forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Sanctuaire Gaulois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Le Sanctuaire Gaulois   Sam 18 Mar 2006 - 10:28

Je mets en place ce fil pour tordre le cou à la conception naturaliste du culte gaulois qui s’est développée aux XVIII° et XIX° siècles et qui a cru trouver des arguments de choix dans la littérature antique, notamment dans le fameux passage de Pline évoquant la cueillette du gui.


Dans l’étude d’une religion, le sanctuaire joue un rôle important. Il traduit l’installation d’un culte dans une société donnée, et sur un territoire défini. Il distingue une religion établie de la simple religiosité populaire parfois encore empreinte de magie. Le lieu de culte est aussi un microcosme qui donne à sa façon une image idéale de la nature maîtrisée par l’homme avec l’aide des dieux et en leur honneur.

Son étude nous offre donc toutes les chances d’accéder aux caractères fondamentaux de la mentalité religieuse de nos ancêtres.

Les rares textes grecs et romains qui mentionnent explicitement des lieux de culte gaulois, c’est-à-dire ceux de César, de Pline et de Lucain, ont été détournés, sous l’influence de la conception naturaliste suscitée, de leur sens original par les spécialistes de la religion gauloise. Chez ces trois auteurs, ils ont voulu voir l’existence de forêts sacrées là où il n’est question que le locus consecratus « lieu consacré » et tout au plus de lucus « bois sacré ». Or ces termes sont riches de sens et viennent heureusement compléter les informations que nous livre l’archéologie.

Bien que la tournure locus consecratus soit peu évocatrice, elle a le mérite de signaler que l’auteur de langue latine a volontairement refusé d’utiliser les termes classiques de templum, aedes, fanum, adytum qui sont ceux qui désignent généralement des installations cultuelles, parce qu’il ne reconnaissait pas dans ces lieux gaulois l’image qu’on se faisait à Rome de la résidence d’une divinité. Cependant, locus consecratus, indique clairement une aire sacrée, un espace soigneusement délimité et réservé exclusivement à une divinité et au culte qu’on lui rendait.

De même le terme lucus désigne un sanctuaire marqué par un bois sacré, c’est-à-dire un lieu de culte artificiellement paysagé, et apporte la mention d’un aménagement végétal suffisamment remarquable pour que le lieu puisse passer pour un bois.

Strabon, lui, utilise deux fois le terme hieron à propos du sanctuaire de Toulouse et de celui d’une île située en face de l’embouchure de la Loire. Ce mot est une forme substantive d’un adjectif signifiant « sacré », il est employé le plus couramment dans les textes grecs concernant la religion, et est utilisé à propos d’ensemble plus ou moins complexe comprenant au moins une enceinte sacrée et un ou plusieurs bâtiments. Toujours à propos de Toulouse, Strabon emploie également le terme sekos qui signifie « enceinte » et est, à l’époque, le strict équivalent du mot temenos.

Diodore, dans le seul passage où il évoque les aménagements cultuels, emploie les deux mots « en tois hierois kai tois temenesin ». Temenos, à rapprocher du verbe temnein « découper », a un sens beaucoup plus précis bien connu, c’est le « terrain », la « propriété » devenu par la suite l’ « enceinte sacrée ». L’association par Diodore de ces deux mots, courant en grec, peut préciser des sanctuaires comprenant des aménagements architecturaux et des lieux de culte plus archaïque d’aspect, seulement matérialisés par une enceinte.

Ce vocabulaire latin et grec, s’avère donc relativement précis mais surtout il traduit bien, avec les difficultés lexicales que rencontraient les auteurs pour décrire une réalité qui leur était étrangère, ce que l’archéologie nous révèle aujourd’hui.


La fouille de l’ensemble cultuel de Gournay-sur-Aronde a fait apparaître d’emblée les principales caractéristiques des lieux de culte gaulois : enclos fossoyé doublé d’une palissade, autel creux, foyer, porche d’entré, restes sacrificiels et offrandes guerrières.

Par chance, la fouille de Gournay fut exhaustive : l’ensemble de la surface de l’enclos sacré fut fouillé, le fossé de clôture, richement comblé de restes sacrificiels et d’offrandes, fut entièrement dégagé et son matériel restauré et étudié. La publication qui suivit offrit une sorte de grille d’analyse, utilisable pour d’autres sites. Le nombre des sites qui se sont révélés montra rapidement que la structure de Gournay n’était nullement une exception mais plutôt un représentant du type « standard » du lieu de culte gaulois.

Ce lieu de culte est le seul jusqu’à présent à avoir été entièrement fouillé. Il est à ce titre exemplaire.


> L’enceinte sacrée

Comme tous les lieux de culte gaulois d’une certaine importance, celui de Gournay se caractérise avant tout comme un morceau de terre découpé au sol et, par conséquent, nettement séparé du monde qui l’entoure. Cet espace, d’une superficie qui varie de 250 m2 pour le plus petit (Limetz) à 2500 m2 pour le plus grand (Ribemont) ne diffère guère par sa taille des sanctuaires grecs et romains. Les téméné de l’Aphaion d’Egine, du Hiron de Délos, de l’Athénaion de Larisa, de l’Artemsion de Sparte ont une superficie comparable à celle de Gournay qui est d’environs 1500 m2.
Ce terrain est avant tout la propriété du dieu qui réside dans son sous-sol ou dans l’un des aménagements que l’homme lui a octroyés : temple, autel creux, bois sacré. Quelques hommes, les desservants et curateurs du sanctuaire, ont à charge la gestion de ce terrain et son entretien.

Le plan de l’enceinte affecte la forme d’un carré aux angles arrondis. Cette allure quadrangulaire s’explique, selon toute vraisemblance, par des considérations d’ordre astronomiques. L’ensemble des constructions, le temple et l’entrée principale, est orienté et chacun des côtés regarde une direction cardinale.

L’enclos se matérialise avant tout par un fossé qui va de la simple rigole jusqu’au fossé pouvant atteindre 5 m de largeur pour près de 4 m de profondeur. A Gournay il est d’environ 2,50 m de largeur pour une profondeur de 2,20 m.
Ce type d’enclos fossoyé, de plan quadrangulaire tire son origine de l’espace cultuel seulement dessiné au sol pour une activité temporaire. Ainsi dans l’Inde védique un nouvel espace sacré de forme quadrangulaire était consacré d’un simple trait sur le sol à chaque sacrifice. Le fossé est donc la forme primitive de ces installations symboliques s’établissant définitivement en un lieu. En tant qu’élément principal du sanctuaire primitif, on lui accorde le plus grand respect. Il est méticuleusement lambrissé et la longue fosse qu’il forme sert de réceptacle aux vestiges des trophées et aux restes sacrificiels. De barrière en creux qu’il était entre le monde sacré et le monde profane il devient un cordon constitué des déchets de l’activité cultuelle.
L’installation d’un mur de bois entourant l’espace sacré constitue une étape majeure dans la création du sanctuaire. C’en est quasiment l’acte fondateur. L’espace sacré devient réservé. Il est masqué à qui se trouve à l’extérieur. Désormais le sanctuaire divise les hommes en deux catégories ; ceux qui pénètrent dans l’enceinte et deviennent des initiés, et ceux qui demeurent dehors.


> Le porche d’entrée

L’autre élément essentiel du sanctuaire est le porche d’entrée. Sur tous les sites cultuels observés, l’entrée montre un aménagement plus ou moins complexe qui va de la simple porte au véritable porche. C’est une construction semblable qu’il nous est donné de voir au sanctuaire de Gournay.

C’est un édifice tout à fait conséquent qui couvre le passage de l’entrée. De plan rectangulaire, ce bâtiment qui occupe le passage de l’entrée et vient couvrir le fossé extérieur à 8 m de longueur pour 5 m de largeur. Son volume comme son allure la fait ressembler à l’édifice qui recouvre l’autel
Ce porche indique clairement l’importance de ce lieu de passage qui permet la communication entre le monde profane et l’espace sacré. Des aménagements permettent des rites particuliers lui conférant un rôle de sas par lequel les participants au culte se purifient avant d’entrer dans le domaine divin.


> De l’autel creux au feu Offertoire

Très précisément au centre de l’enclos se trouve une grande fosse (l’autel creux) de plan ovalaire de 3 m par 4 m pour une profondeur de 2 m. Elle nous montre qu’ici, le sacrifice s’adresse à une divinité chtonienne. La victime, un bœuf, qu’on lui destine est seulement tué et offert tout entier, c’est-à-dire que les hommes ne participent pas au festin. Après la mise à mort, le cadavre de la bête est déposé pour qu’il pourrisse naturellement pendant une durée de six à huit mois. Après ce laps de temps, on prélève les os qui sont débarrassés de la plus grande partie de leur chair. L’essentiel de ces os sont rejeté dans le fossé-réceptacle de la clôture tandis que le crâne est mis à part.

La grande fosse a donc pour fonction première de faire communiquer les hommes et leur dieu par le truchement d’une victime qui pourrit et dont les humeurs alimentent ce dernier. C’est donc un autel creux, tel qu’on le connaît dans le monde grec lors des sacrifices chtoniens, l’eschara, mais c’est aussi l’équivalent exact de l’autel védique, un trou au centre d’une aire sacrée, trou où la divinité s’installe pour participer au sacrifice. Ainsi, chez les Gaulois du III° siècle av. j.-c., l’autel avait conservé la forme pure et archaïque des anciens temps indo-européens. Cet autel, bien que simple trou creusé dans le sol, est l’objet des soins les plus attentifs. Ses parois sont couvertes de douves de bois, comme un tonneau. Il est fermé d’un couvercle hors des périodes de sacrifices et est soigneusement nettoyé après le séjour de chaque victime. C’est un lieu parfaitement pur qui doit chaque fois accueillir une nouvelle victime. En Inde, cet autel creux, le vedi, est à chaque nouveau sacrifice consciencieusement nettoyé et recouvert d’une épaisseur de gazon qui constitue une couche pour la divinité.

Comme sur le site de Monmartin, à trois kilomètres de Gournay, un édifice similaire, quoique sensiblement plus petit, et contemporain les deux structures, fosse et foyer, coexistent côte à côte. Le foyer se trouve l’arrière de la fosse, au fond du bâtiment.

A la fin du I° siècle av. j.-c., la fosse centrale fut recouverte et remplacée par un grand foyer carré installe au sol.


> Le temple

Ce type de construction, se fit tôt ressentir. Car dans une région où les intempéries tout au long de l’année ne sont pas rare, un rituel qui exige le respect de règles contraignantes (dispositions des sacrifiants, de la victime, préparation de cette dernière, etc.) soulève de réelles difficultés : amener un bœuf par temps de pluie ou de neige sur un terrain glissant, l’orienter convenablement au bord de la fosse, le faire assentir à son propre sacrifice, le tout dans une atmosphère recueillir, devaient souvent tenir de la gageure.

D’où la nécessité d’un abri protégeant l’ensemble de l’autel, soit une surface d’une quarantaine de mètre carré.

Au cours de la seconde moitié du III° siècle, une solution minimale fut retenue : on installa une simple toiture au-dessus de l’aire sacrificielle, de façon à bouleverser le moins possible le plan existant et de ne pas trop perturber le sous-sol, domaine de la divinité. Ce premier aménagement, à proprement parler architectural, améliora singulièrement le sacrifice dans son fonctionnement. Les poteaux qui soutenaient la toiture avaient probablement l’allure de colonnes. Ces colonnes de bois, notamment sur la façade orientale, faisaient ressembler la construction à quelque temple classique, si la toiture était en bâtière ménageant un fronton au-dessus de la façade.

Dans le courant du II° siècle le sanctuaire de Gournay a connu un profond réaménagement. La palissade extérieure a été reconstruite en même temps que le porche d’entrée. Le « temple » n’a pas échappé à ce programme de reconstruction : l’édifice a été entièrement refait. Le plan du nouveau bâtiment ne respecta pas celui du précédent mais seulement son emplacement. On le fit quadrangulaire et on le dota de trois murs de torchis sur les côtés sud, ouest et nord. Cet édifice fermé en partie avec sa colonnade de bois ressemblait cette fois beaucoup plus à un temple classique même si l’autel se trouvait à l’intérieur et non à l’avant du temple comme dans le monde gréco-romain.

La création de ces trois murs s’explique aussi en partie, par la présence du foyer à proximité de l’autel creux.




Voilà ce que nous pouvons dire des lieux de culte gaulois.

Nous pouvons constater que nous sommes bien loin des images d’Epinal qui veulent que le druide officie dans une clairière naturelle, au fin fond d’une forêt ou, pire, dans un cercle de pierres.

Les druides avaient des sanctuaires, des espaces sacrés, des temples. De véritables lieux de culte qui n’avaient rien à envier aux structures gréco-romaines.

Soutenir, de nos jours, avec tout ce que l’archéologie nous a livré, que les druides rendaient grâce aux dieux là ou ils les rencontraient, c’est-à-dire aux tréfonds d’une sylve protectrice, aux bords d’un lac, sans que ce lieu ne trahisse un choix et un aménagement permanent volontaires n’est pas acceptable.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Mer 30 Avr 2008 - 9:16

> Le Sanctuaire de Corent

Les premières fouilles effectuées à cet emplacement (1992-1993) ont mis en évidence un grand sanctuaire qui s’organise autour d’une vaste cour quadrangulaire, entourée d’une galerie monumentale d’une soixantaine de mètres de côté…

http://www.luern.fr/index.htm

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Finue

avatar

Nombre de messages : 4
Age : 39
Localisation : carnutes, Genabum plus précisément..
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Mar 3 Juin 2008 - 22:17

Voilà une étude bien intéressante !
Du coup, cela me pousse à poser une question, (s' il est possible d'y répondre avec ce qui nous reste). Ces sanctuaires étaient -ils utilisés de façon ponctuelle à une date précise (ou pour une raison quelconque), ou bien de manière plus régulière (genre une fois par mois etc...), et si selon la date les rites étaient célébrés à un endroit plus qu'a un autre .
Désolée si ma question est maladroite (voir pas claire du tout !lol).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Sam 7 Juin 2008 - 10:41

Nous pouvons sans trop nous tromper, répondre par l’affirmative.

Prenons par exemple le sacrifice du bœuf à Gournay ; une fois abattue, sa dépouille toute entière était glissée au fond de la fosse-autel. Elle y demeurait entre six à huit mois. L’effet recherché était un pourrissement lent mais total des chairs. Au terme de cette période, on procédait au nettoyage de l’autel creux par l’enlèvement de la carcasse. Une partie était immédiatement déposée dans la fosse de clôture, utilisé comme un « dépotoir » sacré, tandis que le crâne faisait l’objet d’un traitement spécial. Il était exposé avec les armes et les crânes humains sur le porche de l’entrée du sanctuaire, pendant plusieurs années. Ensuite il rejoignait les autres restes dans le fossé.

Voici résumées les grandes lignes, celles matérielles et qui ont laissé des traces, d’un rituel qui s’étalait sur plusieurs années. A l’intérieur de cette longue durée s’intercalaient les cycles inaugurés par les sacrifices précédents et ceux qui suivaient. L’enchaînement inéluctable de ces opérations constituait la vie même du sanctuaire.

Il n’excluait pas d’autres formes de sacrifice, ni d’autres cycles rituels.

Toutefois, chaque sanctuaire offre une représentation qui lui est propre. A Gournay parmi les animaux consommés (mouton, porc et chien), le mouton dominait. A Ribemont c’est le porc. Sur ces deux sites, le chien a été consommé dans des proportions non négligeables.

Chaque dieu avait donc ses propres goûts culinaires et son propre mode opératoire.

De même les sacrifices peuvent être répartis en deux classes selon des divinités invoquées.
- La première regroupe les sacrifices propitiatoires et les rites d’action de grâce destinés aux divinités plutôt bienveillante et généralement situées dans le ciel. On peut les appeler « ouraniennes ». Ce sont les sacrifices de commensalité.
- La seconde comprend les rites qui s’adressent aux morts, aux héros et aux divinités infernales que l’on situe sous terre, les dieux chtoniens. Par une généralisation un peu abusive ces rites sont appelés « chtoniens »

Ce qui nous fait dire, en prenant pour exemple le sanctuaire de Gournay, que dans un même enclos sacré, plusieurs divinités (ouraniennes ou chtoniennes) pouvaient être invoquées.


Néanmoins, les Gaulois dans leurs pratiques religieuses n’utilisaient pas seulement les grands sanctuaires mais aussi des installations beaucoup plus modestes ; simple foyer établi sur le sol, bloc de grès fiché dans la terre servant soit d’autel, soit de représentation divine, soit encore de borne à quelque enclos sacré, comme on en voit encore de nos jours en Inde par dizaines d’exemplaires autour des pagodes monumentales.
Cette humble matérialité devait être le lot commun de bien des installations cultuelles les plus familières, autels familiaux, autels isolés dans la campagne ou sur les chemins.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Finue

avatar

Nombre de messages : 4
Age : 39
Localisation : carnutes, Genabum plus précisément..
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Sam 7 Juin 2008 - 22:30

Hmmm . Merci, voilà qui va me donner matière à réflexion.
Je n'ai pas de grandes connaissances pour ce qui est du monde gaulois d'antant. Je peux cependant dire que ces conclusions raisonnent (et résonnent ) de façon juste et logique d'un point de vu humain. Et ça donne envie d'en apprendre bien davantage encore.
Alors merci, pour tout Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Dim 8 Juin 2008 - 14:14

Lieux de culte et pratiques rituelles des Celtes ...

http://fornvannen.se/pdf/1980talet/1984_150.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finue

avatar

Nombre de messages : 4
Age : 39
Localisation : carnutes, Genabum plus précisément..
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Mar 10 Juin 2008 - 21:22

Et bien merci infiniment !
J'ai beaucoup appris. Je vais bien "méditer" là dessus. Je ne veux pas en perdre une miette...Et je reviendrai avec des questions certainement. Mais, je renouvelle mes remerciements. Vraiment ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Jeu 4 Sep 2008 - 8:27

Afin de laisser la partie Histoire/Archéologie à ces disciplines, je me suis permis de diviser ce sujet et de transférer le résultats de nos réflexions vers la partie « néo » du forum… ici

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Mer 26 Nov 2008 - 18:04

De magnifiques animations qui nous donnent une vision plus… vivante, des sanctuaires gaulois.

> Sanctuaire gaulois de Corent
http://www.court-jus.com/film.php?id=28&type=15

> Sanctuaires gaulois
http://www.court-jus.com/film.php?id=29&type=15

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Ven 22 Juil 2011 - 11:43

> Oppidum de Corent

Grace au site du département du Puy-de-Dôme, une visite virtuelle de l'oppidum de Corent est désormais en ligne à l'adresse suivante :

http://com.cg63.fr/com/Corent/


_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Moilogustos
Druide
avatar

Nombre de messages : 1035
Localisation : Brogis Parisii
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Sam 23 Juil 2011 - 10:40

matos diies,

diolactos Auetos , pour ce lien Very Happy , il est super !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Sam 23 Juil 2011 - 10:45

Magnifique !

Un voyage dans le temps qui nous permets de mieux "visualiser" la vie quotidienne de nos ancêtres. J’ai particuliairement apprécié la promenade dans le sanctuaire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conticannatios
Druide
avatar

Nombre de messages : 2
Age : 54
Localisation : Vacarisses (Barcelona)
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Lun 25 Juil 2011 - 14:53

C'est magnifíque !!! Merci Auetos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ordendruidafintan.com
Lugovannon
Druide
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 53
Localisation : Lugdunum
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Lun 9 Avr 2012 - 22:15

Merci Auetos pour cette magnifique promenade "dans le Sidh" même si la date ne s'y prête pas.
J'ai été frappé par le "sabrage d'amphore", comme par un raccourci temporel fulgurant, puisque nous sabrons le Champagne.
Et c'est la première fois qu'une synchronicité me conforte dans une de mes pratiques cultuelles (ou presque).
En effet, la plupart de mes amis ignorent mon paganisme (au mieux, ils regardent mes croyances avec une indulgence amusée, étant en général athées ou agnostiques). Mais lorsque je reçois, je considère le fait d'inviter à ma table comme une forme moderne de sacrifice (puisqu'aussi bien cette pratique nous est maintenant quasiment impossible). Et lorsque je passe la lame du couteau autour du goulot de la bouteille que je m'apprête à ouvrir, je la consacre et j'assimile mon acte à un égorgement rituel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Lun 18 Juin 2012 - 17:14

> Reconstitutions 3d

Gournay-sur-Aronde
http://www.court-jus.com/index.php?mod=projects&act=view&id=5

Corent
http://www.court-jus.com/index.php?mod=projects&act=view&id=41

Acy-Romance
http://www.court-jus.com/index.php?mod=projects&act=view&id=31


http://www.court-jus.com/index.php?mod=projects&act=view&id=27

Les sources de la Seyne
http://www.court-jus.com/index.php?mod=projects&act=view&id=6

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Sam 23 Juin 2012 - 8:28

Encore merci Auetos !

Et après ça on nous dira encore que les druides n’avaient ni sanctuaires ni temples.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
edv
Druide


Nombre de messages : 380
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Sam 23 Juin 2012 - 9:31

comme le dit si bien notre hote

Citation :
Voilà ce que nous pouvons dire des lieux de culte gaulois.
et non druidique

ne pas se tromper sur la religion druidique qui nest pas celle des gaulois trop romanisée

d aileurs bien décrite par ces merveilleuses vidéos .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Sam 23 Juin 2012 - 17:32

Gournay-sur-Aronde : du Ve-IVe siècle av. J.-C. au IIIe siècle av. J.-C. au moins.

Corent : Ier siècle avant J.-C.

Acy-Romence : de l’âge du bronze au IIe siècle av. J.-C.

Comme tu peux le constater, edv, toutes ces dates sont antérieur (cela veut dire qui précède dans le temps) à la conquête romaine. Donc ? Oui, ces sanctuaires ne peuvent pas être gallo-romains.

Après il faut arrêter d’être idiot et de nier l’évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
edv
Druide


Nombre de messages : 380
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Sam 23 Juin 2012 - 18:24

je ne suis pas de l institue mais peut être que c est une réutilisation

Quelles preuves ???

Tout bouge actuellement, même les scientifiques se remettent en cause avec les datations

voir pour l exemple les grottes préhistoriques, les dessins des grottes

on ne dit plus c est de telle dâte mais à partir de telle dâte

donc il se peut que ce soit avant

donc les données historiques sont aléatoires de nos jours

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Dim 24 Juin 2012 - 8:14

edv a écrit:
Quelles preuves ???

Pour les datations ? Le Carbone 14, et pour les structures, les récentes fouilles archéologiques.
 
Même si tout bouge, même si l’on ne dit plus c’est de telle date mais à partir de telle date, tous ces sanctuaires restent antérieurs à la guerre des gaules et à la période gallo-romaine.
 
Votre problème, edv, est que vous voulez tellement avoir raison que vous rejetez tout ce qui peut contredire votre point de vue. En langage courant on appelle ça de la désinformation et en histoire du révisionnisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
edv
Druide


Nombre de messages : 380
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Dim 24 Juin 2012 - 10:45

Dubicattos a écrit:
Votre problème, edv, est que vous voulez tellement avoir raison que vous rejetez tout ce qui peut contredire votre point de vue. En langage courant on appelle ça de la désinformation et en histoire du révisionnisme.
Je l attendais celle la

quand on est au bout de son résonnement et que l on a plus rien à dire on la sort

trop facile

surtout que l on ne se connait pas

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
edv
Druide


Nombre de messages : 380
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Dim 24 Juin 2012 - 10:51

Dubicattos a écrit:
Même si tout bouge, même si l’on ne dit plus c’est de telle date mais à partir de telle date, tous ces sanctuaires restent antérieurs à la guerre des gaules et à la période gallo-romaine.
Comme quoi il peut y avoir d autres sources ou d autres traditions à découvrir

cela s appelle des invasions

J aime à lire les manuels scolaires

encore cette année on fait l impasse sur pas mal de sujet

c est pourtant la voix de notre institution

Je me rappelle
Nos ancêtres les gaulois (j adore Henri on ne se refait pas) à la Caraibe ou en afrique en 1900
Comment être crédible avec un discours pareil et c est le coté immergé de l isberg

ca c est de la désinformation étatique

et que dire de l histoire secrete ou cachée exemple le secret defense que l on rabache sur toutes les affaires

cela me fait bien rire

eh oui on ne sait pas tout du moins pas moi
mais j ai l esprit critique et me méfies des institutions pour y avoir colaboré

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Dim 24 Juin 2012 - 11:37

Stop !
Je rappelle que ce fil traite des sanctuaires gaulois et de rien d'autre Evil or Very Mad

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 202
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Dim 24 Juin 2012 - 11:55

edv a écrit:
Comme quoi il peut y avoir d autres sources ou d autres traditions à découvrir

cela s appelle des invasions

Que les bâtisseurs de ces sanctuaires soient des envahisseurs, oui, mais pas des étrangers puisque se sont toujours des Celtes qui arrivent par vagues successives et donc les sources et les traditions sont identiques.
 
Les Celtes sont identifiables à partir du IXe siècle, au premier âge du fer, dès la fin de la Culture des champs d'urnes dans l’hexagone. Puis au début du IVe siècle ils entament une phase d'expansion vers l'Est et vers la Méditerranée. des Celtes sont à Rome en -390. Vers -450 des Celtes envahissent la future Bulgarie, la Thessalie, Athènes. Certains pillent Delphes et fondent Belgrade. Une ambassade celte rencontre Alexandre le Grand sur les rives du Danube. En -278, la présence de mercenaires celtiques en Galatie (Asie mineure) est attestée : certains vont jusqu'en Syrie.
 
Citation :
Je me rappelle
Nos ancêtres les gaulois (j adore Henri on ne se refait pas) à la Caraibe ou en afrique en 1900
Comment être crédible avec un discours pareil et c est le coté immergé de l isberg

ca c est de la désinformation étatique

Non ça c’est du colonialisme.
 
Vous mélangez tout et toutes les époques pour faire dire à l’histoire ce que vous avez envi qu’elle dise. C’est n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   Dim 24 Juin 2012 - 18:01

> Les sanctuaires d’Alésia

bienpublic.com a écrit:


HISTOIRE.

L’EXISTENCE D’UN IMPORTANT SITE RELIGIEUX GAULOIS CONFIRME PAR DES FOUILLES RECENTES.


Les sanctuaires d’Alésia

le 02/03/2012 à 05:00 par Anne-Françoise Bailly


Le sanctuaire d’Apollon Moritasgus, avec son temple octogonal, sur le site d’Alésia. Photo SDR

De récentes fouilles ont permis de confirmer la fréquentation de la place forte d’Alésia, un bon siècle avant la conquête romaine.

Depuis 2008, le professeur d’archéologie romaine à l’Université de Paris I (1), Olivier de Cazanove, a repris les fouilles d’un grand lieu de culte à la périphérie est d’Alésia, à la Croix Saint-Charles. Ce sanctuaire, consacré à Apollon Moritasgus, avait été fouillé une première fois à partir de 1909 par l’archéologue Emile Espérandieu, auteur du Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la gaule romaine.

« Il n’avait fouillé que partiellement ce lieu de culte et ne l’avait que très peu publié. Il a donné un aperçu très rapide de ses résultats. Il avait trouvé un temple, des offrandes à la divinité, et des ex-voto en pierre et en métal, en partie conservés au musée de l’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, et au musée d’Alésia… J’ai repris les fouilles avec mes collaborateurs 99 ans plus tard ! », déclare l’enseignant-chercheur.

L’objectif ? Mieux comprendre ce sanctuaire, qui s’étend pratiquement sur un hectare de superficie, comprend un temple, des bâtiments annexes, des thermes, des bassins, et un portique… Le but était de « trouver ses limites, de mieux comprendre les pratiques religieuses dans le sanctuaire, de comprendre sa durée de vie… »

Pleine période romaine

Et de souligner : « Un des résultats majeurs de nos travaux a été de mettre en évidence une phase gauloise du sanctuaire pratiquement inconnue jusqu’alors. On soupçonnait une occupation antérieure à la période romaine, à la conquête césarienne… Maintenant, on sait que ce sanctuaire remonte au deuxième siècle avant Jésus-Christ. Ainsi, ce lieu de culte nous livre les premiers témoignages d’occupation d’Alésia, de vie à Alésia. Nous y avons constaté les débuts d’une fréquentation intense à partir de 150 avant Jésus-Christ environ. Pour cette première période, le lieu de culte se présente comme un grand enclos quadrangulaire entouré d’un fossé peu profond, rempli d’ossements d’animaux et de tessons d’amphores à vin. Ce qui veut dire qu’il y avait de grands banquets où l’on consommait de la viande et où l’on buvait du vin. Beaucoup de grands sanctuaires gaulois se présentent ainsi… »

Et de poursuivre : « A la période romaine, surtout à partir du début de notre ère, vers 40-50 après Jésus-Christ, un temple octogonal a été construit, et toute une série de canalisations et de bassins qui convoient de l’eau depuis la source… Sur ce site, la fréquentation religieuse est attestée par toutes les offrandes apportées. Elles sont en bronze, représentant des plaquettes d’yeux ; et un peu plus tard en pierre : ce sont d’une part des têtes de personnages, mais aussi des ex-voto anatomiques représentant les parties du corps. Cette fréquentation s’est poursuivie jusqu’au IV e siècle après Jésus-Christ.
Ensuite tout a disparu, et il n’y a pas eu de réoccupation. »

Deuxième chantier

Un deuxième chantier, fouillé par une équipe italienne, a fonctionné en 2010-2011 au lieu-dit En Surelot, au centre d’Alésia, là où se trouvait un autre temple. « Cet emplacement était attesté par les photographies aériennes de l’archéologue aviateur René Goguey, et aussi par les prospections géophysiques que j’ai fait réaliser à partir de 2008, afin de révéler les structures sous-jacentes dans le sol, en particulier les murs, par les méthodes électriques et magnétiques […]. En juillet dernier, nous avons découvert un buste du “Dieu aux oiseaux”, représenté sous la forme d’un homme barbu avec deux oiseaux perchés sur ses épaules. Il est en cours d’étude. »

Et le professeur Olivier de Cazanove de conclure : « Ces fouilles ont permis de confirmer de façon éclatante la fréquentation de l’oppidum, de la place forte d’Alésia, un bon siècle avant la conquête romaine. Nous avons apporté de nouvelles preuves scientifiques de cette occupation précoce ! »

(1) Panthéon Sorbonne.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Sanctuaire Gaulois   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sanctuaire Gaulois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Questions sur les gaulois, romains, romanisation...
» Trophée gaulois (à Corent)
» saumon, mot gaulois? plouay: zãmbõn
» MANIGAULT-GAULOIS (Joseph-Yves) Général de brigade
» Les dieux gaulois à la bourse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le Druidisme :: Histoire / Archéologie-
Sauter vers: