forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sépultures de Druides

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Sépultures de Druides   Dim 21 Mai 2006 - 20:24

LES TOMBES DE DRUIDES ?

Citation :
par Thierry Lejars et Franck Perrin

Comment appréhender concrètement les druides ? Quelles étaient leurs demeures ? Qu’est-ce qui caractérise leurs tombes ? Existe-t-il des objets propres aux druides ?

N’ayant rien laissé par écrit, étant totalement absents de l’épigraphie gallo-romaine, les druides sont loin d’être une réalité pour l’archéologie.

La relation donnée par Pline de la cueillette du gui par les druides est, de ce point de vue, assez significative. Le naturaliste affirme que les druides se distinguaient par leur tenue du reste de la population. Equipés de la fameuse « serpe d’or », ils auraient été vêtus de blanc, se démarquant ainsi des couleurs bariolées portées par la noblesse et du brun-roux couleur préférée des Gaulois. Hormis ces deux caractéristique, Pline reste silencieux sur d’éventuels autres marqueurs vestimentaires, ne précisant pas plus les spécificités des objets liés à l’organisation du banquet qui clôt la fête annuelle des druides. Alors que les textes laissent entrevoir l’existence d’un nombre élevé de druides, l’archéologie se doit de constater qu’à ce jour, aucune sépulture gauloise n’a livré d’outil recourbé en or, et parmi les rares textiles conservés, aucun tissu blanc n’a été identifié …

Dans la quête des druides, la piste de Pline ne mène donc guère loin !

En revanche, la mention par César de l’Eduen Diviciacos parlant devant le sénat « appuyé sur son bouclier », laisse penser que les druides étaient armés à la manière des nobles gaulois dont César relate les funérailles somptueuses.

Est-ce parmi le nombre réduit de tombes à armes de la fin du second Age du Fer qu’il conviendrait de chercher les druides ?

S’il n’est pas possible d’identifier à travers la documentation funéraire les druides dont parlent les auteurs anciens, l’archéologie peut néanmoins rechercher dans le mobilier funéraire, dans la mesure où il s’agit d’objets sélectionnés, ce qui relève de l’exceptionnel et fait de certains individus des êtres singuliers, distincts de leurs contemporains.

A ce titre, les tombes d’Obermenzing près de Munich en Allemagne, datée du début du II° s., de Tartigny, Munchen-Aubing en Allemagne, de Casalecchio di Reno en Italie ou celle « du docteur » de Stanway, daté du milieu du I° s., en Angleterre, nous ont livré de petits instruments « chirurgicaux » ; scapel-pincettes, scies de trépanation, crochets, etc. Bien que tentant, ces sépultures sont-elles celles de druides ? Rien ne l’affirme. Aucune observation ne permet d’isoler un type d’individu correspondant à l’image du druide d’après les témoignages des auteurs anciens.
Et si les druides n’avaient pas eu de sépultures ?

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
skindianat
Druide


Nombre de messages : 103
Localisation : Ouest
Date d'inscription : 23/03/2006

MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Mar 18 Juil 2006 - 12:06

Bonjour,
un petit passage sous l'oeil de lumière.

On m'a enseigné autrefois, que les druides étaient enterrés assis, dans des sépultures privées et secrètes, avec leur barbe et quelques objets usuels. D'autres m'ont dit ensuite, qu'ils se pliaient aux conventions sociales pour le type funéraire. Mis à part les druides d'exception, si la mode était à la crémation ils étaient brûlés.
Monsieur Jules César ayant souvent confondus dans ses rapports les Gutuatres et les Druides, il a peut-être été à même voir occasionnellement la mise en tombe des premiers, certainement pas ( une forte présomption disons) des seconds.
Il y a donc fort peu de chance pour qu'un druide ait été enterré avec armes. Ce n'était pas des objets personnels et il n'en avait pas besoin pour traverser les mondes. Je suis intéressé d'apprendre qu'un bouclier est par déduction assimilée à une arme... Ses objets usuels étaient généralement son bâton, sa bourse d'herbes et de graines, ses objets rituels (dont l'épée si elle n'appartenait pas au clan*. Mais on pense qu'à sa mort il en faisait don), son écuelle... Petite sépulture discrète, son bâton ne devait sans doute même pas y tenir debout. Il y a fort à parier que la plupart de ces sépultures sont toujours protégées.
Les Druides présents sur ce forum ont-ils déjà réfléchi aux objets qu'ils souhaitaient voir les accompagner dans la mort ?
Il apparaîtrait cependant qu'une sépulture fut découverte il y a une dizaine d'années dans le centre de la France, et qui comportait quelques textes gravés dans des plaques de plomb ou alliage de plomb. Cette découverte passée sous silence : des écrits gaulois !!! quelle ineptie !!!, vous en avez peut-être entendu parler ? Ma mémoire parfois faillible ne veut plus me préciser le lieu ni la date.
* Aujourd'hui, chaque collège traditionnel, possède une épée de rituel. Peu de druides en possèdent une personnellement. D'autre part les déplacements avec une épée en fer, merci pour l'effort.

Toujours humble étudiant sous l'oeil de lumière, j'ai peut-être écrit des âneries ? pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Dim 17 Sep 2006 - 1:28

Auetos a écrit:
Et si les druides n’avaient pas eu de sépultures ?
Vu la place prépondérante que les druides avaient dans la culture celte, il est en effet étonnant de ne pas retrouver de sépultures de druides ou définies comme telle.

Deux hypothèses:
Peut être que les druides étaient incinérés ?
ou peut être que leur corps étaient confiés à la Nature ? Laissés aux corbeaux, animal psychopompe, tout comme l'ont fait certaines populations indo-iraniennes quand elles laissaient les corps des morts aux vautours (cette pratique se retrouve encore chez les Parsis en Inde). A ce sujet, j'ai déja lu que cette pratique de laisser le corps d'un mort aux oiseaux charognards pouvaient avoir été pratiqué par certains peuples celtes...
Revenir en haut Aller en bas
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Dim 29 Oct 2006 - 10:26

Je pensai, peut-être à tort, que ces "funérailles célestes", dont le raffinement spirituel apparaît peu au premier regard, étaient réservés aux seuls guerriers.

La plus ancienne représentation connue d'un guerrier celte, se trouve sur un vase d'origine étrusque, une jarre aujourd'hui conservée à Bonn (Akademisches Museum, n°1569). Sur la panse de ce grand vase décoré de peinture noire, avec les figures en réserve rose clair, daté de 340/320 av. è.v., se déroule un combat de cavaliers et de fantassins. Sous le cavalier central, gît un guerrier nu, étendu, avec un vautour perché sur la poitrine, prêt à lui déchirer les entrailles. D'autres vautours sont identifiables entre les combattants. L'examen des vaincus permet de reconnaître des Celtes dans les corps offerts aux oiseaux carnassiers.

Les auteurs gréco-latins reprocheront aux Celtes, comme ils l'avaient fait à l'égard des Perses, d'abandonner les cadavres des leurs sans sépulture. Pausanias, dans sa "Description de la Grèce", vers 180 ap. è.v., relatant les combats qui opposèrent les Hellènes aux Celtes d'Anatolie autour de Delphes, souligne leur insouciance en matière de sépulture : ils n'enlèvent pas les morts du champ de bataille, « Ils leur était bien égal qu'on donnât à ces cadavres un peu de terre ou que s'en repussent les bêtes sauvages et ceux des oiseaux qui font la guerre aux morts. » (X.21-6) Ceci était leur coutume, conclut Pausanias.

Silius Italicus, poète latin qui écrivait au cours des années 50 ap. è.v., décrit les mercenaires celtes qui accompagnèrent Hannibal dans la Deuxième Guerre punique. Son épopée se veut une chronique du conflit, mais aussi un vaste panorama des mœurs des peuples impliqués : « Ils sont venus aussi les Celtes, dont le nom est associé à celui des Ibères. Pour eux c'est une gloire de mourir au combat et il est sacrilège de brûler le corps de celui qui a connu une telle mort. Ils croient qu'ils seront transportés au ciel auprès des dieux, si le vautour affamé déchire leur dépouille gisante. » (Livre III, 340)

Plus loin, dans le livre XIII, Silius Italicus confirme cette coutume des Celtes d'Espagne : « En terre d'Ibérie, c'est là, dit-on, l'usage ancien, un vautour impur dévore les cadavres. » (XIII, 470)

Le sophiste Elien qui vivait à Rome, et décrivait le monde autour des années 200 ap. è.v., parle dans son ouvrage sur les animaux (Livre X-22) du caractère sacré du vautour : « Les Vachéens (qui sont un peuple du nord-est de l'Espagne) brûlent sur un bûcher les cadavres de ceux qui sont morts de maladie. Ceux qui sont morts à la guerre, et qu'ils considèrent comme des hommes nobles et de grande valeur, ils les abandonnent aux vautours qu'ils tiennent pour des animaux sacrés. »

Ces quelques témoignages nous montrent des Celtibères, en bons indo-européens, ayant conservé des rites funéraires qui ne sont pas sans rappeler ceux des mazdéens Iraniens.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dubicattos

avatar

Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 30/11/2006

MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Mar 29 Mai 2007 - 11:34

Il est, peut-être, intéressant de relever qu’en Inde les coutumes funéraires, dont les deux éléments principaux sont la crémation des défunts et le « rejet » des restes calcinés dans les eaux d’une rivière, ne connaissent qu’une exception à cette règle : les sadhu-s (ou yogi-s).

Ces ascètes errants, vivant en marge de la société, hors des castes et des lois, révérés de leur vivant par tous les Hindous, quelle que soit leur caste ou leur « inclinaison » religieuse continuent à être vénérés après leur mort et sont les seuls à recevoir une tombe, sur laquelle est souvent édifié un petit temple.
Leurs corps sont généralement inhumés dans une fosse en position assise… ce qui n’est pas sans rappeler certaines sépultures du second Age du Fer, notamment en Suisse Occidentale, ou des squelettes ont été retrouvés assis après avoir subit un traitement particulier de momification. De même l’absence d’armes ou d’autres attributs aristocratiques dans leurs tombes, et l’implantation d’un sanctuaire sur le site des inhumations, permettent de penser qu’ils étaient des « religieux » et que l’emplacement de leurs sépultures était consacré à leur « mémoire ».


Dernière édition par le Dim 3 Fév 2008 - 7:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Mar 29 Mai 2007 - 12:01

Cela est intéressant mais le problème est que, d’une part, les squelettes, du moins ceux des « gaulois assis » retrouvés à Acy-Romance, appartiennent tous à de jeunes gens et, d’autre part, qu’ils furent « sacrifiés ». C’est du moins ce que nous laisse penser l’état de leurs crânes. Percutés à coup de hache.

De fait je serais plus enclin à penser que contrairement à l’Inde, les druides devaient être incinérés et leurs restes déposés dans les eaux d’une rivière. D’où l’absence de sépultures dûment certifiées.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fergus



Nombre de messages : 503
Age : 55
Localisation : Gortona
Date d'inscription : 08/01/2006

MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Mar 29 Mai 2007 - 12:39

J'ai voulu "citer" un message d'Auetos et ajouter un commentaire, comme je le fais souvent. En envoyant mon post, il s'est retrouvé à la place du message cité (en troisième position dans ce fil), et sous la signature d'Auetos, non sous la mienne. J'ai préféré supprimer ce message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mor

avatar

Nombre de messages : 52
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Druides = nobles   Ven 8 Juin 2007 - 21:06

Bonjour, je pense que je suis partiellement d'accord avec Lejars et Perrin:

- Quand ils disent "Le naturaliste (Pline) affirme que les druides se distinguaient par leur tenue du reste de la population. Equipés de la fameuse « serpe d’or », ils auraient été vêtus de blanc, se démarquant ainsi des couleurs bariolées portées par la noblesse et du brun-roux couleur préférée des Gaulois." Là je ne suis pas d'accord, j'ai lu le texte, il décrit uniquement leur tenu pendant la "cérémonie". De nos jours le prêtre catho ne porte pas toute la journée sa jupette avec écharpe, mais uniquement pendant la messe.

- Quand ils disent : "En revanche, la mention par César de l’Eduen Diviciacos parlant devant le sénat « appuyé sur son bouclier », laisse penser que les druides étaient armés à la manière des nobles gaulois dont César relate les funérailles somptueuses." Là je suis d'accord avec eux.
Dans la Tain Bo on retrouve la même description des druides suivis par tout un cour, cette cour semble même être un droit/obligation en fonction du rang du druide qui lui est fonction de son savoir. Quand il se déplace c'est donc souvent avec 1 à 40 "élèves" et probablement des domestiques.
Alors quand Skandinat dit : "Mais on pense qu'à sa mort il en faisait don, son écuelle... Petite sépulture discrète, son bâton ne devait sans doute même pas y tenir debout", je ne suis pas d'accord non plus. Les druides étaient pour moi des gens puissants dans une société guerrière. Ils avaient un pouvoir politique considérable, des richesses (bijoux en or, armes, vêtements dans de beaux tissus...), et le prix de leur services étaient importants (on connait les prix des poèmes, les autres services devaient probablement être rénumérés de la même façon). En plus ils n'avaient peu/pas de frais d'entretien, car ils (druide + cour) étaient à la charge de leur hôte, et qu'un mauvais traitement ou logement aurait été considéré comme un insulte. Alors si on prend tout cela en considération je ne les vois vraiement pas "faire don de son écuelle" et se faire "enterrer dans une petite sépulture discrète". Bien sur je peux me tromper. geek
Je les imagine ayant un enterrement "public", incinéré ou entérré ou pourquoi pas laissé aux corbeaux selon les peuples et leurs coutumes. Car après tout ces façons ont été à la mode chez les différents peuples celtiques. Bien sur on a aucun description des enterrements des druides, mais personellement j'en connais pas des rois/reines non plus.


Auetos a écrit:
Cela est intéressant mais le problème est que, d’une part, les squelettes, du moins ceux des « gaulois assis » retrouvés à Acy-Romance, appartiennent tous à de jeunes gens et, d’autre part, qu’ils furent « sacrifiés ». C’est du moins ce que nous laisse penser l’état de leurs crânes. Percutés à coup de hache
Bon d'accord je sais que c'est aussi mon envi de rehabiliter les celtes qui parle, mais n'est il pas possible que ces jeunes ne soient pas des sacrifices? Je m'explique : il y a beaucoup de légendes celtes / romans du haut moyen age / vitae de saints, où le héros est décapité. Il y a donc effectivement une sensibilité réligieuse à ce phénomène ce qui semble palider en leur défaveur. Mais ne serait il pas possible tout simplement que tout (jeune) guerrier décapité ou ayant le crâne enfoncé pendant une battaille ait été considéré comme un "représentation" ou "victime" d'un dieu quelconque?? Et que leur cadavre aurait eu droit à un traitement spécial?? Est-ce que quelqu'un connait un exemple de ce genre chez d'autres peuples (ex mort d'une femme en couches; d'enfants noyés ou que sais je)?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Dim 10 Juin 2007 - 11:14

Mor a écrit:
Bonjour, je pense que je suis partiellement d'accord avec Lejars et Perrin:

- Quand ils disent "Le naturaliste (Pline) affirme que les druides se distinguaient par leur tenue du reste de la population. Equipés de la fameuse « serpe d’or », ils auraient été vêtus de blanc, se démarquant ainsi des couleurs bariolées portées par la noblesse et du brun-roux couleur préférée des Gaulois." Là je ne suis pas d'accord, j'ai lu le texte, il décrit uniquement leur tenu pendant la "cérémonie". De nos jours le prêtre catho ne porte pas toute la journée sa jupette avec écharpe, mais uniquement pendant la messe.

De nos jours, Mor … Et seulement depuis le Concile de Vatican 2 [du 11 oct. 1962 – 08 déc. 1965]. Regardez le Pape par exemple, ne porte-t-il pas la soutane du lever au coucher ? Et ses prélats ne sont-ils pas eux aussi vêtu de la sorte ? Et les prêtres dits « intégristes », que croyez-vous qu’ils portent chaque jour ?
 
De même les membres de la caste sacerdotale se devaient d’être, sinon vêtu, du moins arborer une couleur différente du commun des mortels. Voilà pourquoi je crois que les Druides, de la même façon que les Pythagoriciens avec lesquels ils sont constamment comparés, étaient vêtus de vêtements blancs et immaculés, et pas seulement lors des sacrifices rituels.
 
Je parle bien de vêtements, pas d’aube, de robe ou de je ne sais quoi …

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Dim 10 Juin 2007 - 11:35

Bernard Lambot peut, peut-être nous éclairer.
Dans son article : « Victimes, Sacrificateurs et Dieux », il nous dit :

Citation :
… C’est devant la grande construction, sur une vaste esplanade, qu’ont été découverts dix-neuf jeunes hommes inhumés, « roulés en boule », la tête entre les jambes, dans des fosses circulaires peu profondes et assez irrégulières. Les causes du décès ne sont pas connues en raison du fort arasement des sépultures et de la destruction des crânes ; seules quelques-unes étaient suffisamment bien conservées pour que la position du corps puisse être déterminée avec précision … C’est ainsi qu’il apparaît que chaque défunt a été placé dans une caisse, puis descendu dans un puits où il a séjourné le temps nécessaire (certainement défini) à l’écoulement des « humeurs » et à l’assèchement des tissus. Une fois remonté, il a vraisemblablement subi une phase de séchage dans un endroit sec et aéré, le rendant fragile et cassant ; c’est ce qui explique les pertes et les bris constatés sur les squelettes. La position des corps, l’absence totale de viatique et d’objet personnel, à tel point qu’il faut les imaginer nus ou légèrement vêtus, sont aussi spécifiques à ces défunts tout à fait particuliers.

Le squelette d’un autre jeune homme, mort dans des circonstances violentes puisqu’il a succombé à un coup de hache porté sur le temporal droit alors qu’il avait les mains liés dans le dos, a été retrouvé dissimulé le long d’une paroi de maison, enterré partiellement dans un silo. Il se trouvait agenouillé, penché vers l’avant lorsqu’il a été tué …

D’autres hommes, dont un adulte mature, ont bénéficié également d’un ensevelissement singulier. Ils sont trois, assis en ligne à 4 m les uns des autres, dans des fosses quadrangulaires de moins d’un mètre de côté parfaitement taillé. Là aussi, il ne fait aucun doute qu’ils ont été « momifiés » avant d’être disposés face au soleil levant. La perte de la totalité d’un bras pour l’un, de phalanges pour un autre, témoigne d’une exposition à l’air libre, probablement assez longue. C’est donc à l’état sec qu’ils ont été ensevelis et les corps ont gardé la position dans laquelle ils se sont desséchés. On ne peut qu’être frappé par la similitude des postures ; elle dénonce un maintien en position assise, le tronc évidemment maintenu à la verticale pour éviter un basculement vers l’avant. C’est la position du petit personnage aux grandes nattes, assis en tailleur, représenté sur une monnaie coulée des Rèmes, unique représentation en potin dans le nord de la Gaule.

Que peut-il y avoir de commun entre une vingtaine de jeunes adultes roulés en boule, inhumés sur une esplanade, devant un grand bâtiment surmontant un puits carré, un autre mis à mort d’un coup de hache puis inhumé partiellement dans un silo le long d’un bâtiment et trois adultes assis en tailleur au milieu d’une cour, regardant le soleil levant à côté d’un ensemble bâti particulier ?

Tous ont été inhumés à une période où l’incinération est la règle, de plus ils l’ont été dans des postures remarquables. Celles-ci résultent de la dessiccation des corps, dans une caisse descendue dans un puits pour les premiers et exposés attachés assis pour les trois derniers. Le dessèchement des corps, ou tout au moins un long délai entre la mort et l’incinération sur un bûcher, est maintenant démontré pour les individus bénéficiant d’une sépulture. On sait aussi que seule une frange supérieure de la population a droit à ce rituel et à une tombe au sein des cimetières bien souvent délimités par des fossés.
Mais les inhumés d’Acy-Romance, vingt-trois au total en moins d’un siècle, ont été ensevelis au sein du village après des traitements spécifiques, en des endroits privilégiés associés à des constructions particulières. Ces jeunes hommes représentent un pourcentage très important (30% environ des incinérations de la même période) sur une population au demeurant modeste. La question est celle-ci : qui sont-ils ?

B. Lambot pense que se sont des sacrifices humains. Pour lui, les « roulés en boule » sont des gens issus des classes serviles et probablement choisis parmi les esclaves, car leur nombre est incompatible avec un prélèvement dans une quelques familles dominantes ayant droit à l’incinération et à une tombe dans un cimetière.
Pour le dernier sacrifié d’un coup de hache, il ne pouvait provenir que de la population locale et avait été probablement capturé, échangé ou acheté.

Beaucoup de questions. Donc si ces jeunes gens ne sont « que » des esclaves sacrifiés, où peuvent être les sépultures des druides ?

Là encore B. Lambot a son idée. Ou aller chercher les auteurs de ces exécutions si ce n’est dans les cimetières ?

Citation :
Le statut de sacrificateur itinérant est difficilement concevable dans cette société gauloise si hiérarchisée, or quelques tombes bien spécifiques, fouillées dans les cimetières entourant le village gaulois d’Acy-Romance, répondent à ce que nous pouvons envisager pour de tels personnages. L’objet emblématique, de toute évidence, était la hache et plusieurs sépultures recèlent cet instrument, à perforation transversale et non à douille, dont une s’adapte parfaitement à la blessure crânienne du jeune sacrifié. A cela ajoutons de petits seaux, à garnitures de bronze ou de fer, qui ne peuvent être des ustensiles d’usage quotidien, mais aussi des poêles en bronze entrant habituellement dans le service à vin, des amphores, des ensembles d’outils mais aussi des panoplies complètes de guerriers : épée, lance, umbo de bouclier ; le tout plié, martelé, oxydé comme il est habituel sur les sanctuaires. A la spécificité du mobilier de ces tombes déjà suffisamment parlante, s’ajoute une chronologie relative parfaitement parallèle aux différents épisodes observés dans le village. La disparition de la hache dans les tombes les plus récentes, remplacée par un large et lourd couteau plus apte à l’égorgement et à la découpe de brebis est significative.
Ces données archéologiques nouvelles et majeures mettent en évidence, pour la première fois, l’existence, à l’époque gauloise, d’individus chargés de tâches bien particulières, où le service à vin et à libations, les armes, certains ustensiles comme la hache et le couteau, jouent un rôle primordial.
On ne peut y voir que les sacrificateurs indispensables pour la mise à mort ritualisée des hommes et des brebis, en fait des druides.

Fin de l’enquête : les druides se faisaient incinérer …



et inhumer …





image provenant du site http://www.les-ambiani.com

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saille
Femme-druide
avatar

Nombre de messages : 4
Localisation : Carnutes
Date d'inscription : 15/01/2006

MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Mer 20 Fév 2008 - 9:15

Bonjour,

Peut être une réponse à cette question :
http://www.catuk.org/excavations/stanway/doctor.html

Qu'en pensez-vous ?
/|\ Saille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.carnutes.com
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3786
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   Mer 20 Fév 2008 - 14:32


_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sépultures de Druides   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sépultures de Druides
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sépultures de Druides
» Mégalithes : lieux de culte des druides, autels sacrifices ?
» Le recrutement des druides
» L'or des Druides
» Les Druides, de Michel Raoult

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Le Druidisme :: Histoire / Archéologie-
Sauter vers: