humain…

Ceci dit la question de base était que, sachant que nos ancêtres l’ont appliqué, devons-nous, nous, druides, prendre position pour l’euthanasie ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
AnamCara
Druide
avatar

Nombre de messages : 265
Localisation : B.l.i.u.
Date d'inscription : 30/05/2008

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 15 Avr 2010 - 1:48

Auetos, je suis d'accord avec vous sur les deux premiers paragraphes. Laughing



Concernant la question de base, je ne suis ni pour ni contre l'euthanasie.

J'estime que c'est une question de libre arbitre de chacun(e), et que la décision de chacun(e) doit être respectée.

Que ceux qui désirent qu'on abrège leurs souffrances soient exaucés, et que ceux qui ont peur de la mort se fassent soigner suivant leurs souhaits.
Nul n'a à intervenir sur le libre arbitre des autres, et à chacun d'assumer ses choix.



Que nous soyons Druide ou pas, nous n'avons pas à intervenir dans le choix de tout un chacun. Cela fait partie des notions de tolérance et de respect.

Là ou notre rôle de Druide pourrait être engagé, c'est justement de faire respecter le libre arbitre de chacun, et cela n'a rien à voir avec d'éventuelles conceptions cultuelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brann du Senon

avatar

Nombre de messages : 8
Age : 56
Localisation : Villebéon / SENON
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 15 Avr 2010 - 9:09

La médecine s'égare de sa vocation quand elle "licencie" la souffrance dans l'acharnement thérapeutique.
L'euthanasie gêne la médecine, car elle lui est antinomique... Elle est impuissante dans ses réponses et faute de pouvoir y répondre, il est plus simple d'éluder... au détriment de la souffrance... Elle lui répond en faisant la sourde oreille...
Seulement la souffrance ne brise pas toujours le silence de l'impuissance et cela dure depuis fort longtemps, hélas...
Mais comment être juste dans nos réponses sans risquer de déraper ?
Certes il faut savoir prendre des décisions... Oser...
L'euthanasie est un sujet qui doit s'entourer de toutes les prudences... Chaque cas est particulier et légiférer ou arrêter "une conduite" en cas où... est loin d'être aisé.
Dans tous les cas, si consciente est la personne, elle doit légitimement posséder l'intégralité de ce droit de décision, nul ne peut y supplanter. La vie restant un bien inaliénable et ce devant toute forme de spiritualité...
En cas de personne inconsciente, c'est là que la question reste épineuse... A qui attribuer le droit de décision ? A la famille ? A un tiers ? Peu importe qu'il soit d'un ministère ou d'un autre... Comment être sûr que les intérêts de la personne seront préservés ? Car nous ne sommes pas à l'abri "de manipulations"... La porte est grande ouverte, quoiqu'il en soit.
Une collégialité protégerait, probablement...
Rien n'est simple...
Toujours est-il que, par extension, d'autres situations quelque peu analogues, pourraient alors nous interpeller...
Côtoyant au quotidien l'handicape, on impose l'emprisonnement de l'handicape à des gens pour les mêmes motifs, alors qu'ils sont très conscients de leur état, sans se soucier un seul instant si cela les intéresse de VIVRE dans ces conditions.
Forcer un être à vivre atrophié au milieu de la norme pour lui rappeler en constance sa différence...
Parle-t'on ici de droit ? Peut être celui de se taire et de souffrir en silence...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 15 Avr 2010 - 12:54

Citation :
J'estime que c'est une question de libre arbitre de chacun(e), et que la décision de chacun(e) doit être respectée.
Je ne peux pas être plus en accord avec ceci.


Contrairement à l’Homme, dans la nature, l’agonie est presque toujours de courte durée parce qu’il y a vite un prédateur qui fait ce qu’il a à faire lorsqu’il voit une proie diminuée. L’humain d’aujourd’hui a tellement peur de la mort (ce qu’il n’était pas le cas des celtes) qu’il essaye par tous les moyens de trouver des solutions pour repousser l’inévitable.

Comment le druide, qui honore tout autant la destruction que la création, mais aussi le cheminement des cycles de vie de l’âme, ne pourrait pas faire autrement que de défendre la volonté de chacun, qu’elle soit pour continuer à vivre ou s’arrêter ?
Revenir en haut Aller en bas
Carantia
Femme-druide
avatar

Nombre de messages : 74
Age : 50
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 15 Avr 2010 - 17:23

À l’origine, l’euthanasie (gr: euthanasia = eu, « bonne », thanatos « mort », signifie donc littéralement une bonne-mort, c’est-à-dire une mort dans de bonnes conditions) désigne l’acte mettant fin à la vie d’une autre personne pour lui éviter l’agonie.

Dans une acception plus contemporaine et plus restreinte, l’euthanasie est décrite comme une pratique (action ou omission) visant à provoquer le décès d’un individu atteint d’une maladie incurable qui lui inflige des souffrances morales et/ou physiques intolérables.

La pratique de l’euthanasie n’est pas un problème nouveau. Il suffit en effet d’être gravement malade pour que se pose cette question. L’euthanasie est donc un problème persistant dans lequel s’affrontent des idéologies de différents horizons.


En Grèce antique, le principe ne posait généralement pas de problèmes moraux : la conception dominante était qu’une mauvaise vie n’est pas digne d’être vécue, c’est pourquoi eugénisme (par exposition) et euthanasie pouvaient, en général, ne pas choquer.

De plus, comme l’a si justement rappelé Auetos, l’euthanasie a en outre été pratiquée par les Celtes. Chez les Gaulois, c’est « le dieu au maillet », Sucellos qui en était le patron. En Bretagne armoricaine, surtout dans le Vannetais, le « maillet bénit » (Mel Béniguet) a été utilisé jusqu’au début du XXe siècle pour achever ceux dont la mort s’éternisait sur la demande de la famille et sous l’autorité du prêtre et de quelques notables de la paroisse. L’utilisation du « Mel Béniguet » a été attestée à Guénin, Locmariaquer, Carnac, Guern ou encore Brec’h.


Ce qui sont contre sont en général les fidèles des trois monothéismes qui sont embourbés dans de soi-disant raisons d’ordre moral, mais surtout religieuse.

Pour le catholicisme, dont la doctrine à ce sujet a été rappelée par la lettre encyclique Evangelium vitae (L'Évangile de la vie) du pape Jean-Paul II en 1995, l’euthanasie est en opposition directe avec le 5e commandement : « Tu ne tueras point » (Exode XX/13). En conséquence, toute forme d’euthanasie est prohibée.

« (...) l’euthanasie est donc un crime qu’aucune loi humaine ne peut prétendre légitimer. Des lois de cette nature, non seulement ne créent aucune obligation pour la conscience, mais elles entraînent une obligation grave et précise de s’y opposer par l’objection de conscience ». (Evangelium vitae, n° 73).

Par contre, les soins palliatifs sont acceptés, il est notamment « licite de supprimer la douleur au moyen de narcotiques, même avec pour effet d'amoindrir la conscience et d'abréger la vie » (affirmation de Pie XII rappelée dans Evangelium Vitae, 65). Le Vatican a réaffirmé en septembre 2007 que l’alimentation des patients dans un « état végétatif » était « obligatoire », à propos du cas de Terri Schiavo, une Américaine dans le coma pendant 15 ans et décédée en 2005 après que son alimentation eut été interrompue.


Dans l'islam, l’homme représente l’œuvre divine la plus importante et la plus complexe. Il est la créature qui porte l’empreinte divine et qui représente son pouvoir sur la terre.

L’euthanasie active est interdite juridiquement (shar’an), car elle est vue comme un meurtre, même lorsqu’on agit selon le souhait du demandeur, en ayant l’intention d’abréger sa souffrance. Le médecin ne pourrait pas être plus miséricordieux envers le patient que Dieu qui lui a donné la vie et qui la lui reprend dans les conditions qu’il veut. La seule chose permise est de laisser la personne mourir naturellement.

L’euthanasie passive ne peut pas être interdite, dans ces cas précis, du fait que la majorité des juristes musulmans n’impose pas les soins médicaux même dans des cas où l’on espère la guérison. Ils considèrent que se soigner fait partie du permis (mubâh), et nullement de l’obligatoire.


Pour le judaïsme « Le respect de la vie humaine est absolu, inconditionnel. C’est Dieu qui donne la vie. Le Talmud dit : celui qui détruit une vie, même d’un instant, c’est comme s’il détruisait l’univers entier. Il est donc défendu de faire quoi que ce soit qui puisse hâter la fin d’un agonisant. » (Rabbin Guggenheim).


Pour le bouddhisme, la mort n’est pas la fin du continuum de l’esprit d’une personne et, en conséquence, le suicide est déconseillé. D’une manière générale, le bouddhisme considère la suppression de la vie comme un acte négatif.

De grands maîtres du bouddhisme tibétain comme Kalou Rinpoché ou Dilgo Khyentse Rinpoché ne sont pas défavorables à l’euthanasie passive. Par contre, le 14e Dalaï Lama met en garde contre l’euthanasie active, expliquant qu’en essayant d’échapper aux souffrances de cette vie, nous pourrions être confronté à ces mêmes souffrances dans une vie future dans des conditions plus difficiles.


Après ce petit tour d’horizon, nous comprenons mieux la question de départ… devons-nous, nous, Druides, au même titre que les autres dignitaires des autres religions, prendre position pour ou contre l’euthanasie ?

Personnellement je suis pour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Dim 18 Avr 2010 - 14:45

Bien que n’étant pas druide, je me permets toutefois de donner mon opinion sur ce sujet délicat…

Nous ne pouvons pas, au nom de « l’aspect sacré de la vie », lui enlever toute sa beauté en maintenant en vie une personne qui souffre, ou une personne atteinte d’une maladie incurable, ou encore une personne en état végétatif…

L’être humain n’est pas un « bout de viande » qu’il faut maintenir en vie coûte que coûte. Il est fait de sentiments et de sensation qui, elles seules, donnent un sens à la vie.

L’euthanasie, c’est en quelque sorte redonner ce sens à la vie en restituant la dignité humaine aux mourants en lui permettant d’abréger ses souffrances, d’éviter toutes sortes de dégradations, comme la perte de ses capacités physiques ou mentales.

L’euthanasie est finalement plus « naturelle » que le maintien « artificiel » en vie à l’aide de tuyaux et de substances chimiques.

Notre religion ne s’oppose pas à l’euthanasie, elle qui nous dit que la vie n’est qu’une étape et qu’il ne faut pas avoir peur de la mort ; cette peur qui fait bien souvent qu’on est contre l’euthanasie.

Si la mort peut devenir un dernier cadeau, il peut être le plus beau.

Je suis donc POUR !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3764
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Mar 21 Jan 2014 - 9:54

François Desnoyers, dans « fait religieux.com » a écrit:


L'Eglise catholique entre dans le débat. En publiant un communiqué relatif à la position du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, l'institution réaffirme son souhait de peser dans les réflexions à venir, alors que l'actualité autour de la « fin de vie » a été dense ces derniers jours.

Ce n'est pas une surprise, la déclaration publiée reprend les grands principes chers aux instances catholiques. A commencer par un postulat de départ : « Aider un malade à mettre lui-même fin à ses jours ou provoquer délibérément la mort d'un patient à sa demande, ce qui est proprement appelé euthanasie, sont inacceptables ». Rappelant que « "Tu ne tueras pas" demeure une exigence morale majeure de toute société, et, pour les croyants, un commandement de Dieu », l'Eglise catholique oppose à l'euthanasie la « nécessité et l'urgence de poursuivre un véritable engagement de solidarité et de fraternité ».

La déclaration intervient alors que François Hollande a replacé la question de la fin de vie au cœur de l'agenda politique et des priorités du gouvernement. Evoquant le sujet lors de sa conférence de presse, mardi 14 janvier, le président de la République a rappelé son souhait de voir un projet de loi préparé sur la question. Quelques jours plus tôt, à l'occasion de ses vœux aux représentants des cultes, il avait assuré qu'ils seraient consultés sur les questions bioéthiques dans le cadre des travaux préparatoires aux textes de loi.

Face à cette échéance, les catholiques prennent les devants : « Notre conviction profonde est qu'un changement législatif ne peut avoir pour objectif que de rendre plus manifeste le respect dû à toute personne en fin de vie. Cela passe par le refus de l'acharnement thérapeutique, le refus de l'acte de tuer ; ainsi que par le développement des soins palliatifs et le renforcement des solidarités familiales et sociales ». Ce positionnement sur l'évolution possible de la loi Leonetti intervient alors que de nombreuses voix s'élèvent pour souligner ses insuffisances. La ministre de la santé, Marisol Touraine, est de celles-ci, soulignant ce jeudi 16 janvier au micro d'Europe 1 les « appréciations différentes entre les médecins, la famille et les juges sur ce que cette loi permet de faire ». Elle fait là référence à la décision du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne qui s'est opposé le jour même à l'euthanasie passive pourtant décidée par les médecins de Vincent Lambert, tétraplégique en état de conscience minimale, en accord avec une partie de sa famille.

Suivant le communiqué des instances catholiques, les communautés religieuses devraient multiplier les interventions dans les semaines qui viennent sur un sujet fondamental à leurs yeux. Et ce d'autant que certaines ont eu dernièrement le sentiment d'avoir été mises sur la touche. Le renouvellement pour partie des membres du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) - une instance centrale dans les réflexions des pouvoirs publics sur les sujets bioéthiques - a suscité l'émoi de plusieurs d'entre elles, les « religieux » ayant été remplacés par des laïcs pour représenter les « principales familles philosophiques et spirituelles ». Alors président de la Fédération protestante de France (FPF), le pasteur Claude Baty résumait alors ainsi la situation : « Notre délégué était réservé sur l'euthanasie, on a voulu faire partir les opposants ». Ils veulent croire aujourd'hui que, même hors du CCNE, leur voix pourra peser dans les débats.


Et nous, Druides, n’avons-nous – comme d’habitude – rien à dire ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Leuque

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 51
Localisation : Illiberis
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 13 Fév 2014 - 16:28

Pour revenir sur ce sujet, pensez-vous que la Belgique, qui vient de faire une loi autorisant l'enthanasie des enfants, a eu raison de le faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwen Ermesinde

avatar

Nombre de messages : 97
Age : 40
Localisation : Seraing (Belgique)
Date d'inscription : 02/07/2013

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 13 Fév 2014 - 19:18

En tant que professionnelle de la santé, maman et druidisante, je dis "non".

En effet, le petit enfant n'est pas en mesure de comprendre ce que signifie réellement la mort. La plupart des enfants, en-deça de 10 ans, ont du mal à prendre conscience du caractère irréversible de la mort. Il est, dès lors, dans l'incapacité de prendre cette décision de manière éclairée.

Mais il ne faut pas oublier que nous ne sommes plus il y a 20 ans et que la médecine de la douleur a fait d'énormes progrès et peut désormais soulager des personnes souffrant de maladies terriblement douloureuses telles que la sclérose en plaque, l'algoneurodystrophie...

Je m'intéresse beaucoup aux questions de bioéthique (puisque j'y ai été souvent confrontée dans mon travail) et, en ce qui concerne l'euthanasie, je trouve que dorénavant, on sort bien trop vite d'un cadre éthique; je pense à cette jeune femme devenue homme, se sentant toujours aussi mal et finissant par demander l'euthanasie, qui lui a été accordée.
Je trouve cela immoral, personnellement, tout comme le chemin qu'emprunte la société actuelle...la nouvelle Rome décadente...

Je pense que dans la médecine actuelle, l'euthanasie est une situation de double échec car elle est l'aboutissement d'un acharnement thérapeutique doublé d'une incapacité à soulager...et cette incapacité relève parfois, hélas, d'une mauvaise volonté, d'une non-acceptation de la mort, qu'il faut gérer comme le disait un soignant...

Mais je ne suis pas non plus contre l'euthanasie; je dis que celle-ci doit être le choix, en pleine conscience, de la personne en souffrance physique et uniquement le sien, pas celui de la famille ou du personnel soignant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leuque

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 51
Localisation : Illiberis
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 13 Fév 2014 - 20:36

Je suis assez d'accord avec votre analyse. La loi Belge apparemment ne fixe pas d'âge mini (au contraire de la loi Néerlandaise, je crois que c'est 12 ans), mais même à 12 ans je ne suis pas sûr qu'on mesure tous les tenants et aboutissants d'une telle décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3764
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 13 Fév 2014 - 21:06

Nous, nous n’en sommes pas encore là.

Ce qui est important pour nous, païens de confession druidique, est de prendre une position ferme et définitive concernant l’euthanasie (des adultes) afin de nous positionner une bonne fois pour toute à la face du monde. Et pour cela, point de ressenti. Point de new-âgisme mais une application stricte de ce qui se faisait dans les temps anciens. C’est-à-dire aider un mourant à partir dans l’autre monde avec toute la dignité qui lui est du.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Gwen Ermesinde

avatar

Nombre de messages : 97
Age : 40
Localisation : Seraing (Belgique)
Date d'inscription : 02/07/2013

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 13 Fév 2014 - 21:20

La dignité, dans ce cas, est très relative...les personnes de nature combatives ont tendance à se battre jusqu'à leur dernier souffle et en cela, elles sont très dignes également.

Je sais que, personnellement, je n'aurais pas tendance à demander l'euthanasie car je suis très combative (sortie d'un coma et remise sur pieds alors que j'étais sensée y rester, entre autres). Ca c'est moi, pas l'autre...

Et je suis d'avis que la personne qui est en demande, face à la douleur physique, et en stade terminal d'une maladie, a le droit de voir abrégées ses souffrances, en effet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Jeu 13 Fév 2014 - 22:18

dans nos Alpes, on faisait passer les grands malades avec la belladone il n'y a encore pas si longtemps, des médecins en ont bien des fois été témoins. je ne pense pas qu'il faille dans ce cas parler de décadence à la romaine, mais plutôt de bon sens paysan: le curé et le docteur pouvaient peser tant qu'ils voulaient, on ne les entendait pas!

cette loi Belge dont vous parlez est pour les enfants et jeunes en fin de vie, qui vont mourir dans les jours qui suivent...pour ne plus leur refuser ce qu'on accorderait dans les mêmes circonstances à un adulte ou un animal de compagnie! es-ce scandaleux?

tant que c'est aux autres que ça arrive, on peut en discuter calmement. mais le jour où on doit porter ses couilles et regarder la réalité en face c'est une autre danse. décider de ne rien faire, c'est au moins tout aussi grave: on fait le choix (qui chez-nous n'en est pas un) d'une mort indigne qui n'est que repoussée dans le temps quand la faim et les souffrances auront fini leur travail de sape.

je suis tout à fait d'accord avec Auetos et Dubicattos.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Ermesinde

avatar

Nombre de messages : 97
Age : 40
Localisation : Seraing (Belgique)
Date d'inscription : 02/07/2013

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Ven 14 Fév 2014 - 0:05

J'avais écrit un message mais je l'édite étant donné votre manque de capacité à relativiser, votre tendance à congratuler les "grands hommes" (pour qui j'ai du respect mais je me comprends; la tendance à la fascination vous habite sans doute encore trop...), je crois que je vais éviter de discuter avec vous; nous ne pourrons, en l'état, jamais nous entendre et je n'ai pas de temps à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brigonerta

avatar

Nombre de messages : 492
Localisation : Narbonnaise
Date d'inscription : 27/04/2013

MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   Ven 14 Fév 2014 - 8:39

Question Question Question  tu choisis de vivre. Je pourrais te dire que c'est bien, que c'est beau. Mais ça serait un jugement de plus et on s'en fiche puisque tu es la seule à juger de ta propre vie. Mais Ballios n'a en aucun cas déclarer que tu étais faible d'accepter ta douleur sans broncher. Il est évident que c'est au malade de donner son choix. Et tant qu'il peut l'exprimer d'une manière ou d'une autre, c'est son choix qui doit primer. Mais dans le cas où le malade ne peut pas s'exprimer parce que dans un état vegetatif ou autres, sans aucune amélioration possible, il faut bien arrêter de s'en laver les mains et prendre une décision pour le malade ! C'est comme ça que je comprends le texte de Ballios. On verra s'il le confirme.

De plus, quand le malade sait que sa maladie va évoluer de façon dramatique, qu'il faudrait qu'il fasse connaître son opinion avant. Comme pour les donneurs d'organes. Ce serait bien que la loi mette ça en place. Mais que contrairement aux donneurs d'organes, que la famille ne puisse s' opposer. Bon ce n'est pas toujours possibles parce qu'on ne peut pas prévoir les accidents de la vie. Mais ce serait un bon début.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ... et l'euthanasie   

Revenir en haut Aller en bas
 
... et l'euthanasie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demande d'euthanasie
» Un Suisse enlève son chien condamné à l'euthanasie
» VIDÉO sur euthanasie et refuge
» Le vrai visage de l'euthanasie.
» LA FIN DE LA VIE = SOINS PALLIATIFS ???...EUTHANASIE ? ? ?..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le (Néo)Druidisme :: Le (néo)Druide-
Sauter vers: