forum consacré à l'étude du druidisme antique et contemporain.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Est-il temps ?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Matolitus
Druide


Nombre de messages : 1046
Date d'inscription : 27/07/2011

MessageSujet: Est-il temps ?...   Lun 30 Mar 2015 - 16:07

Au lendemain des élections départementales françaises et de toutes celles qui ont eu lieu auparavant depuis au moins 30 ans, au regard de ce qui se passe en Europe dans le même cadre, dans le monde et notamment en Inde avec l’élection de Narendra Damodardas Modi au poste de Premier ministre de l’Inde depuis le 26 mai 2014 èv, Matolitus se pose la question de savoir si, en France, la création d’un nouveau parti politique, sur le mode du parti hindou Bharatiya Janata Party (BJP) pourrait avoir lieu ?

Autrement dit est-il temps de fédérer et de réunir toutes les bonnes volontés, qui se réclament plus ou moins d’être celtes, en une organisation pour protéger notre patrimoine celtique face aux idéologies venues de l’étranger, comme le christianisme, l’islam, le capitalisme, le communisme, etc. ?

En effet quand je vois l’offre et le programme des partis actuels français, qu’ils soient de l’extrême-gauche ou de l’extrême-droite en passant par ceux de la gauche et de la droite, je me dis que c’est tout-à-fait normal que nous, Celtes, nous soyons dans la m…. Le coq gaulois est la parfaite illustration de la situation de nos pays : il chante alors qu’il est sur son tas de fumier !!! La solution est pour moi de tordre le cou à ce volatile, de le manger en civet, et de déblayer le fumier pour le mettre à composter afin d’offrir un terreau fertile pour le futur…

Autres questions connexes : cette organisation ne pourrait-elle  pas créer un concept identique ou approchant à celui de Hindutva – hindouïté ou indianité – et qui sous-tend des actions dans les domaines politiques, culturels ou religieux en Inde ? Ne pourrait-il pas prendre le nom de « Celtitude » ou « Celtité » ?

Petites infos sur l’Hindutva (d’après Wikipédia) :
L'Hindutva affirme la fierté d'être hindou, une fierté qui a été bafouée, d'après eux depuis le début des invasions musulmanes en Inde et qui n'a cessé de l'être durant l'Empire moghol puis le Raj britannique(voir Subhash Chandra Bose). Elle s'intéresse à tous les domaines de la société, avec la tentation de réécrire l'histoire du sous-continent au filtre de son idéologie.

Le cadre juridique et intellectuel
Selon l’Encyclopedia Britannica, l’Hindutva, est « une idéologie qui a cherché à définir la culture indienne en termes de valeurs hindoues ».

Dans un arrêt de 1995, la Cour suprême de l'Inde a décrété :
« Normalement, Hindutva est compris comme un mode de vie ou un état d'esprit et ne doit ne pas nécessairement être synonyme ou assimilé à un fanatisme religieux hindou (...). C'est une illusion et une erreur de droit que de supposer (...) que l'usage des mots Hindutva ou hindouisme représente en soi une attitude hostile à toutes les personnes pratiquant une religion autre que l'hindouisme (...). Ces mots peuvent très bien être utilisés dans un discours promouvant la laïcité ou mettant l'accent sur le mode de vie du peuple indien et de la culture indienne ou de son ethos, ou critiquant l'action de tout parti politique vue comme discriminatoire ou intolérante. »
La Cour voulait par là dénouer le lien que certains voulaient voir comme naturel entre les termes Hindutva ou hindouisme avec ce qu'elle qualifiait de « bigoterie religieuse hindoue fondamentaliste et étroite.

Cependant, dans la presse indienne de gauche, l'Hindutva s'identifie avec l'idéologie définie par le Rashtriya Swayamsevak Sangh, une organisation nationaliste hindoue. C'est ce sens d'Hindutva qui est traité dans le cadre de cet article.

Le credo de l'Hindutva
Les membres des partis qui suivent cette idéologie estiment que :
• Le sous-continent indien, incluant le versant sud de l'Himalaya et l'Hindū-Kūsh, le Pakistan, l'Inde, le Bangladesh et le Sri Lanka, y compris parfois l'Afghanistan, est la patrie des hindous.
• Sont considérés comme « hindous » ceux dont la religion est indigène à l'Inde. Ceci inclut les bouddhistes, les jaïns et les sikhs aussi bien que ceux communément appelés hindous.
• Les « hindous » ont été, au cours de l'histoire, opprimés sur leur propre terre par les forces d'invasion des musulmans et des chrétiens.
• Les « hindous » sont devenus faibles sous l'influence du colonialisme britannique et de la pensée marxiste.
• Un État « hindou » doit être instauré pour protéger les « hindous » sur leur propre territoire.

Rapport avec les autres religions
L'Hindutva a toujours été profondément anti-communiste, anti-marxiste, décrivant les communistes comme des gens qui nient ou manipulent la vérité. Certains considèrent que l'Hindutva est anti-musulman et anti-chrétien.

Par contre les membres de l'Hindutva soutiennent l'État juif d'Israël, Vinayak Damodar Savarkar lui-même ayant défendu Israël durant sa formation. Le RSS soutient la politique israélienne et se déclare ouvertement pro-Israël.

Au niveau officiel, les penseurs de l'Hindutva préconisent de favoriser une « citoyenneté hindoue », qu'ils considèrent comme permettant l'« unité dans la diversité », par rapport à qu'ils conçoivent comme un communautarisme musulman et chrétien : les Indiens chrétiens et musulmans sont invités à adhérer à l'Hindutva (au BJP, RSS, VHP, etc.), en principe sans discrimination ni traitement spécial (et sans abandonner leur religion), l'« hindouïté » n'étant pas la religion hindoue au sens strict, mais l'acceptation et le respect de la culture indienne originelle sous toutes ses formes.

L'Hindutva critique sévèrement la laïcité telle qu'elle est pratiquée en Inde, qu'il appelle un pseudo-sécularisme, car au lieu de traiter tout le monde de façon identique, il crée des normes différentes pour les hindous, les musulmans et les chrétiens (voir Droit en Inde). Il refuse ce qu'il voit comme la tentative impossible et fallacieuse de créer un système « séparés-mais-égaux » ; certains y voient même une manipulation électorale du Parti du Congrès. L'idée d'un code civil uniforme, qui ôterait les dispositions spéciales prévues pour les musulmans et les chrétiens dans la Constitution, est l'un des chevaux de bataille de l'Hindutva.

L'Hindutva se considère comme un mouvement politique laïc, selon sa propre conception, qui voit l'hindouisme en tant que substrat culturel étranger à tout credo exclusiviste : « Au contraire [du Coran], l'hindouisme est une religion basée à 100% sur la laïcité où nous respectons toutes les confessions. »
Ses partisans affirment que dans une démocratie laïque, cela n'a pas de sens de permettre aux musulmans, par exemple, d'avoir plusieurs épouses tout en l'interdisant aux hindous. Les musulmans reçoivent une aide pour leur permettre d'effectuer leur pèlerinage à La Mecque, alors que rien n'est accordé aux hindous pour les aider dans leurs propres pèlerinages. Les chrétiens, de même, suivent une règle différente, et qui leur est particulière, concernant le divorce. De plus, l'amendement à la constitution indienne, destiné à contourner le jugement de la Cour Suprême, accordé sous la pression des fondamentalistes islamiques exaspère les partisans de l'Hindutva. Les lois amendées, plus en accord avec la Charia, annulant le droit que les femmes divorcées avaient auparavant.

La question des différents statuts personnels en fonction de la religion (voir droit en Inde ; bien que le mariage civil existe) fait débat; certains le soutiennent en affirmant que cela adapte le droit à la diversité ethnique et religieuse considérable des Indiens, tandis que plusieurs Hindutvadis et non-Hindutvadis affirment qu'un droit personnel fondé sur la religion augmente encore la désunion au sein des communautés religieuses importantes de l'Inde. La question de savoir si certains des citoyens peuvent recevoir des avantages civils et financiers basés sur leur appartenance cultu(r)elle est permanente en Inde.

Le mouvement Hindutva commença à étendre largement son audience parmi la classe moyenne hindoue après 1989, à la suite du départ de 400 000 kashmiri hindous, connus généralement comme les pandits kashmiri – communauté dont est issue d'ailleurs la famille Nehru – de la vallée du Cachemire sous la pression des fondamentalistes islamiques.
Le travail social

Les associations proches de l'Hindutva sont souvent actives dans les zones de catastrophes naturelles, par exemple lors du tremblement de terre du Goujerat en 2001. Elles coordonnent aussi des programmes éducatifs et de santé publique auprès des communautés tribales, dont certaines n'ont pas été hindouisées au cours des siècles, et ce à travers toute l'Inde.


Si d’aventure les druides décidaient de cautionner et de soutenir les personnes qui seraient intéressées pour se lancer dans un tel projet, eh bien je me dis que cela éviterait à bien de nos concitoyens de se fourvoyer à voter, voire à se présenter sur des listes dont les chefs et les leaders sont nos plus farouches ennemis, qu’ils se réclament de la laïcité, du scientisme ou de la « sainte mère église catholique ». Comme point de repère pour baliser un tel projet, nous avons la création du BJP, coalition de partis régionaux indiens formant la National Democratic Alliance (NDA) en 1980, son arrivée au pouvoir de 1996 à 2004, et de nouveau en 2014, avec, entre temps, la mise en laboratoire de l’Hindutva dans l’état du Gudjarat. Bref tout le contraire d'une éternité !

A méditer et à débattre…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artio's
Druide
avatar

Nombre de messages : 669
Age : 52
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 31 Mar 2015 - 12:33

Puisque le débat est ouvert ... Je ne sais pas, si je transpose en des termes locaux, la réalité change ... Cela donnerait ceci (en exagérant) ...

Le credo de la celticité
Les membres des partis qui suivent cette idéologie estiment que :
• Le continent européen occidental, incluant la partie nord-ouest de l'Espagne et le Portugal, les Royaumes-Unis, l'Irlande, la France, l'Allemagne Rhénane, les Alpes, l'Autriche, la Tchéquie et la Slovaquie, y compris parfois la Hongrie, la Bohème, la Serbie et la Slovénie, est la patrie des celtes.
• Sont considérés comme « celtes » ceux dont la religion est indigène à l'Europe occidentale. Ceci inclut les druides, les wiccans et les cultes préceltiques aussi bien que ceux communément appelés celtes.
• Les « celtes » ont été, au cours de l'histoire, opprimés sur leur propre terre par les forces d'invasion des romains et des germains
• Les « celtes » sont devenus faibles sous l'influence du colonialisme romain et de la pensée capitaliste.
• Un État « celte » doit être instauré pour protéger les « celtes » sur leur propre territoire.

Rapport avec les autres religions
La celticité a toujours été profondément anti-communiste, anti-capitaliste, décrivant les uns et les autres comme des gens qui nient ou manipulent la vérité. Certains considèrent que la celticité est anti-musulmane et anti-chrétienne.

Cela vous rappelle-t-il quelque chose ?

L'histoire nous apprend qu'un peuple vaincu doit trouver sa voie dans l'identitaire s'il ne veut pas se dissoudre complètement dans les cultures dominantes. D'autres questions s'y ajoutent comme ... Peut-on encore parler d'un peuple celte ou d'une culture celte ou peut-on parler d'une coexistence de peuples indo-européens germaniques, celtes et slaves ? L'hindouisme étant moins dilué en tant qu'idéologie religieuse et ethnique, n'est-il pas plus proactif en réaction aux infiltrations idéologiques de grands blocs périphériques ? L'idéologie colonialiste et impérialiste n'est-elle pas justement issue du monde occidental ? L'idéologie religieuse chrétienne hier et l'idéologie musulmane aujourd'hui n'ont-elles pas justement pris essor en son sein, exprimant ainsi son goût laxiste pour la tolérance identitaire ?
Il y a d'abord un gros nettoyage personnel à faire avant de se positionner vis-à-vis d'une infiltration extérieure comme le font les hindous.
Le Saint-crétinisme occidental est tout aussi condamnable que ceux des russes, des américains, des mahométans, pensant vouloir professer au monde sa conduite.
Je pense qu'avant de reprendre le bâton du croisé, il s'agirait de toucher la sensibilité identitaire du celte commun, pour d'abord lui permettre de se remettre en question, et seulement ensuite il pourra faire preuve de tolérance autant que l'exiger d'autrui. N'oublions jamais que l'indoeuropéen est un envahisseur par nature, comme d'autres et qu'avant de se positionner en victime, il faut pouvoir le faire en tant qu'oppresseur.
Alors dans nos rituels, j'ai bien entendu "pour la Celtie renaissante". J'entends bien, mais de quel ordre est-elle ?
Et si elle est d'ordre identitaire, comment la revendiquer si elle est voilée ?

IL est tout de même étrange de constater ce réveil hindouiste, au moment juste où son essor économique dépend du capitalisme croissant, justement opposé au bloc de l'Est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 31 Mar 2015 - 14:52

Tu te lances en politique moios Brater Matolitus ?

Bon courage…

Bien que je comprenne (du moins je l’espère) le sens de ton appel, je suis (pas dans son intégralité, mais presque) assez d’accord avec le point de vue de notre ami Artio’s qui veut que ce qui est possible là-bas ne le soit pas – dans les mêmes termes – ici.

Le combat n’est pas du tout le même. Là-bas la guerre est ethno-religieuse. Point de salut en dehors de l’Hindouisme. Celui qui n’est pas hindou n’est pas indien. Voilà ce qui est dit ! Penses-tu vraiment, moios Brater, qu’ici nous soyons dans la même approche ?

Je te rappelle que religieusement parlant nous ne sommes rien, alors quel poids pouvons-nous avoir en politique ? De plus, si là-bas les Swami-s sont tous du même bord, ici ce n’est pas du tout vrai. A chaque druide, sa tendance qui va d’une extrême à l’autre. Alors comment et autour de quoi pourrais-tu nous réunir sans nous détruire ?

Et puis, moios Brater, nous ne sommes même pas capable, nous, « druides », de  nous rassembler autour de quelques points communs, de durer au-delà d’une année, de pérenniser… alors penses-tu que nous aurions plus de chance si ce nouveau rassemblement, ce parti, se veut politique ?

La vérité je vais la dire.
Le temps n’est pas venu,
nous sommes nus,
il faut d’abord nous bien vêtir.

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
SoK

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 24
Localisation : Pagus Parisii
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 31 Mar 2015 - 17:50

Comme chantait Glenmor, "il est temps, Bretons, de commencer le combat du pays ; il est temps d'épousseter l'âtre et de dégager le sillon".

Ceci étant, d'une part il me semble comme Auetos qu'il serait fortement prématuré de donner une forme de parti à ces revendications (sauf en Bretagne, et là encore les succès sont mitigés). D'autre part, l'Hindutva est un concept large qui comprend tout à la fois des Tamouls, des Kashmiri, des Bengali, des Népalais, des groupes tribaux, ... qui ont des cultures fort différentes bien que partageant certains traits communs. De sorte qu'il me semblerait plus pertinent que l'équivalent de l'Hindouïté soit l'Europisme. J'avais quelques notes éparses sur le sujet, seule l'introduction du projet de manifeste a été rédigée et a donné cela : https://1tierschemin.wordpress.com/2014/12/12/indigene-et-europeen-une-absurdite/. A noter qu'il existe bien un Congrès Européen des Religions Ethniques, qui me semble être une bonne base dans une premier temps pour porter des revendications et nouer des liens solides avec de véritables indigènes conscients des devoirs qu'ils ont vis-à-vis de leur héritage.

Finalement, cela rejoint aussi (me semble t-il) ce dont je parlais ici : http://druuidiacto.forumculture.net/t657p15-comment-se-nomment-les-pratiquants-du-druidisme. Pour moi et mon clan, le Gaulois, peu importe son adhésion ou non aux doctrines (néo)druidiques, chrétiennes, scientistes, ... est celui qui respecte les trois devoirs primordiaux : pratiquer l'hospitalité, tenir ses serments, et respecter notre terre sacrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1tierschemin.wordpress.com
Morgwen

avatar

Nombre de messages : 211
Localisation : Entre Anjou et Bretagne
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Dim 5 Avr 2015 - 11:29

Bonjour,

Vraiment, lorsque je vois en ce moment ce qui se passe chez les Verts pale (et pas que chez eux), je suis de plus en plus dépitée de tout ce qui est partis politiques...

Tout ceci m'amène donc à souhaiter que tout ce qui est politique reste le plus éloigné possible du domaine spirituel. Déjà beaucoup trop de divisions et de divergences, inutile d'en rajouter.

C'est un peu comme avec ses proches ou son entourage amical, mieux vaut souvent (et je le dis par expérience!) éviter les sujets trop politisés, car cela risque de mener à se brouiller.

Ceci n'est que mon humble avis et ma manière de percevoir les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bledoorgetos

avatar

Nombre de messages : 234
Localisation : Auernia eti brogio Conuenōn
Date d'inscription : 02/12/2014

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Dim 5 Avr 2015 - 13:30

Auetos a écrit:
Tu te lances en politique moios Brater Matolitus ?


La vérité je vais la dire.
Le temps n’est pas venu,
nous sommes nus,
il faut d’abord nous bien vêtir.


J'ai souvent un fantasme proche de celui de Manolitus, non pas que nous fassions de la politique au sens strict mais que nous manifestions pour être visible en tenues gauloises - mais ça risque d'être pris pour de la reconstitution historique.

Le BJP, le parti hindouiste, se fait remarquer par ses massacres de Chrétiens, assez minoritaires dans le nord pour qu'on puisse les massacrer sans provoquer de guerre civile.

En ce qui concerne les musulmans la haine du BJP envers eux est encore plus grande mais le moindre dérapage donne six mois de guerre civile sur quatre ou cinq états.

Il faut voir que le projet de Gandhi était l'indépendance de toute l'Inde, or dès le départ ali Zina a voulu un Pakistan séparé réservé aux Musulmans et en a expulsé les Hindouistes.

En réponses divers états hindous ont expulsé les Musulmans.

Bref, le fanatisme d'ali Zina a donné à l'Inde de fait un caractère exclusivement hindouiste qu'elle n'avait pas auparavant et qu'elle n'a pas totalement puisque le Kerala est à majorité chrétienne jacobite.


Que ça plaise ou non, l'identité indienne est très liée à l'Hindouisme au moins culturellement.


Pouvons-nous dire que l'identité française est liée à notre religion ?

On va nous renvoyer dans la gueule, les uns que la France est chrétienne, fille aînée de l'Eglise,
les autres que la  France est laïque - confondant ainsi un simple principe politique en identité -


La France, le nom vient des Francs, est mythiquement née par le baptême de Clovis - qui ne parlait pas français puisque la langue n'existait pas encore - mais peu importe, c'est à la fois le mythe national et il y a quelques réalités franques qui sont restées :

- Clovis a choisi Paris comme capitale (alors que la très grande ville du coin était Orléans mais Orléans était pleine de Gaulois, il a préféré une "île de France" c à d un territoire de population exclusivement franque en cas de révolte.)

- il a étendu sont royaume jusqu'aux Pyrénées et à la Provence inclue.

Bref il ne lui manquait que quelques territoires du NE pour tenir la France actuelle : Lorraine, alsace, Bugey, Savoie.



autrement dit nous pouvons seulement revendiquer une identité gauloise credimara.


ça nous amènerait à commencer toute action politique par la démonstration (faite par tous les historiens et reprise à la télé par Eric Zemmour) que le nom France est aussi absurde pour notre pays que le nom Russie pour un autre (les Rhus étaient des Scandinaves et ce sont les vaincus slaves qui ont fini par imposer leur langue).

Bref nous devrions proposer de renommer le pays "la Gaule" ce qui me convient parfaitement personnellement mais :

- on nous fera valoir que les Gaulois qui ont assimilé linguistiquement les Francs, les ont assimilés au latin et pas au gaulois et qu'on pourrait aussi bien s'appeler la Romanie ou la Romainie.

- l'immense majorité des gens sont affectivement liés aux mots "France" et "Français" - ce qui n'est pas mon cas, je me suis toujours senti Gaulois même lorsque j'étais Chrétien - mais je suis un peu seul dans ce sentiment.

Bref nous ne pouvons que réclamer une petite place à côté de l'identité chrétienne,

et encore nous sommes trop peu nombreux pour le faire dès maintenant avec une chance d'être entendus du plus grand nombre.

Notre allié pour être acceptés est la déchristianisation, mais dès qu'on parle d'identité nationale l'identité "chrétienne" revient en force même chez les athées les plus féroces (je pense entre autres à alain Soral qui voudrait faire du Catholicisme la religion officielle pour lutter contre le Judaïsme. D'autres ont un peu la même idée pour lutter contre l'Islam)

Bref, nous avons intérêt à être prudents avec la notion d'identité par rapport à notre religion.

Les fadas qui sont païens par racisme "européen" ont choisi heureusement la religion scandinave et se saluent par des "Heil Odhin !" (sic !) même s'ils sont d'origine gallo-romaine, ce qui est une chance pour nous.

Certains vont jusqu'à se dire "socialistes-nationaux" parce que s'ils le disaient dans l'autre sens ils tomberaient sous le coup du Code Pénal.

Ne les attirons pas chez nous.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dubrinertos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 497
Age : 65
Localisation : Pays santon
Date d'inscription : 10/12/2009

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Lun 6 Avr 2015 - 18:52

deux extraits donnés à votre réflexion :

« Les druides ont du jouer un rôle prépondérant dans l’expression gauloise du politique. L’association constante chez eux des questions philosophiques, morales et religieuses avait produit une conception des règles de la vie en société qui se rapprochait, par bien des aspects, de ce que les Grecs ont inventé, l’art de gouverner. C’est certainement à leur influence qu’il faut attribuer les réticences des Gaulois à toute forme de monarchie et de tyrannie. Ces dernières n’ont pu être jugulées que par la mise en place de contre-pouvoirs, de nature aristocratique certes, mais suffisamment diversifiés pour assurer la défense de tous les citoyens, ceux de la plèbe notamment. César, reprenant Poseidonios, écrit à propos des partis : « il y a là une institution très ancienne qui semble avoir pour but d’assurer à tout homme de la plèbe une protection contre plus puissants que lui : car le chef de faction défend ses gens contre les entreprises de violence ou de ruse et, s’il lui arrive d’agir autrement il perd tout crédit. » Si l’on en croit ces deux auteurs qui, sur ces points, méritent toute notre confiance, un tel système suppose que tout citoyen, même le plus humble, devait appartenir à une faction. Plus ou moins directement, chacun devait participer à la vie politique. Cela nous éloigne considérablement de l’image caricaturale des Gaulois, barbares toujours prêts à suivre le dernier à avoir parlé. »

Jean-Louis Brunaux. Les Gaulois. Guide Belles Lettres.

et :

« Nous apprenons par Tacite que les Druides continuaient à jouer un rôle actif d’agitateurs en Bretagne à l’époque de l’insurrection de la reine Boudicca dans les années 60-61 après JC, sous le règne de Néron, lorsque le gouverneur romain Paulinus attaqua la forteresse sacrée des Druides sur l’île d’Anglesey. L’influence des druides bretons, souvent considérée être le foyer du nationalisme celtique, est fréquemment citée comme l’un des facteurs majeurs ayant décidé la gouvernement romain à conquérir la Bretagne. En 69 après JC, l’ « année des quatre empereurs « , alors que Rome était, à la mort de Néron, en proie à de graves conflits politiques pour assurer la succession impériale, les druides entreprirent opportunément d’inciter les tribus gauloises à une insurrection générale. »

Miranda Green, Les Druides. Editions Errance

Il est également plus que probable que quand Jules César en Gaule, multiplia les exactions (cf la décapitation du Sénon Acco « chef de la conjuration des Sénons et des Carnutes »), les druides réagirent. Et c’est sans aucun doute leur Assemblée qui tira de l’ombre Vercingétorix. Proclamé roi des Arvernes, il réunira en quelques mois toutes les forces politiques et militaires des tribus celtiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lamainrouge.wordpress.com/
Morgwen

avatar

Nombre de messages : 211
Localisation : Entre Anjou et Bretagne
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Lun 6 Avr 2015 - 21:14

Oui c'était à l'époque "où le druide parlait avant le roi", où les druides tenaient un rôle "politique" au sens noble du terme, où Diviciacos jouait le rôle d'ambassadeur, etc. mais notre contexte n'est plus celui-ci...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 7 Avr 2015 - 15:57

Morgwen vous m’enlevez les mots de la bouche… ça c’était avant ! Aujourd’hui qu’en est-il ? Nous, druides, nous ne sommes plus que des citoyens lambda sans aucune autorité politique… ni même religieuse Sad

Aujourd’hui, comme je l’ai dit précédemment il y a autant d’étiquettes politiques qu’il y a de druides et tous croient dur comme fer qu’en faisant confiance et donc en votant pour leur candidat, ils travaillent à l’embellissement de la patrie. Mais voilà, ce qui est juste, bon et bien pour un druide ne l’est pas pour l’autre. Dans de telles conditions quel serait le candidat derrière lequel nous pourrions tous marcher mains dans la main ? Aucun !

Encore ce matin sur une chaine de la T.N.T. j’ai entendu un politique dire qu’il fallait que tout un chacun, c’est-à-dire les chrétiens, les juifs et les musulmans, puisse vivre sa religion dans de bonne condition… il n’a même pas prononcé le mot païen. Pourquoi le ferait-il, il ne sait même pas que nous existons.

D’ailleurs je vous mets au défi de me trouver un seul(e) canditat(e) parlant de nous, se préoccupant de nous et se mobilisant pour nous. Le jour où vous le trouverez dites-le-moi vite, je ressortirais ma carte d’électeur et voterais pour lui… en attendant je la garde bien au chaud dans mon portefeuille.

Même si l’un de nous, un druide contemporain, venait à créer un parti politique, je ne crois pas que toute la mouvance néo le suivrait… les uns le soupçonneraient d’être trop à gauche, les autres trop à droite et d’autre encore pas assez au centre. Non, décidemment non, je ne pense pas que nous puissions faire quoi que ce soit sans, au préalable, être une réelle force religieuse. Et la aussi, le chemin est encore long… très long.

Une chose que nous pouvons faire, et cela je le dis depuis des années, c’est prendre position sur des sujets sociétaux comme la fin de vie, la bioéthique, mais aussi le communautarisme, l’immigration, la laïcité, etc. Là oui. Le jour ou nous proposerons quelque chose de construit à la face du monde, on nous regardera différemment, on nous écoutera d’une autre façon. En clair on nous prendra au sérieux… pour l’instant « nous sommes nus ».

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
SoK

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 24
Localisation : Pagus Parisii
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 7 Avr 2015 - 17:50

Il est évident que tout druide accompli se doit d'avoir un point de vue sur les différents sujets de société que vous citez, Auetos, et qu'il se doit également d'en débattre avec ses confrères pour s'assurer de sa cohérence.

Ceci étant, j'avoue que je suis bien plus naturellement porté sur les actes que sur les opinions, particulièrement comme (lorsque vous le mettez si bien en avant) nos opinions ont un impact proche de zéro dans l'état actuel des choses. Or, notre éthique s'applique t-elle uniquement aux "grands sujets de société", donc à un désir de changer les lois ? N'a t-elle pas aussi et même encore davantage vocation à guider nos actes dans le cadre des lois en vigueur ? Si le druidisme, avec des arguments tels que "pas de politique" ou "nous sommes au XXIème siècle" peut se permettre de laisser à l'initiative individuelle ou aux organismes déjà existants (athées, chrétiens, ou musulmans) le soin de préserver nos cours d'eau et notre mère Talantio, ou de redistribuer équitablement les richesses conformément à nos coutumes, c'est que le syndrome du robinet d'eau tiède n'est pas encore guéri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1tierschemin.wordpress.com
Artio's
Druide
avatar

Nombre de messages : 669
Age : 52
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 7 Avr 2015 - 18:35

SoK a écrit:
Il est évident que tout druide accompli se doit d'avoir un point de vue sur les différents sujets de société que vous citez, Auetos, et qu'il se doit également d'en débattre avec ses confrères pour s'assurer de sa cohérence.

Ceci étant, j'avoue que je suis bien plus naturellement porté sur les actes que sur les opinions, particulièrement comme (lorsque vous le mettez si bien en avant) nos opinions ont un impact proche de zéro dans l'état actuel des choses. Or, notre éthique s'applique t-elle uniquement aux "grands sujets de société", donc à un désir de changer les lois ? N'a t-elle pas aussi et même encore davantage vocation à guider nos actes dans le cadre des lois en vigueur ? Si le druidisme, avec des arguments tels que "pas de politique" ou "nous sommes au XXIème siècle" peut se permettre de laisser à l'initiative individuelle ou aux organismes déjà existants (athées, chrétiens, ou musulmans) le soin de préserver nos cours d'eau et notre mère Talantio, ou de redistribuer équitablement les richesses conformément à nos coutumes, c'est que le syndrome du robinet d'eau tiède n'est pas encore guéri.

Je pense qu'Auetos fait sagement un constat, non un vœu. D'expérience, il sait qu'il ne faut pas mettre le charrue avant les bœufs.
Aussi ne faut-il avoir de prétention que de potentiel. Et ce dernier ne demande encore qu'à croître. Que pouvez-vous saisir si votre bras n'est pas guéri ? Quelle chorale peut chanter avec un soliste ? Et quelle oreille peut vous entendre si d'abord, elle n'est plus accoutumée à votre son, et si ensuite vos sons sont discordants ?

Autrement, pour ne pas commettre les mêmes erreurs du passé, ou avoir des discours similaires à ce que nous "condamnons", il  serait préférable d'augmenter la qualité du son plus que sa puissance pour atteindre l'auditoire. Il est bon alors d'étudier de manière similairement critique notre culture que celles d'autrui. Il est bon d'apprendre et de désapprendre.  C'est bien au départ du peuple que devra se reconstruire la conscience collective traditionnelle à travers un chorus unifié et fort : au peuple et où il se trouve, dans son quotidien, dans sa place. Et le peuple en retour, rendra autorité. C'est chose méritoire.
Et pour atteindre, il faut s'améliorer, croître en grandeur et en nombre.

Nous voyons très bien ce que causent les idéologies extrêmes et cloisonnées. Il y a dans l'esprit celte une capacité à la multiplicité conceptuelle, chose que nous ne risquerons pas de gâcher dans des engagements oppositionnels cloisonnés. Nous condamnons TOUTE forme d'extrémisme, et nous désirons renforcer chaque individu afin qu'il refuse l'inacceptable courageusement et cela sans tomber dans le même piège.

Nous pensons que la confrontation et l'intolérance de principe sont des obstacles au renforcement idéologique ; mais la revendication d'une culture, d'une tradition, d'une terre passent d'abord par l'éducation et la célébration à travers le peuple, qui alors forme un écran naturel à l'invasion quelle qu'elle soit. Chaque temps à son lot d'efforts et celui-ci est au re-rayonnement traditionnel de sagesse. C'est la mission des sacerdotes d'aujourd'hui de réveiller, non les armes mais les esprits.

Quand nous y serons parvenus, ou nos suivants, il sera temps de revenir à ces questions suspendues dans le temps. Est-il grand temps ? Oui, mais de quoi ? N'oublions pas ces questions, mémorisons-les, mais ne leur laissons pas prendre tout l'espace de nos interrogations. Chaque chose en son temps. Il en est temps. Et le druide agit hors temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dubrinertos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 497
Age : 65
Localisation : Pays santon
Date d'inscription : 10/12/2009

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Ven 10 Avr 2015 - 16:49

défi relevé : Pour citer à Auetos un personnage (homme politique candidat à l'élection présidentielle) qui, au moins, savait ce qu'avait pu être un druide : Dominique de Villepin, en 2006, avait déclaré «Mes références, ce sont les druides» ... ça s'était arrêté là, bien sur ... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lamainrouge.wordpress.com/
Auetos
Druide C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 3758
Localisation : P.A.C.A. (83)
Date d'inscription : 02/01/2006

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Sam 11 Avr 2015 - 12:00

« Vous, votre référence c’est le roi. Moi, ce sont les druides ». Oui,  Laughing  hahaha ! Je l’avais oublié celle-là. Une petite phrase lancée à la figure d’un journaliste qui lui avait rappelé (reprenant une de ses phrases) que la France n’avait pas « vingt siècles d’Histoire ».

Cette « référence » est pour le mieux historique mais surement pas politique et encore moins religieuse.

Alors non, non, le défi ne fut pas relevé… bien tenté quand même  Wink

_________________
٨٧٤٦٥۶
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.celtiacon-certocredaron-credima.gandi-site.net/
Maria-Uindauelia
Credimara C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 277
Age : 40
Localisation : Haute Garonne
Date d'inscription : 07/12/2013

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Ven 17 Avr 2015 - 11:50

Morgwen a écrit:

Tout ceci m'amène donc à souhaiter que tout ce qui est politique reste le plus éloigné possible du domaine spirituel. Déjà beaucoup trop de divisions et de divergences, inutile d'en rajouter.

Je suis bien d'accord et je dirais même que tout ce qui est spirituel reste le plus éloigné du domaine politique. Je ne dis pas ici que les hommes politiques ne doivent pas avoir de spiritualité.
Il n'y a pas si longtemps, nous avons décidé de séparer la religion du pouvoir politique et c'est justement pour de bonnes raisons... et inutile de vous citer toutes les entraves à la Liberté et aux Droits de l'Homme que peut provoquer, encore aujourd'hui, cet amalgame! Dans ce domaine, le rôle de la politique n'est pas de parler de religion mais du "savoir bien vivre tous ensemble avec nos différences". Alors, pourquoi vouloir régresser?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SoK

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 24
Localisation : Pagus Parisii
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Ven 17 Avr 2015 - 12:39

D'un autre côté, si les Romains, puis les chrétiens, ont interdit nos cultes indigènes, c'était aussi avec de "bonnes raisons", non ? Donc pourquoi vouloir "régresser" ? Sans même parler des miracles des OGM et de tant d'autres fantastiques progrès qui avaient leurs "bonnes raisons".

Évidemment, ne serait-ce que d'un point de vue tout à fait pragmatique, il est de bon ton de se conformer à la laïcité à géométrie variable en vigueur actuellement, et totalement contre-productif de militer pour une quelconque forme de théocratie. Pour autant, si nos traditions ne s'impliquent pas dans la vie de la cité, elles ne sont qu'une sympathique fantaisie visant à apporter un "supplément d'âme" à notre consumérisme et à graisser en coulisse les rouages de la société du spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1tierschemin.wordpress.com
Maria-Uindauelia
Credimara C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 277
Age : 40
Localisation : Haute Garonne
Date d'inscription : 07/12/2013

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Ven 17 Avr 2015 - 15:34

SoK a écrit:
D'un autre côté, si les Romains, puis les chrétiens, ont interdit nos cultes indigènes, c'était aussi avec de "bonnes raisons", non ? Donc pourquoi vouloir "régresser" ? Sans même parler des miracles des OGM et de tant d'autres fantastiques progrès qui avaient leurs "bonnes raisons".

Manifestement Sok, tu n'as pas compris ce que j'ai ecrit et même tu l'as mal interprété. Je pense que les idées religieuses n'ont pas leur place dans la politique d'un pays. Je n'ai nommé aucune religion particulière et je suis bien au courant des méthodes d'évangélisation et leurs raisons inventées par des dirigeants intéressés. D'ailleurs, il existe une théorie qui dit que les religions monothéistes ont été inventées à des fins politiques. L'Histoire nous montre que lorsque la religion se mêle de la politique elle est un frein au développement des pensées et à la critique scientifique. Même si notre druuidiacto credimi est tout à fait louable au respect des libertés et des croyances de chacun, je ne voudrais en aucun cas l'imposer à qui que ce soit et il y aura toujours des fanatiques extrémistes, peu importe leur bord, avec tous les dangers qu'ils peuvent apporter.  La spiritualité est une affaire personnelle, la voix d'un peuple est une affaire collective. Et oui, la laïcité est une des valeurs de la République en vigueur dans notre pays. C'est cette même République qui garantit nos droits et notre liberté, ce qui fait toute la différence avec la dictature, la monarchie et autres formes de féodalité. De plus, je n'ai jamais dit que tous les progrès étaient bons à prendre et sûrement pas les OGM ou la bombe nucléaire tant qu'on y est (je ne vois pas ce que ça vient faire là). Gare aux interprétations et aux raccourcis mal tournés!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SoK

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 24
Localisation : Pagus Parisii
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Sam 18 Avr 2015 - 0:30

J'ai sans nul doute été un peu brusque moi-même (ce n'est pas une excuse valable, mais la pause de midi n'est guère propice à ce type de débats).

Je mettais juste en évidence le fait que si le fait que les réformes laïques qui ont eu lieu en France sont pour toi un progrès positif, la chose ne l'est pas forcément de manière absolue. Tu as parfaitement le droit de le penser, d'autres ont droit de penser autrement. Je n'ai pas l'impression que le système politico-religieux de l'Allemagne ou de l'Islande soit particulièrement liberticide (1% du revenu obligatoirement prélevé et affecté à une organisation religieuse ou à des œuvres de charité non-confessionnelles) ; et ce dernier a permis le début des travaux pour un temple à côté duquel même les magnifiques tegesa d'Auetos et de Matolitus font pâle figure.

Si mes propos ont laissé sous-entendre que j'étais en faveur d'imposer le druuidiacto credimi (ou quelque doctrine que ce soit), je te prie de m'excuser pour ma maladresse.

Ceci étant, oui, je suis clairement en faveur du fait que chaque "credimaros" joue son rôle de citoyen (donc, intervienne dans la vie de la cité, donc fasse de la "politique", même si le mot fait peur, ce qui passe aussi bien voire davantage par l'associatif que par le jeu plus ou moins trouble des partis) pour permettre et faciliter à chaque credimaros l'accomplissement des "trois devoirs primordiaux" du septième point :
Citation :
Honorer les dieux, tous nos dieux, ceux du clan, ceux du peuple, et respecter ceux des autres peuples ; ne pas faire le mal, être bienveillant et en harmonie avec toute forme de vie pour ne point contrevenir à l’ordre divin ; cultiver le courage viril en prenant son destin en main avec hardiesse, honneur et force morale.

Bien que je ne sois pas druide, je suis clairement en faveur du fait que chaque druide puisse, par ses discours, encourager ceci à qui veut l'entendre et le suivre ; et je serai bien entendu, ainsi que mon clan, naturellement enclin à faire partie de ceux qui le suivront.

La même chose étant valable pour des points qui ne sont pas forcément explicites dans ce 7ème point, mais ne sauraient être retranchés de notre tradition sans la dénaturer : la redistribution des richesses, le respect dû aux sources sacrées, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1tierschemin.wordpress.com
Bledoorgetos

avatar

Nombre de messages : 234
Localisation : Auernia eti brogio Conuenōn
Date d'inscription : 02/12/2014

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Dim 19 Avr 2015 - 22:47

SoK a écrit:
Pour autant, si nos traditions ne s'impliquent pas dans la vie de la cité, elles ne sont qu'une sympathique fantaisie visant à apporter un "supplément d'âme" à notre consumérisme et à graisser en coulisse les rouages de la société du spectacle.

C'est exact mais nous ne sommes pas assez nombreux. Nous n'avons même pas un druide dans chaque région !

Il faudrait que nous soyons majoritaires et nous sommes très très très minoritaires.


Il est exact que la laïcité est bien bousculée depuis quelques temps.

Il est exact aussi que le système concordataire de l'alsace-Moselle fonctionne parfaitement bien. Si on ajoutait notre religion aux Catholicisme, Luthérianisme, Calvinisme et Judaïsme nous pourrions passer des Capes de religion gauloise et être payés pour l'enseigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria-Uindauelia
Credimara C.C.C.
avatar

Nombre de messages : 277
Age : 40
Localisation : Haute Garonne
Date d'inscription : 07/12/2013

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 21 Avr 2015 - 9:28

SoK a écrit:
Si mes propos ont laissé sous-entendre que j'étais en faveur d'imposer le druuidiacto credimi (ou quelque doctrine que ce soit), je te prie de m'excuser pour ma maladresse.

Ceci étant, oui, je suis clairement en faveur du fait que chaque "credimaros" joue son rôle de citoyen (donc, intervienne dans la vie de la cité, donc fasse de la "politique", même si le mot fait peur, ce qui passe aussi bien voire davantage par l'associatif que par le jeu plus ou moins trouble des partis) pour permettre et faciliter à chaque credimaros l'accomplissement des "trois devoirs primordiaux" du septième point :
Citation :
Honorer les dieux, tous nos dieux, ceux du clan, ceux du peuple, et respecter ceux des autres peuples ; ne pas faire le mal, être bienveillant et en harmonie avec toute forme de vie pour ne point contrevenir à l’ordre divin ; cultiver le courage viril en prenant son destin en main avec hardiesse, honneur et force morale.

C 'est bien plus clair ainsi et je t'en remercie. Excuses acceptées!  Wink
De plus je partage cet avis (que chaque credimaros joue son rôle de citoyen) et je te remercie également de citer un de nos principes fondamentaux: le respect.
C'est pourquoi je respecte ta vision des choses, néanmoins je ne peux m'empêcher de penser : une théocratie!? Vous n'êtes pas sérieux les gars?! Que fait-on de ceux qui ne croient en rien?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SoK

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 24
Localisation : Pagus Parisii
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 21 Avr 2015 - 10:36

Il existe après tout des pays où chaque citoyen est obligé de se conformer au rite du suffrage universel dans le but d'obtenir, par l'intercession de la sainte démocratie, un gouvernement représentatif, juste et performant. Certains n'y croient pas, mais ce sont les règles du jeu, et ils s'exposent à des peines variables (par exemple une amende en Belgique) si ils ne s'y conforment pas. D'autres mesures plus ou moins liberticides existent, qu'il s'agisse du service militaire, service civique, ... la simple journée d'appel aujourd'hui appliquée en France est de ce type ; certes beaucoup plus légère, mais certains supposent d'ailleurs que c'est une des causes de la plus faible cohésion nationale.

Du coup, même si je ne milite pas spécifiquement pour cela, il ne me semblerait pas forcément aberrant de lier la citoyenneté à la participation aux rites traditionnels. Il y a sans doute bien des critiques à faire au système des castes indiens, mais force est de constater qu'il a permis l'intégration de certaines vagues migratoires à de hauts niveaux de la société par la conformation de ceux-ci aux initiations, rites et devoirs sacrés de la classe guerrière/dirigeante. Sans doute même davantage que les soldats maghrébins et africains ayant servi sous drapeau français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1tierschemin.wordpress.com
Artio's
Druide
avatar

Nombre de messages : 669
Age : 52
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mer 22 Avr 2015 - 12:58

Je suis plus de l'avis de Maria-Uindauelia : le culte est une liberté, pas une obligation. Ce. dont tu parles, Sok, est la loi du plus fort. Cette loi risque fort de nous desservir dans une situation de dominance religieuse.
Quels sont les droits du sol du point de vue des cultes préceltes ?
Quels sont-ils de chaque point-de-vue chronologiquement parlant ?
S'il est établi que la culture et le folklore, donc la mentalité, tiennent du culte, il est du devoir du peuple de le revendiquer.
S'il est établi que ce peuple est majoritaire en une terre, il a le droit d'inciter ses représentants à respecter ses revendications en priorité.
Ces revendications doivent aboutir à l'enseignement du peuple, de manière autonome et libre du pouvoir matériel.
Cette revendication consiste en l'appui proportionnel d'assentiment du pouvoir en place qui représente majoritairement ce dit peuple.
Le pouvoir en place doit, lui , doit faire respecter les règles qui régissent sa législation, elles-mêmes issues de la culture dominante, du respect, de la démocratie et de la tolérance à condition que ces termes ne soient pas galvaudés.
Certaines villes ou états de par le monde ont déjà réagi à l'extrémisme, ainsi qu'au non respect religieux de la condition humaine, contrairement à d'autres, moins courageux, préférant laxisme et compromission. Ils se positionnent ainsi par ce qu'ils sont, représentant un peuple, non une quelconque notion artificiellement créé par des rats.
Il ne nous sert pas ici, de fantasmer sur l'avenir d'une goutte dans la mer.
Il nous sert ici, de conscientiser la mer par la goutte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SoK

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 24
Localisation : Pagus Parisii
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 28 Avr 2015 - 0:47

Après moult relectures de ton message, Artio, je crois qu'il y a malentendu quelque part. Je ne vois aucune contradiction entre ton message et ce que je disais précédemment. A savoir qu'il ne serait pas forcément mauvais de lier la citoyenneté à la participation à nos rites traditionnels, et que ceux qui "n'y croient pas" ne posent pas le moins du monde problème puisque ça ne les empêche pas d'y participer ; et que ça n'empêche pas que tous les cultes, qu'ils soient pré-celtiques, post-celtiques ou néo-zimbabwéens, soient autorisés s'ils n'enfreignent point les lois en vigueur. Quoi qu'il en soit je ne dis pas que c'est on rêve ou mon projet, mais qu'il me semble faux d'écarter cette option comme étant totalement contraire au druidisme.

Ceci étant, nous sommes là à discuter pendant que les responsables du RSS sont au Népal pour mettre sur pied un plan de secours aux victimes du tremblement de terre et d'aide sur les chantiers de reconstruction. Évidemment, nous ne sommes pas assez nombreux pour ça, donc les vraies questions sont :

1) Quels sont les moyens que nous nous donnons pour que ce soit le cas ?
2) Portent-ils réellement leurs fruits ?
3) N'y a t-il pas de meilleure stratégie ? (en considérant qu'il y en ait une pour le moment)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1tierschemin.wordpress.com
Artio's
Druide
avatar

Nombre de messages : 669
Age : 52
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 28 Avr 2015 - 13:40

IL y a quelques bémols en ce qui nous concerne. Si l'on considère qu'il faut lier le culte à la citoyenneté, il faudrait pouvoir redécouvrir le chamanisme, le mégalithisme, aujourd'hui exsangues, à cause justement des traditions qui ont succédé. Et pourquoi ne pas lier la citoyenneté au christianisme qui a été la culture dominante pendant presque 2000 ans ? J'ai bien peur que cela ne soit justement contre-productif dans un état laïc qui a justement lutté pour se débarrasser des excès du pouvoir religieux.
Je suis persuadé qu'en une époque antique, les castes religieuses et guerrières faisaient fi de la condition populaire.
Par contre, je suis persuadé qu'ils détenaient la clef de l'identitaire, des traditions et de la culture.
Pour remettre ces castes en haut du panier, il faudrait d'abord qu'elles évoluent et soient exemptes de la recherche de pouvoir. Il faudrait qu'elles atteignent cet état de sagesse souvent absent de l'histoire. Il ne faut pas se leurrer.
Par contre, que sommes-nous, occidentaux ; à quoi sommes-nous attachés ; de quoi avons-nous peur ?
En ces temps de mondialisation, nous avons peur de perdre toutes les valeurs qui nous relient au monde non artificiel et de perdre nos nombreux concepts de l'invisible. En ces temps d'extrémisme religieux, nous nous sentons faibles par rapport à une culture sclérosée mais agressive.
Et j'ai remarqué qu'en des régions où la culture traditionnelle était la plus forte, naissaient justement des sentiments séparatistes et xénophobes.
Or, l'identitaire permet justement le dialogue car il est une base identitaire de comparaison culturelle. Dans ce dialogue, devrait plutôt naître un rapprochement plutôt que bêtement un éloignement. Et plus cet identitaire est minoritaire, plus il frustre.
Ta question, Sok, est pertinente. Ne sommes-nous pas assez nombreux ? Evidemment, et c'est le rôle des druides, de parer à ce problème pour augmenter la pression psychologique par le sentiment culturel. Et c'est le rôle de l'état de lui permettre de s'exprimer légitimement, puisque c'est un culte autochtone. Mais ce culte doit montrer patte blanche, il doit séduire et rassurer.

Pour ce faire, il faut :
- qu'il arrive à un consensus cultuel, pratique et conceptuel en son sein
- qu'il développe un réseau d'entraide à ses organes les plus petits, pour que ceux-ci aient les moyens de toucher les hommes en leur cœur
- que le niveau de sagesse et d'expertise de ses représentants puisse proposer l'épanouissement sociétaire
- que le culte soit une activité à plein temps et offert à chacun

Or :
- les néo-druides, bien souvent, pratiquent leur activité en dilettante
- malgré leur conviction et la vigueur de leur foi, ils sont segmentés en une carte géopolitique du druidisme de petits groupuscules, séparés les uns des autres, spirituellement
- les tentatives de rassemblement ont souvent échoués, en raison de l'égo neodruidique, égoïste et prétentieux
- l'accompagnement et la sélection des candidats est sujet à caution

L'acte a été posé de faire reconnaître notre foi, mais ceux qui l'ont tenté n'étaient pas unis, chacun ne pouvant abandonner ses exigences.

Je perçois très bien ta volonté guerrière et ton besoin d'action, Sok. Et tu as raison. Ta jeunesse m'inspire, pourtant déjà si mature.
Crois-bien que mes collègues sont déjà partis au Népal sans attendre de bénédiction.

Il s'agit donc de réanimer le feu, n'est-ce pas ? Quand j'observe les traditions villageoises, je vois tout-à-fait au travers des fêtes traditionnelles, syncrétiques certes, ce même feu qui anime le peuple. Il n'est pas éteint. Mais d'une région à l'autre, d'un village à l'autre, la contamination galopante du non-être suit une courbe de temps différente. Nous avons d'une part des presque humains et de l'autre des presque robots.
N'est-ce pas là qu'il faut se glisser : attiser la flamme de la fierté d'être ?
Pour y arriver, il faut être fort et patient. Comme vu sur ce forum : créer des temples, accompagner les enfants, dialoguer avec le politique local, investir les foires, et surtout améliorer en qualité et en quantité nos rangs. Qui mieux que nos druides pour cela ? Et qui mieux que nos clans pour les protéger et les entendre ?

Etrange tout de même de constater qu'en ces temps difficiles, la question soit posée d'un repositionnement cultuel et culturel, comme une réponse à une question. Nous savons bien, aujourd'hui, que l'Etat est à l'image de la compromission, craignant sa perte. Nous savons bien, aujourd'hui, que le comportement de chacun peut, seul, couper l'herbe sous les pieds de la mort. Et chacun ne peut se sentir isolé que s'il ne possède pas en lui la volonté, la force et le courage. D'où viendraient ces vertus ? Elles viendraient d'une réponse de "sens". Qui donc peut donner du "sens" à la vie sinon ceux qui cherchent à lui en donner ?

Je connais des ceux qui, plutôt que, comme moi, palabrent sur les forums, investissent bois et prés, tentes et chapiteaux, font tourner la roue et regardent demain, voyagent, proposent, se salissent les mains, en toute bonne foi, en toute bonne volonté.

J'ai remarqué que la cohésion étatique passait nécessairement par la cohésion visionnaire. Beaucoup d'empires se sont appuyés sur des notions unicistes voire monistes quand la religion en était le moteur et le liant. Aujourd'hui, dans des états laïcs progressistes, la religion est devenue un obstacle. Elle fut remplacée par des idéologies unicistes. Le seul point positif de ces liants est qu'ils amènent des valeurs communes qui constituent l'identitaire. Mais ces valeurs sont incomplètes, taisant la multiplicité du monde, tel qu'il se trouve. Nous, occidentaux avons (encore mais plus pour longtemps) un environnement varié à l'inverse des peuplant du désert. Cette pluralité est en nous, nous la défendons.
Il est de notre devoir de contester le legs (loi) d'uniformité pour assoir la souplesse de la vie. Retrouvons alors en nos traditions ce qui fait sa variété et son chant, plutôt que les scléroser et les rendre inaudibles. Nous refusons l'intolérance, et nous voulons faire renaître le bon sens commun, interdit par trop de "dit bien commun". Nous serons toujours au bord du chaudron, à composer nos recettes, ou à nous rendre malades de plats préparés. En cela, celtes ou humains du monde, nous nous reconnaissons.

Ce n'est pas tant dans la fidélité de reproduction des motifs sur le pommeau de nos épées que nous nous retrouvons, mais dans la main et l'esprit de celui qui les a tracés pour rappeler ce qui les meut.

La grande différence, vois-tu, entre aujourd'hui et l'antiquité, est que la base est devenue le secret de la pointe, et plus l'inverse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SoK

avatar

Nombre de messages : 168
Age : 24
Localisation : Pagus Parisii
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 28 Avr 2015 - 19:35

Artio's a écrit:
IL y a quelques bémols en ce qui nous concerne. Si l'on considère qu'il faut lier le culte à la citoyenneté, il faudrait pouvoir redécouvrir le chamanisme, le mégalithisme, aujourd'hui exsangues, à cause justement des traditions qui ont succédé. Et pourquoi ne pas lier la citoyenneté au christianisme qui a été la culture dominante pendant presque 2000 ans ?

Je disais simplement que c'était possible, pas forcément souhaitable (nul incontournable besoin donc de mégalithisme dans l'affaire). En ce qui concerne le christianisme, c'est la même chose, c'est possible, ce qui ne veut pas dire que ce soit souhaitable. Ceci étant, c'est quand même plus complexe pour le christianisme, parce qu'il faut "rendre à César ce qui est à César", qu'il "n'y a ni Juifs ni Grecs", que l'Ekklesia Katholika est universelle, etc. Enfin bref, il me semble que bien assez d'encre numérique a déjà coulé sur le sujet, donc je ne continuerai pas, surtout que la suite de ton message me semble fort intéressante.

Artio's a écrit:
Je suis persuadé qu'en une époque antique, les castes religieuses et guerrières faisaient fi de la condition populaire.
Par contre, je suis persuadé qu'ils détenaient la clef de l'identitaire, des traditions et de la culture.
Pour remettre ces castes en haut du panier, il faudrait d'abord qu'elles évoluent et soient exemptes de la recherche de pouvoir. Il faudrait qu'elles atteignent cet état de sagesse souvent absent de l'histoire. Il ne faut pas se leurrer.

Le pouvoir sans le vouloir ? J'avoue ma foi rester quelque peu dubitatif sur la chose. D'expérience, quand on ne veut pas le pouvoir, celui-ci débarque rarement de force dans notre salon. La chose arrive, mais elle est infiniment plus rare que l'inverse (ou alors on est stochocratie, pourquoi pas après tout, c'est une idée intéressante que certains creusent en ce moment). Ceci étant, si on en croit saint BHL (plus grand philosophe de notre siècle) et sa "guerre sans l'aimer", effectivement, cela peut très bien fonctionner, les Yougoslaves et les Libyens en sont témoins, haha. Quoi qu'il en soit, je ne puis qu'appuyer la nécessaire sagesse de tout groupe porteur de responsabilités - et d'autant plus de ceux dont la responsabilité est justement d'acquérir et d'exercer de l'influence.

Artio's a écrit:
Par contre, que sommes-nous, occidentaux ; à quoi sommes-nous attachés ; de quoi avons-nous peur ?
En ces temps de mondialisation, nous avons peur de perdre toutes les valeurs qui nous relient au monde non artificiel et de perdre nos nombreux concepts de l'invisible. En ces temps d'extrémisme religieux, nous nous sentons faibles par rapport à une culture sclérosée mais agressive.
Et j'ai remarqué qu'en des régions où la culture traditionnelle était la plus forte, naissaient justement des sentiments séparatistes et xénophobes.
Or, l'identitaire permet justement le dialogue car il est une base identitaire de comparaison culturelle. Dans ce dialogue, devrait plutôt naître un rapprochement plutôt que bêtement un éloignement. Et plus cet identitaire est minoritaire, plus il frustre.

Dans les "régions à forte identité", je n'ai observé qu'un simple désir légitime d'autonomie, ainsi qu'une sincère tendance à l'hospitalité envers les hôtes qui respectent leurs devoirs. La seule haine que j'aie pu observer concernait celle de la soumission, de l'uniformité, et de l'irrespect ; bref, celle qui est instinctive chez tout humain sain d'esprit.

Artio's a écrit:
Ta question, Sok, est pertinente. Ne sommes-nous pas assez nombreux ? Evidemment, et c'est le rôle des druides, de parer à ce problème pour augmenter la pression psychologique par le sentiment culturel. Et c'est le rôle de l'état de lui permettre de s'exprimer légitimement, puisque c'est un culte autochtone. Mais ce culte doit montrer patte blanche, il doit séduire et rassurer.

Pour ce faire, il faut :
- qu'il arrive à un consensus cultuel, pratique et conceptuel en son sein
- qu'il développe un réseau d'entraide à ses organes les plus petits, pour que ceux-ci aient les moyens de toucher les hommes en leur cœur
- que le niveau de sagesse et d'expertise de ses représentants puisse proposer l'épanouissement sociétaire
- que le culte soit une activité à plein temps et offert à chacun

Or :
- les néo-druides, bien souvent, pratiquent leur activité en dilettante
- malgré leur conviction et la vigueur de leur foi, ils sont segmentés en une carte géopolitique du druidisme de petits groupuscules, séparés les uns des autres, spirituellement
- les tentatives de rassemblement ont souvent échoués, en raison de l'égo neodruidique, égoïste et prétentieux
- l'accompagnement et la sélection des candidats est sujet à caution

L'acte a été posé de faire reconnaître notre foi, mais ceux qui l'ont tenté n'étaient pas unis, chacun ne pouvant abandonner ses exigences.

Donc, selon toi la meilleure méthode à suivre est de former davantage de druides et de construire plus de temples ? Pourquoi pas, cela aidera sans doute à l'affaire. Mais alors il n'y aurait rien de plus à faire que ce qui se fait déjà (à savoir, attendre les vocations, assurer la formation, et mettre en place des temples) ? Ton constat en quatre points sur l'échec des Cormalia me semble pertinent. Cependant, n'y a t-il pas de solutions ? Parce que force est de constater que, en l'état, tu expliques surtout pourquoi, à part une poignée d'irréductibles dont on ne peut qu'espérer qu'ils fassent des petits, les "druides" ne sont globalement pas capables d'assurer le rôle que tu leur attribues plus haut. Ceux qui n'ont point d'obligations ici et sont en partance pour le Népal ont mon respect, mais je crains aussi que ce ne soit aussi un aveu d'impuissance pour le druide qui doit y aller car il n'a point de disciples inspirés à mobiliser.

Artio's a écrit:
Il s'agit donc de réanimer le feu, n'est-ce pas ? Quand j'observe les traditions villageoises, je vois tout-à-fait au travers des fêtes traditionnelles, syncrétiques certes, ce même feu qui anime le peuple. Il n'est pas éteint. Mais d'une région à l'autre, d'un village à l'autre, la contamination galopante du non-être suit une courbe de temps différente. Nous avons d'une part des presque humains et de l'autre des presque robots.
N'est-ce pas là qu'il faut se glisser : attiser la flamme de la fierté d'être ?
Pour y arriver, il faut être fort et patient. Comme vu sur ce forum : créer des temples, accompagner les enfants, dialoguer avec le politique local, investir les foires, et surtout améliorer en qualité et en quantité nos rangs. Qui mieux que nos druides pour cela ? Et qui mieux que nos clans pour les protéger et les entendre ?

Dialoguer avec le politique local, bonne idée, mais cela a t-il déjà été fait sans se faire rire au nez ? Investir les foires, mon clan ne peut qu'être d'accord, mais je n'ai pas l'impression que ce soit une stratégie très répandue (le prosélytisme semble être pour le néodruide une sorte de péché mortel - sauf à la limite s'il s'agit d'imposer ses vues à d'autres néodruides, mais pour informer son peuple, que nenni, les dieux l'en préservent). Quant à l'amélioration en qualité et en quantité, on ne peut qu'être d'accord. La question étant : comment ?

Artio's a écrit:
Je connais des ceux qui, plutôt que, comme moi, palabrent sur les forums, investissent bois et prés, tentes et chapiteaux, font tourner la roue et regardent demain, voyagent, proposent, se salissent les mains, en toute bonne foi, en toute bonne volonté.

Le projet de temple sur les terres de mon clan est en train d'être finalisé. Concernant toutes ces bonnes volontés dures à la tâche, ne serait-il justement point temps qu'elles se fédèrent, ou tout du moins qu'elles se retrouvent à l'occasion, ou au moins qu'elles se connaissent (ce qui me semblent être le strict minimum) ? Peut-être suis-je un ignare, mais j'avoue que je n'avais pas eu vent de l'existence de toute cette foule de gens qui semblent mettre en oeuvre nos valeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1tierschemin.wordpress.com
Artio's
Druide
avatar

Nombre de messages : 669
Age : 52
Localisation : Liège
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   Mar 28 Avr 2015 - 21:12

SoK a écrit:
Le pouvoir sans le vouloir ? J'avoue ma foi rester quelque peu dubitatif sur la chose. D'expérience, quand on ne veut pas le pouvoir, celui-ci débarque rarement de force dans notre salon. La chose arrive, mais elle est infiniment plus rare que l'inverse (ou alors on est stochocratie, pourquoi pas après tout, c'est une idée intéressante que certains creusent en ce moment). Ceci étant, si on en croit saint BHL (plus grand philosophe de notre siècle) et sa "guerre sans l'aimer", effectivement, cela peut très bien fonctionner, les Yougoslaves et les Libyens en sont témoins, haha. Quoi qu'il en soit, je ne puis qu'appuyer la nécessaire sagesse de tout groupe porteur de responsabilités - et d'autant plus de ceux dont la responsabilité est justement d'acquérir et d'exercer de l'influence..

Je crois que nous ne parlons pas du même pouvoir. Je parlais du pouvoir pour le pouvoir, du pouvoir régnant, par la force. Mais le vouloir est un pouvoir et il se transmet.

SoK a écrit:
Dans les "régions à forte identité", je n'ai observé qu'un simple désir légitime d'autonomie, ainsi qu'une sincère tendance à l'hospitalité envers les hôtes qui respectent leurs devoirs. La seule haine que j'aie pu observer concernait celle de la soumission, de l'uniformité, et de l'irrespect ; bref, celle qui est instinctive chez tout humain sain d'esprit.

Ah ? Nous avons du observer deux aspects de la même chose.

SoK a écrit:
Donc, selon toi la meilleure méthode à suivre est de former davantage de druides et de construire plus de temples ? Pourquoi pas, cela aidera sans doute à l'affaire. Mais alors il n'y aurait rien de plus à faire que ce qui se fait déjà (à savoir, attendre les vocations, assurer la formation, et mettre en place des temples) ? Ton constat en quatre points sur l'échec des Cormalia me semble pertinent. Cependant, n'y a t-il pas de solutions ? Parce que force est de constater que, en l'état, tu expliques surtout pourquoi, à part une poignée d'irréductibles dont on ne peut qu'espérer qu'ils fassent des petits, les "druides" ne sont globalement pas capables d'assurer le rôle que tu leur attribues plus haut. Ceux qui n'ont point d'obligations ici et sont en partance pour le Népal ont mon respect, mais je crains aussi que ce ne soit aussi un aveu d'impuissance pour le druide qui doit y aller car il n'a point de disciples inspirés à mobiliser..

J'ai du mal m'exprimer. Je parlais de mes collègues au travail.
Quant aux druides, je crois en une nouvelle génération qui nait et en l'impact qu'il aura. Pourquoi ne pas l'espérer ?
Comment ? Par amélioration de leurs rapports, ensuite par des propositions de sens envers le monde de maintenant.
Dès que l'épine est ôtée, le cheval marche.

SoK a écrit:
Dialoguer avec le politique local, bonne idée, mais cela a t-il déjà été fait sans se faire rire au nez ? Investir les foires, mon clan ne peut qu'être d'accord, mais je n'ai pas l'impression que ce soit une stratégie très répandue (le prosélytisme semble être pour le néodruide une sorte de péché mortel - sauf à la limite s'il s'agit d'imposer ses vues à d'autres néodruides, mais pour informer son peuple, que nenni, les dieux l'en préservent). Quant à l'amélioration en qualité et en quantité, on ne peut qu'être d'accord. La question étant : comment ?

Cela a été fait déjà, et dans le plus grand sérieux. Ce n'est pas répandu, je te l'accorde par manque de foi en ce système. C'est un peu comme un repas de famille, où chacun parle à son tour. J'avoue que la France à ce propos est plus fragile en matière de liberté d'expression. Et les druides ont peur de César.
Et il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac. Qualité et quantité : déjà dit plus haut ! Sortir de ses œillères !
Mais si l'on définit les druides selon ses vues, où va-t-on ? On risque encore de rire et de ne rien voir.

SoK a écrit:
Le projet de temple sur les terres de mon clan est en train d'être finalisé. Concernant toutes ces bonnes volontés dures à la tâche, ne serait-il justement point temps qu'elles se fédèrent, ou tout du moins qu'elles se retrouvent à l'occasion, ou au moins qu'elles se connaissent (ce qui me semblent être le strict minimum) ? Peut-être suis-je un ignare, mais j'avoue que je n'avais pas eu vent de l'existence de toute cette foule de gens qui semblent mettre en oeuvre nos valeurs.

Tu as raison, ce n'est pas une foule. Il faut qu'elle le devienne.

Sinon, quoi d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Est-il temps ?...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Est-il temps ?...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Qu'est-ce qui marque le passage du Moyen Age aux temps modernes ?
» Raymond Panikkar, une christophanie pour notre temps
» il bouge tout le temps...
» Combien de temps mettez-vous à connaître tous vos élèves ?
» Secousses sismique en temps réel.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Druuidiacto :: Vie pratique :: Vie pratique-
Sauter vers: