forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Eclipse solaire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Eclipse solaire...   Jeu 5 Mar 2015 - 13:16

Une éclipse solaire totale aura lieu le mid ogronn at. VII, 3887 M.T., soit le 20 mars 2015 è.v.

C'est la neuvième éclipse totale depuis ces dix-neuf dernières années.

Sa trajectoire passera entre l’Islande et l'Écosse, sur les Îles Féroé et le Spitzberg où elle sera visible au soleil couchant. Le point où l’éclipse totale sera à son maximum se trouve à environ 200 km à l’est des côtes islandaises (longitude : 6° 39,0 W - latitude :64° 26,3 N).

Sur la terre ferme, l'éclipse totale sera visible deTorshavn, capitale des Îles Féroé et de Longyearbyen, au Spitzberg (proche de la ligne de centralité).

Lors de cette éclipse, la bande du passage de l'ombre de la Lune est presque centrée sur le pôle Nord où elle finira sa course. De plus, c'est le jour même de l'équinoxe, qui se produira environ 12 heures après l'éclipse.

Comme me l'a fait remarquer moios mapos Matuos : « une Lune noire au plus près de la Terre qui provoque une éclipse le jour de l'équinoxe de printemps, ça n'est pas banal, et ça ne peut pas échapper à un Païen. ça l'est moins encore pour un Celte puisque cette éclipse aura lieu dans ce que les Irlandais nommaient la Mer Cronienne (Saturne), et qu'elle vise précisément le Pôle Nord. les Druides antiques pour qui Saturne est l'astre représentant le Dis-Pater gaulois auraient sans doute pris pour un autre signe important le jour où (le 16 janvier 2015) le Soleil est entré en Verseau et où Saturne est entré dans la constellation du scorpion (elle y restera jusqu'au 24 février 2017)... »

Non ce n'est pas banal... hormis le fait que nous, druides de la C.C.C., en cet événement exceptionnel nous nous retrouverons dans nos Nemeta respectifs pour aider, par nos prières et nos chants, Belenos dans son combat, que pouvons-nous déduire de cette particularité ?

Le feu (soleil) et l'eau (grande marée), le soleil et la lune, le jour et la nuit, au moment ou la lumière et les ténèbres sont en équilibre (équinoxe). Le tout en un. Cela me fait penser à une fin de cycle et au début d'un autre... le Dagodeuos, voguant sur la neuvième vague, va vers les îles du Nord du monde pour régénérer et rapporter les talismans comme il le fit jadis avec les Toutai Deuas Danunas.

Oui, en vérité je vous le dis, le jour d'après nos Dieux reviendront et ce sera pour toujours !

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moilogustos
Druide
avatar

Nombre de messages : 1051
Localisation : Brogis Parisii
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Jeu 5 Mar 2015 - 13:35

Soneti tua cradubio moios Brater Auetos,

Oui je vais essayer de voir ça, même en étant avec une école (accompagnant) dans le Brogi des Pictons....Cela devrait être de toute beauté, si la météo ne s'en mêle pas Wink

Logiquement 75,05%...

Diolacto moios Brater Auetos.....

G.M
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Jeu 5 Mar 2015 - 18:25

marcassin a écrit:
Oui je vais essayer de voir ça...

Ce n'est pas vraiment ce à quoi je pensais, moios Brater Very Happy ... il est vrai que nos jours ce spectacle est « de toute beauté » car nous savons, mais il fut un temps où « ça » était vécu comme une catastrophe, et les Druides d'alors, bien qu'émerveiller devant ce phénomène astronomique, menaient, tambours battants, un combat contre le Grand-Méchant Loup dévoreur de l'astre du jour.

A en croire les auteurs grecs et latins (Platon, Pline, Tite-Live), en cet instant il faut faire grand bruit avec toutes sortes d'instruments sonores – trompettes, cornes, tambours, etc. – afin d'effrayer la bête et secourir le soleil (ou la lune). Le bruit ne cesse que quand l'astre réapparaît... et c'est bien ce que je ferai en ce jour-là, avec un peu moins de bruit mais un peu plus de prières et de chants.


« Dans les vieilles mythologies germaniques, deux loups poursuivaient sans cesse le soleil et la lune ; les éclipses étaient des luttes contre ses monstres. »

« Dans les Indes on est persuadé, quand le soleil et la lune s'éclipsent, qu'un certain démon aux griffes noires les étend sur les astres dont il veut se saisir. »

https://books.google.fr/books?id=3eaMruTNyVkC&pg=PA196&lpg=PA196&dq=%C3%A9clipse+bruit&source=bl&ots=iSBYvpDVDh&sig=iTiGQiYmnArv-FDF6nJVFsqEA8k&hl=fr&sa=X&ei=6mX4VPqyKcH5aPzoghA&ved=0CFEQ6AEwCA#v=onepage&q=%C3%A9clipse%20bruit&f=false

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moilogustos
Druide
avatar

Nombre de messages : 1051
Localisation : Brogis Parisii
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Sam 7 Mar 2015 - 12:05

Soneti tua cradubio moios Brater Auetos,

Oui je sais bien qu'à l'époque, ce phénomène était vécu d'une autre manière....plus tragique Very Happy De mon côté, même si je ne pourrait pas faire grand chose (car étant accompagnant) je ferais des prières, en m'aidant du Malacos Wink

A ce sujet si tu as des textes ou prières spécifique, je suis preneur Very Happy

Merci pour le lien Wink

G.M
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carantia
Femme-druide
avatar

Nombre de messages : 74
Age : 50
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Lun 9 Mar 2015 - 20:29

Je suis d’accord avec vos prédictions Auetos.

Ce 20 mars 2015, à Paris, l’éclipse débutera à 09h22 (temps légal)

- Soleil = 29°24, Poissons, Maison XI
- Lune = 28°40, Poissons, Maison XI

Elle sera maximale à 10h29

- Soleil = 29°27, Poissons, Maison XI
- Lune = 29°23, Poissons, Maison XI

Et elle se terminera à 11h35

- Soleil = 29°29, Poissons, Maison X
- Lune = 00°04, Bélier, Maison X

Nous pouvons remarquer que cette éclipse, en plus de ce que nous a dit Auetos, débute dans le signe des Poissons, dernier signe du zodiaque, et se termine, pour la Lune, dans le signe du Bélier qui est le premier signe du zodiaque. Voilà bien le signe d’une fin et d’un début.


La Maison XI correspond aux amis, aux projets, aux projections, à la politique, aux buts sociaux et humanitaires.

La Maison X / Milieu du ciel correspond à la réalisation, à la réussite sociale, au règne.

Nous passons des Poissons, dernier signe de l’élément eau, au Bélier, premier signe de l’élément feu.

Les Poissons symbolisent la croyance, la compassion, la prière, le ressenti, la mystification, le sacrifice, etc. mais aussi l’unification et la religion.

Le Bélier symbolise l’être, la naissance, le commencement, l’agissement, l’affrontement, l’initiation, et la manifestation.

L’Eau c’est la fécondité, la maternité, le calme intérieur, la mémoire du passé.

Le Feu c’est la chaleur, la passion, l’enthousiasme, la vitalité engagée vers une conquête, qu’elle soit matérielle, morale ou spirituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clyde TriCanauos

avatar

Nombre de messages : 642
Localisation : Entre Atrébatie et Morinie
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Lun 9 Mar 2015 - 21:01

Sera elle visible depuis la France?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tri-canauos.blogspot.com/
SoK

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 24
Localisation : Pagus Parisii
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Lun 9 Mar 2015 - 23:21

Oui, en gros entre 70 et 80% du disque solaire sera couvert, selon l'endroit où on se situe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1tierschemin.wordpress.com
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Mer 11 Mar 2015 - 18:46

marcassin a écrit:
Oui je vais essayer de voir ça, même en étant avec une école (accompagnant) dans le Brogi des Pictons....

Voilà une manière très pédagogique d’expliquer aux enfants que tu accompagnes comment « nos ancêtres les Gaulois » réagissaient devant un tel événement. Pour la sortie, n’oublie pas de leur demander d’apporter des tambours Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moilogustos
Druide
avatar

Nombre de messages : 1051
Localisation : Brogis Parisii
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Jeu 12 Mar 2015 - 5:44

Bonjour,

Oui tiens c'est une bonne idée merci cher Dubicattos Wink ....Bon pour les tambours et tout ça, je sais pas si le prof voudra Laughing , mais je pourrais expliquer certains choses , cela est sûr.... Wink

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bledoorgetos

avatar

Nombre de messages : 234
Localisation : Auernia eti brogio Conuenōn
Date d'inscription : 02/12/2014

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Ven 13 Mar 2015 - 21:01

Pour l'éclipse je taperai donc sur ma casserole en psalmodiant les prières à Bélénos que je connais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Lun 16 Mar 2015 - 17:57

Citation :
HISTOIRE DES ECLIPSES :
observations et prédictions



I. Les représentations mythologiques

Dans presque toutes les cultures anciennes et dans les sociétés sans écriture, le phénomène prodigieux qu'est une éclipse de Lune, et plus encore de Soleil, a été rapporté à une cause surnaturelle, l'intervention d'un dieu, d'un démon ou d'un génie malin menaçant d'éteindre les deux luminaires. Un événement funeste que l'on tentait ordinairement de conjurer avec force vacarme ou des formules magiques destinées à empêcher que la Lune ou le Soleil ne soient dévorés à tout jamais. En Asie, on rendait un dragon céleste responsable des éclipses (le plus ancien mot chinois pour désigner une éclipse, shih, veut dire "manger"). En Inde, c'étaient Rahu et Ketu, les deux parties du démon décapité par Vichnou correspondant respectivement aux nœuds ascendant et descendant de la Lune où se produisent les éclipses, qui cherchaient à dévorer la Lune et le Soleil. Longtemps, en Occident, les astronomes désigneront ces deux nœuds qui font un tour complet du zodiaque en 18 ans et 6 mois environ, sous l'appellation de Caput & Cauda Draconis (Tête et Queue du Dragon). En Amérique, du Canada jusqu'au Pérou en passant par le Mexique, et encore en Afrique, c'était tel animal mythique ou tel démon qui menaçait de manger soit la Lune, soit le Soleil. Quant à la Grèce ancienne, elle ne fit pas exception à la règle. D'après Démocrite (vers 460-370 av. J.-C.), les éclipses de Lune et de Soleil auraient été au nombre des événements célestes terrifiants inspirant aux hommes la croyance que des dieux en étaient les auteurs.

II. La compréhension du phénomène des éclipses

La légende de Thalès

Selon une légende solidement établie, Thalès de Milet (VIe s. av. J.-C.) se serait libéré très tôt de la croyance en la causalité divine des éclipses. En effet, d'après l'historien grec Hérodote (environ 484-425 av. J.-C.), Thalès avait prédit aux Ioniens un obscurcissement du Soleil "pour l'année dans laquelle elle se produisit" (Enquête, I 74). Peu d'auteurs, tant anciens que modernes, ont mis en doute que celui qui était tenu pour un des sept Sages, ait été en état de prédire une éclipse de Soleil. D'après le Pseudo Plutarque (Opinion des philosophes, II 24), Thalès avait compris la nature du phénomène ("l'éclipse de Soleil se produit quand la Lune, dont la nature est terrestre, vient se placer à l'aplomb sous lui"). Mais cela ne lui aurait à l'évidence pas suffi pour passer au stade infiniment plus complexe de la prédiction d'une éclipse se produisant à une date précise et qui soit, en outre, visible en telle région déterminée du globe terrestre. Aux historiens qui ont fixé avec assurance la date du 28 mai 585 av. J.-C. comme étant celle de l'éclipse solaire annoncée par Thalès, l'historien américain O. Neugebauer a répondu qu'il n'existe aucun cycle pour prédire une éclipse de Soleil en un lieu donné, et que vers 600 av. J.-C. les Babyloniens, compilateurs d'éphémérides luni-solaires que Thalès aurait exploitées, n'avaient élaboré aucune théorie pour la prédiction des éclipses de Soleil. Cette légende relative à Thalès est donc au total aussi peu fiable que celle prêtant à Anaxagore (500-428 av. J.-C.) "grâce à sa connaissance de la science astronomique" (Pline l'Ancien, Histoire naturelle, II 149), la prédiction d'une chute de météorite !

Des Pythagoriciens à Aristote

Si les éclipses de Soleil sont à peu près aussi nombreuses que les éclipses de Lune quand on considère la Terre en sa totalité, on a à peu près deux fois plus de chances d'observer, en un lieu donné, une éclipse de Lune. Il reste que certaines périodes sont plus favorisées que d'autres pour observer des éclipses de Soleil dans une même région. L'historien grec Thucydide (460-vers 395 avant J.-C.) vécut dans une telle période. Il note qu'au cours de la guerre du Péloponnèse, les "éclipses de Soleil furent plus nombreuses qu'à tout autre époque historique" (La Guerre du Péloponnèse, I 23). Cette assertion est confirmée par F. Richard Stephenson (voir Bibliographie) qui date les deux éclipses solaires mentionnées par Thucydide (op. cit. II 28 et IV 52) respectivement du 3 août 431 et du 21 mars 424 av. J.-C. La première éclipse (annulaire, visible à Athènes) est décrite en ces termes par l'auteur grec, qui pourrait faire état d'une observation personnelle : " Un jour de Nouvelle Lune (c'est le seul moment semble-t-il où ce phénomène puisse se produire) il y eut en début d'après midi une éclipse de Soleil. Celui-ci prit la forme d'un croissant et quelques étoiles devinrent visibles ; puis il reprit sa forme normale ".

Au dire d'Aristote (384-322 av. J.-C.), les Pythagoriciens, qui tenaient les éclipses lunaires pour plus nombreuses dans l'absolu que les éclipses solaires, avaient essayé de rendre compte de ce fait en conjecturant que ce n'était pas seulement la Terre, mais une autre Terre, dite anti-Terre, située à l'opposé de la nôtre et que nous ne voyons pas, qui s'interposait aussi entre la Lune et sa source d'éclairement (Traité du ciel, II 13). Pour gratuite que soit cette hypothèse, elle suppose que les Pythagoriciens, et notamment Philolaos (vers 470-390 avant J.-C.), avaient compris le mécanisme général des éclipses qui postule que les corps célestes sont dotés d'une figure sphérique, que les uns sont opaques et les autres lumineux, et que c'est la position qu'ils occupent par rapport au globe terrestre, à la surface duquel l'observateur est situé, qui détermine pour un temps l'obscurcissement partiel ou total de la Lune ou du Soleil. Quant à Aristote, il est semble-t-il le premier à avoir mentionné parmi les preuves "sensibles" de la rotondité de la Terre la figure que celle-ci projette sur la Lune lorsqu'elle l'éclipse : "lors des éclipses, la Lune a toujours pour limite une ligne courbe : par conséquent, comme l'éclipse est due à l'interposition de la Terre, c'est la forme de la surface de la Terre qui est cause de la forme de cette ligne" (Traité du ciel, II 14).
 
Les différents types d'éclipses solaires.

Géminos (vers 50), dans son Introduction aux phénomènes, X 1-6, semble offrir le premier exposé synthétique touchant la cause et les différents types d'éclipse solaire. Il précise que le passage de la Lune sous le Soleil (c'est-à-dire lorsqu'elle est en "synode", ou conjonction, avec lui) cause une interception de la lumière solaire, si bien qu'il faudrait en toute rigueur et la remarque frappe par sa justesse parler dans ce cas d'interposition et non pas d'éclipse du Soleil : "Jamais en effet la plus petite parcelle de Soleil ne s'éclipse ; elle nous devient seulement invisible par interposition de la Lune". Par suite, ajoute Géminos, les éclipses ne sont pas identiques en tous lieux, et il y a de grands écarts dans la dimension des éclipses selon les différents climats : en un même instant, le Soleil s'éclipse ici tout à fait, c'est-à-dire pour les lieux situés à l'alignement de l'interposition, ailleurs, dans les lieux situés légèrement en dehors de la ligne d'interposition, il s'éclipse partiellement ; ailleurs encore, on ne voit pas le plus petit début d'éclipse.
 
La prévision : connaissance des cycles et modèles géométriques

Ce n'est véritablement qu'avec l'Almageste, la plus grande œuvre astronomique de l'Antiquité due à l'astronome Claude Ptolémée (IIe siècle de notre ère), que le calcul des éclipses de Soleil devient possible, mais pas encore celui de leur zone globale de visibilité. On avait reconnu depuis longtemps que les éclipses de Soleil nécessitent deux conditions : que la Lune soit nouvelle et qu'elle soit proche, comme le Soleil, de l'un de ses nœuds. Prévoir une éclipse de Soleil suppose donc que l'on dispose d'une théorie du mouvement de la Lune et d'une théorie du mouvement du Soleil. Si la théorie de ce dernier mouvement ne posait pas de problème, il n'en allait pas de même dans le cas de la Lune. Notre satellite possède un mouvement complexe en longitude, affecté de nombreuses inégalités. L'observation avait permis de découvrir dans l'antiquité les deux plus importantes, l'équation du centre (déjà connue d'Hipparque) et l'évection, justement découverte par Ptolémée. L'auteur de l'Almageste savait également que la parallaxe lunaire qui peut dépasser 1° affecte de façon non négligeable la latitude géocentrique de la Lune, c'est-à-dire sa distance angulaire à l'écliptique. Enfin, Ptolémée connaissait les diamètres apparents du Soleil et de la Lune mis en rapport avec leur distance à la Terre. C'est ce dernier point qui fait toute la supériorité de l'astronomie grecque sur l'astronomie babylonienne. Car même à son apogée, c'est-à-dire de 300 av. J.-C. jusqu'au début de notre ère, l'astronomie babylonienne n'est capable de prédire que la possibilité ou l'impossibilité d'une éclipse de Soleil. Les éphémérides babyloniennes, qui ne reposent sur aucun modèle géométrique, mais uniquement sur des fonctions arithmétiques, sont néanmoins capables de prévoir, aussi bien que Ptolémée, les coordonnées du Soleil et de la Lune. Mais l'absence de données sur les dimensions relatives de ces deux astres empêche toute prévision sur la visibilité de l'éclipse.
Le calcul d'une éclipse de Soleil se déroule dans l'Almageste en trois étapes. Dans un premier temps, Ptolémée calcule la distance angulaire de la Lune à l'un de ses nœuds. Ceux-ci ne sont d'ailleurs pas fixes : on a reconnu assez tôt qu'ils se déplaçaient sur l'écliptique, et l'observation a permis de déterminer leur période moyenne de révolution. Tous ces calculs étaient facilités par des tables, de sorte qu'il était assez aisé de prévoir d'une année sur l'autre les dates où une éclipse de Soleil était possible. On savait du reste que les éclipses se produisent sensiblement tous les six mois, lorsque le Soleil franchit un nœud de l'orbite lunaire (année draconitique).

Dans un deuxième temps, Ptolémée détermine, au voisinage de la date où l'éclipse est possible, l'instant de la conjonction Lune-Soleil, autrement dit l'instant de la Nouvelle Lune. Il dispose pour cela d'une bonne valeur du mois synodique (intervalle moyen entre deux Nouvelles Lunes) qui lui donne l'instant de la conjonction moyenne, puis, après correction de certaines inégalités, l'instant de la conjonction vraie. A ce stade du calcul, il est déjà possible de dire si l'éclipse sera ou non visible : une conjonction ayant lieu en pleine nuit par exemple est évidemment invisible.

De l'antiquité jusqu'au XVIIe siècle, les astronomes chercheront les conditions d'éclipse à l'endroit où se trouve l'observateur et non pour la Terre en général, comme on le fait aujourd'hui en astronomie moderne. Il s'agit donc de calculer, pour une certaine zone en latitude, les conditions d'existence de l'éclipse. Ce problème, l'un des plus complexes développés dans l'Almageste, est traité en utilisant les effets de la parallaxe sur les coordonnées écliptiques de la Lune. Non seulement l'Almageste permet de savoir si l'éclipse est partielle ou totale en un certain lieu (la grandeur est exprimée en doigts), mais il rend possible aussi de calculer sa durée et les instants du premier et du dernier contact.

On notera au passage qu'à aucun moment Ptolémée n'utilise la période de 223 lunaisons - improprement appelée Saros par Edmond Halley - pour prévoir une éclipse de Soleil. Une précision s'impose ici concernant cette période prétendument utilisée par les Babyloniens pour la prédiction des éclipses solaires. Halley publia en 1692 dans les Philosophical Transactions un mémoire dans lequel il proposait de corriger un passage de Pline l'Ancien (23-79 ap. J.-C.), où il était question d'une période au terme de laquelle les éclipses se reproduisent dans le même ordre. Certains manuscrits de l'Histoire naturelle circulant à l'époque contenaient des variantes, et dans celui qu'il possédait Halley a pu lire : " Il est sûr que les éclipses se reproduisent dans le même ordre au bout de 222 mois [Defectus CCXXII mensibus redire in suos orbes], et que le Soleil s'éclipse seulement lorsque la Lune achève ou commence son cours, c'est-à-dire au moment de la conjonction " (Histoire naturelle, II 56). Halley corrigea, à bon droit, 222 en 223 (CCXXIII). Mais en consultant la Souda, encyclopédie byzantine écrite au Xe siècle par un groupe d'érudits (que l'on a longtemps pris pour un savant du nom de Suidas), il trouva mention du mot dans les termes suivants : " Saros, mesure et nombre chez les Chaldéens. Un saros contient 222 mois lunaires qui font 18 ans et six mois. 120 saros correspondent à 2222 (sic pour 2220) années ". Croyant à tort que la Souda dépendait ici de Pline (qui n'emploie pas le terme Saros), Halley en conclut que les Babyloniens entendaient par là une période de 223 lunaisons ramenant les éclipses. Mais la Souda dit expressément que 222 mois = 18,5 ans, soit une année de 12 mois exactement (222/18,5 = 12). Or le calendrier babylonien est lunaire, et la durée des mois variable.

En conclusion, la période nommée Saros chez les Babyloniens n'a rien à voir avec les éclipses. L'erreur de Halley avait été dénoncée par l'astronome français Guillaume Le Gentil de la Galaisière (1725-1792) dans deux articles très critiques publiés en 1756 : mais ce dernier ne sera pas entendu et depuis, malgré le correctif apporté par nombre d'historiens des sciences, le mot Saros continue de désigner une période de 223 lunaisons, ou 18 ans 11 jours, ou encore 6585 jours, à l'issue de laquelle les éclipses de Soleil et de Lune se reproduisent dans le même ordre.

Suite… http://www.imcce.fr/promenade/pages4/468.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artio's
Druide
avatar

Nombre de messages : 685
Age : 53
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Mar 17 Mar 2015 - 9:32

Je me demandais ...
étant donné que les éclipses sont des phénomènes courants sur terre. Leur réalité n'est-elle pas locale ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bledoorgetos

avatar

Nombre de messages : 234
Localisation : Auernia eti brogio Conuenōn
Date d'inscription : 02/12/2014

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Mar 17 Mar 2015 - 17:25

SoK a écrit:
Oui, en gros entre 70 et 80% du disque solaire sera couvert, selon l'endroit où on se situe.


J'ai vécu une éclipse à 80-90 % en Roumanie.

Il ne fait pas nuit mais entre chien et loup. Ce n'est donc pas très spectaculaire.

En revanche je vous souhaite d'être comme moi près d'une basse-court lors de l'éclipse : vous voyez les oies et les canards creuser des trous dans la terre suffisants pour y mettre la moitié basse de leurs corps et se mettre en position de sommeil sans aucun stress.

Puis quand le soleil revient ils se lèvent sans agitation particulière.

Les poules et poulets sont plus inquiets puisque la "cotineaţa" = lou galinier reste fermée.
Ils se regroupent contre sa porte et ferment les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SoK

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 24
Localisation : Pagus Parisii
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Mar 17 Mar 2015 - 20:16

Artio's a écrit:
Je me demandais ...
étant donné que les éclipses sont des phénomènes courants sur terre. Leur réalité n'est-elle pas locale ?

Je suis plutôt partisan du "oui", mais la question est complexe... et finalement se recoupe avec les divers cultes locaux voire topiques.

L'éclipse sera en effet assez modérée, mais ça n'empêchera pas la tenue des rites adéquats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1tierschemin.wordpress.com
Bledoorgetos

avatar

Nombre de messages : 234
Localisation : Auernia eti brogio Conuenōn
Date d'inscription : 02/12/2014

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Mer 18 Mar 2015 - 15:57

SoK a écrit:
L'éclipse sera en effet assez modérée, mais ça n'empêchera pas la tenue des rites adéquats.

Bien sûr ! Je taperai sur ma casserole, non par crainte, mais pour soutenir et remercier le Dieu Belenos comme un bon supporter pour faire une comparaison sportive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clyde TriCanauos

avatar

Nombre de messages : 642
Localisation : Entre Atrébatie et Morinie
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Mer 18 Mar 2015 - 19:28

Bledoorgetos a écrit:

Bien sûr ! Je taperai sur ma casserole, non par crainte, mais pour soutenir et remercier le Dieu Belenos comme un bon supporter pour faire une comparaison sportive.

J'aime bien cette idée. C'est simple et plein de bon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tri-canauos.blogspot.com/
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Jeu 19 Mar 2015 - 9:10

Artio's a écrit:
Je me demandais ...
étant donné que les éclipses sont des phénomènes courants sur terre. Leur réalité n'est-elle pas locale ?

Sous entendez-vous que, par exemple, un druide méditerranéen n’avait pas la même conception et les mêmes rites qu’un druide armoricain ?

Je n’arrive pas à bien cerner votre question… Embarassed désolé de vous embéter.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artio's
Druide
avatar

Nombre de messages : 685
Age : 53
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Jeu 19 Mar 2015 - 9:34

Non point.

Je parlais de l'appréhension cultuelle du phénomène comme une réalité cyclique mais géographiquement restreinte.
Quelle est l'expression mythique ou divinatoire d'une ligne d'éclipse sur le sol terrestre ?
Ne fait on pas mention d'un voyage sur la terre à l'instar des lignes de projection écliptique précises sur le sol ?
Je suis convaincu par contre qu'une éclipse a fait avancer l'observation astronomique.
Symboliquement, elle aussi valeur de conjonction astrale mais avec une portée limitée.

Par exemple, le fait que le ciel "s'éclipse" le matin d'un jour précédant l'équinoxe n'est pas fortuit pour ceux qui auront la chance d'observer le phénomène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artio's
Druide
avatar

Nombre de messages : 685
Age : 53
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   Jeu 19 Mar 2015 - 12:16


Cette petite vidéo explicative démontre l'intensité du phénomène local en termes de conjonctions.
- la proximité lunaire (périgée)
- la conjonction de la nouvelle lune avec le soleil
- l'équinoxe
Ce qui montre que lors de ces trois évènements conjugués, l'attraction en terme de marée (eaux) sera à son apogée. De ce fait, l'effet sur notre corps s'en trouve particulièrement optimisé.
Ce qui n'a rien à voir avec l'occultation de la lumière, mais plutôt avec les forces conjuguées de la terre (par sa position axiale), du soleil et de la lune, une triade, pour nous, observateurs et récepteurs privilégiés momentanés.
Donc rendez-vous à ne pas rater.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eclipse solaire...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eclipse solaire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eclipse Solaire du 9 Mars 2016
» Eclipse solaire...
» Eclipse solaire le 4 janvier
» Eclipse solaire le 10 mai 2013
» Eclipse lunaire bleue.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le (Néo)Druidisme :: Etudes et Discussions-
Sauter vers: